Pour dé­cou­vrir agri­cole de L’ange-gar­dien

Le Bulletin - - COMMUNAUTAIRE -

L’ex­pan­sion n’est pas écar­tée: «La terre en friche pour­rait être uti­li­sée et on peut culti­ver à même les tun­nels que l’on peut dé­pla­cer fa­ci­le­ment. Mais peut-être aus­si pour ajou­ter une serre et des tun­nels, de la ré­fri­gé­ra­tion, et ça pour­rait se faire à même les bud­gets.»

Le site doit ce­pen­dant com­po­ser avec une par­tie ar­gi­leuse du sol. Des op­tions sont éva­luées, no­tam­ment celle d’uti­li­ser cette sec­tion pour y faire le com­pos­tage.

UNE IDÉE À EX­POR­TER

La Plate-forme de L’ange-gar­dien est un mo­dèle plu­tôt unique en son genre. Un in­cu­ba­teur existe à Coaticook, dans les Can­tonsde-l’est, et un autre vient de fer­mer ses portes à Mi­ra­bel.

«Nous avons eu des vi­sites de gens in­té­res­sés parce que l’on fait qui pro­viennent du Centre-du-qué­bec, de Chau­diè­re­sap­pa­laches, même de la ré­gion de Mon­tréal. C’est sûr que l’on est très oc­cu­pé avec notre pro­jet, mais c’est ex­por­table.»

Ce­pen­dant, cer­taines ré­gions ne sont pas tout aus­si pro­pices pour l’agri­cul­ture de groupe pour pro­duire des ali­ments bio. La prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion est d’ordre mo­né­taire.

«Le coût des terres est as­sez éle­vé dans cer­taines ré­gions, c’est pour­quoi ici c’était pos­sible parce qu’en Ou­taouais, il y a des terres agri­coles beau­coup moins dis­pen­dieuses. C’est aus­si le cas en Mauricie où le coût n’est pas aus­si éle­vé.»

Car l’ob­jec­tif est de rendre les ali­ments bio­lo­giques ac­ces­sibles à la po­pu­la­tion: «Notre mis­sion est de four­nir les prix les plus bas pos­sibles. C’est dif­fi­ci­le­ment trans­po­sable au ni­veau pri­vé, c’est pour ça que l’on en voit peu.»

Pour M. Mark­graf, la ré­gion a le po­ten­tiel pour or­ga­ni­ser d’autres in­cu­ba­teurs. Il n’existe pas de fermes du genre pour la pro­duc­tion de vi­vaces, ni pour l’éle­vage d’ani­maux et la ges­tion de fo­rêts: «Je pense qu’il y a de la place pour d’autres fermes. Mais on sait que l’agri­cul­ture est un mé­tier dif­fi­cile, alors ça prend des gens mo­ti­vés. La jour­née portes-ou­vertes est le 16 sep­tembre, de 10h à 15h, au 550, che­min Ri­ver, à L’ange-gar­dien.

(Pho­to: TC Media – Pas­cal La­plante)

La plate-forme bio de L’ange-gar­dien est un mo­dèle presque unique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.