Cui­si­ner stra­té­gi­que­ment, avec mi­nu­tie et sous pres­sion

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POU­LIN louis-charles.pou­lin@tc.tc

COM­PÉ­TI­TION. Un étu­diant de l’école Hô­te­lière de l’ou­taouais, Jé­ré­mie Hu­don, re­pré­sen­te­ra la pro­vince aux Olym­piades ca­na­diennes des mé­tiers et des tech­no­lo­gies, du 31 mai au 3 juin, à Win­ni­peg.

De­puis plus d’un mois, il se pra­tique en­vi­ron 14h par jour dans le but de ri­va­li­ser avec la di­zaine d’autres cui­si­niers, pro­ve­nant de par­tout au pays, qui pren­dront part à ce cham­pion­nat ca­na­dien. Ai­dé par son en­sei­gnant Gaé­tan Tes­sier, Jé­ré­mie s’en­traîne in­ten­si­ve­ment afin d’être prêt à toute éven­tua­li­té une fois ve­nu le mo­ment de per­for­mer à Win­ni­peg. «Je me pra­tique pour que ça de­vienne vrai­ment une rou­tine pour moi. Là-bas, je vais de­voir suivre mon plan de match de A à Z, me faire confiance et res­ter concen­tré sur ce que je fais si je veux es­pé­rer ga­gner une mé­daille», ex­plique le jeune homme de 18 ans.

Lors de la pre­mière jour­née de com­pé­ti­tion, il de­vra pré­pa­rer en 3h30 une en­trée froide pour quatre per­sonnes, in­cluant un crus­ta­cé et un lé­gume qu’il connaî­tra uni­que­ment le jour même. «On s’est pra­ti­qué pour avoir des plats pour tous les crus­ta­cés pos­sibles, puis­qu’on ne sait pas le­quel on va frap­per là-bas», ex­plique son en­sei­gnant. «3h30 ça passe vrai­ment vite consi­dé­rant ce que j’ai à faire et les dé­tails que je dois consi­dé­rer. Si je dé­passe de seule­ment deux mi­nutes, ça pour­rait me coû­ter la vic­toire. L’écart entre les par­ti­ci­pants est sou­vent de très peu de points», men­tionne ce­lui qui étu­die en cui­sine de­puis un peu plus de deux ans.

Le len­de­main, le re­pré­sen­tant du Centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle Re­lais de la Lièvre-sei­gneu­rie au­ra 3h30 pour concoc­ter un plat chaud avec un pois­son et un lé­gume qui ne se­ront pas connus à l’avance. Sa stratégie se­ra de se dé­mar­quer de ses ri­vaux le plus pos­sible. «Avec le pois­son, on s’at­tend à ce que 90 % des autres étu­diants fassent une sauce ve­lou­tée. Nous, on est com­plè­te­ment ailleurs car on pense faire une sal­sa mexi­caine, puisque c’est plus frais et ça ne vient pas alour­dir le plat en plus de ce qu’il y a dans l’as­siette», ana­lyse M. Tes­sier.

En­suite, Jé­ré­mie au­ra 30 mi­nutes pour cui­si­ner un des­sert avec du pou­ding au pain, du ca­ra­mel et un fruit mys­tère. Pour pra­ti­quer la cuis­son de son des­sert, l’étu­diant a réa­li­sé 125 pou­dings au pain pour la fête des Mères. «C’est sûr que je suis tan­né de voir des pou­dings au pain, mais en même temps on ne peut pas être trop pré­pa­ré. Plus je pra­tique et mieux ça va al­ler. J’aime ça cui­si­ner et je ne pra­tique pas uni­que­ment pour cette com­pé­ti­tion, mais aus­si pour mon ave­nir», confie-t-il.

Une fois sur place, il est bien conscient qu’il au­ra beau­coup de pres­sion et plu­sieurs fac­teurs de stress qui s’ajou­te­ront. Son en­sei­gnant, ha­bi­tué aux com­pé­ti­tions, lui conseille de res­ter concen­tré sur ses choses et de ne pas se lais­ser dis­traire par l’en­vi­ron­ne­ment qui va l’en­tou­rer. «Il va y avoir des milliers de per­sonnes au­tour, donc ça va être com­plè­te­ment autre chose ren­du là-bas. Il va être à cô­té des autres com­pé­ti­teurs et de juges aus­si, donc ça va être im­por­tant qu’il reste dans sa bulle et mette en ap­pli­ca­tion ce qu’on a pra­ti­qué sans se lais­ser dé­ran­ger et in­fluen­cer», se­lon M. Tes­sier.

Les juges al­loue­ront la moi­tié des points sur ses tech­niques de tra­vail en cui­sine, soit son hy­giène, s’il évite le gas­pillage de nour­ri­ture et sa pla­ni­fi­ca­tion et ges­tion du temps. L’autre moi­tié des points se­ra ju­gée au ni­veau du goût et de l’ap­pa­rence du pro­duit fi­nal.

Après cette com­pé­ti­tion, Jé­ré­mie Hu­don pour­ra re­laxer un peu puis­qu’un voyage pour al­ler vi­si­ter la France, l’ita­lie et l’es­pagne est pré­vu avec sa classe. Ce­lui-ci fait sa­voir qu’il res­te­ra en Eu­rope pour tra­vailler au Res­tau­rant Georges-blanc jus­qu’à la fin 2017. Il en­tend aus­si conti­nuer la com­pé­ti­tion en 2018.

(Photo TC Media – Louis-charles Pou­lin)

L’en­sei­gnant à l’école Hô­te­lière de l’ou­taouais, Gaé­tan Tes­sier, tra­vaille in­ten­si­ve­ment avec son élève, Jé­ré­mie Hu­don, dans le but de le pré­pa­rer à la com­pé­ti­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.