Un mar­ché mo­bile à Mas­son-an­gers

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - MA­RIE PIER LÉ­CUYER ma­riepier.le­cuyer@tc.tc

COM­MU­NAU­TÉ. Chaque mer­cre­di, le tout nou­veau mar­ché mo­bile de Ga­ti­neau s’ins­tal­le­ra dans le sec­teur de Mas­son-an­gers afin d’of­frir des fruits et lé­gumes frais et des pro­duits à haute va­leur nu­tri­tive.

De­puis trois se­maines dé­jà, le ca­mion de la toute nou­velle Co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té du Mar­ché mo­bile de Ga­ti­neau s’ins­talle au 57 che­min de Mon­tréal Est, tous les mer­cre­dis de 13h à 14h30.

Le Mar­ché mo­bile a été créé pour ré­pondre à un be­soin en se pro­me­nant dans cinq quar­tiers de la Ville de Ga­ti­neau à bord d’un ca­mion qui s’ins­talle quelques heures de fa­çon heb­do­ma­daire, du­rant toute l’an­née dans les sec­teurs ci­blés, ex­plique sa di­rec­trice gé­né­rale Mo­nique Char­trand.

La co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té du Mar­ché mo­bile a été mise sur pied suite à la concer­ta­tion de plu­sieurs or­ga­nismes com­mu­nau­taires, dont Coeur des Val­lées en ac­tion.

«Il y a eu une étude de mar­ché qui a été faite en 2014 qui dé­montre qu’il y a 30 000 per­sonnes dans la Ville de Ga­ti­neau qui vivent dans des dé­serts ali­men­taires donc qui n’ont pas ac­cès fa­ci­le­ment à des épi­ce­ries à grande sur­face, entre autres à pied», note Mme Char­trand.

Les épi­ce­ries sont par­fois dif­fi­ciles d’ac­cès pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’y rendre pour di­verses rai­sons, pré­cise la di­rec­trice gé­né­rale. Dans cer­tains sec­teurs de Ga­ti­neau, l’offre de fruits et lé­gumes frais à moins d’un ki­lo­mètre est faible ou nulle.

Les per­sonnes son­dées dans les der­nières an­nées n’ont sou­vent pas d’au­to­mo­bile (32%) ou n’ont pas ac­cès à une épi­ce­rie à dis­tance de marche de la mai­son (41%). «Plu­sieurs d’entre eux doivent bud­gé­ter un mon­tant sup­plé­men­taire pour les taxis pour re­ve­nir de l’épi­ce­rie», ex­plique la di­rec­trice gé­né­rale.

«Les gens ont été très te­naces pour la mise sur pied du mar­ché mo­bile. Avec la ré­ponse qu’on a, je pense que ça prouve à quel point ça vaut la peine qu’on se soit mis en route et qu’on vienne à la ren­contre des gens, se ré­jouit Mme Char­trand. (…) Je pense que ça ré­pond à un be­soin, les gens sont contents de nous voir.»

Pour la pre­mière phase, cinq sec­teurs de Ga­ti­neau ont été ci­blés. En plus du sec­teur de Mas­son-an­gers, le ca­mion se dé­place dans les sec­teurs Four­nier, Jean­dal­laire, Poin­te­ga­ti­neau/la Baie et Front à Ayl­mer. Cinq autres quar­tiers ont été ci­blés pour la deuxième phase du pro­jet. Dé­jà, plus de 130 per­sonnes sont de­ve­nus membres. Le mar­ché mo­bile fonc­tion­ne­ra 52 se­maines par an­nées.

Éven­tuel­le­ment, la co­opé­ra­tive ai­me­rait pou­voir être en me­sure d’ache­ter un ca­mion ré­fri­gé­ré aux cou­leurs du mar­ché mo­bile. Pour l’ins­tant, la co­opé­ra­tive uti­lise un ca­mion en lo­ca­tion.

Un vo­let édu­ca­tif a aus­si été dé­ve­lop­pé afin d’in­ci­ter les gens à avoir de saines ha­bi­tudes de vie.

La di­rec­trice gé­né­rale in­vite aus­si ceux qui vou­draient don­ner de leur temps comme bé­né­voles à les contac­ter. Je pense que ça ré­pond à un be­soin, les gens sont contents de nous voir» Mo­nique Char­trand

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.