Ga­ti­neau veut connaître l’am­pleur du dé­tour­ne­ment de mé­di­ca­ments

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - YAN­NICK BOUR­SIER yan­nick.bour­sier@tc.tc

PO­LICE. Les drogues illé­gales ne sont pas les seules dis­po­nibles dans la rue. Il est aus­si pos­sible de se pro­cu­rer des mé­di­ca­ments lé­ga­le­ment ache­tés par des gens, mais dé­tour­nés pour être ven­dus sur le mar­ché noir.

La po­lice de Ga­ti­neau sou­haite connaître l’am­pleur de ce phé­no­mène dans la ré­gion en par­ti­ci­pant à une étude lan­cée par une uni­ver­si­té amé­ri­caine qui cou­vri­ra aus­si le Ca­na­da.

«C’est une étude qui a été faite aux Étatsu­nis l’an­née der­nière par l’uni­ver­si­té No­va Sou­theas­tern, in­dique la chef de di­vi­sion re­cherche, dé­ve­lop­pe­ment et stra­té­gie or­ga­ni­sa­tion­nelle à la po­lice de Ga­ti­neau, Isa­belle Plante. Les cher­cheurs ont ap­pro­ché San­té Ca­na­da pour la faire au Ca­na­da. L’uni­ver­si­té nous a en­suite ap­pro­chés pour y par­ti­ci­per.»

De­puis six mois, la po­lice de Ga­ti­neau garde donc des traces pré­cises de tous les dos­siers où il y a eu des mé­di­ca­ments d’or­don­nance im­pli­qués, mais qui avaient été dé­tour­nés pour d’autres fins que ceux pour les­quels ils avaient été pres­crits au dé­part. Le pro­ces­sus se pour­sui­vra pour un autre six mois.

Par la suite, l’uni­ver­si­té fe­ra par­ve­nir le ré­sul­tat de ce tra­vail et de son ana­lyse au ser­vice de po­lice de Ga­ti­neau. Les po­li­ciers au­ront donc une idée pré­cise du type de mé­di­ca­ment le plus souvent dé­tour­né et de la pro­ve­nance de ces mé­di­ca­ments. Ils pour­ront aus­si com­pa­rer la si­tua­tion de la ré­gion avec celle du reste du Ca­na­da et même des États-unis.

L’étude s’at­tar­de­ra aus­si sur la ques­tion du prix de ces mé­di­ca­ments sur le mar­ché noir pour avoir une idée de cet as­pect.

CAM­PAGNE

Ces ré­sul­tats don­ne­ront une in­for­ma­tion es­sen­tielle pour tra­vailler cette uti­li­sa­tion illé­gale de mé­di­ca­ments d’or­don­nance, in­dique Mme Plante. «C’est vrai­ment une pré­oc­cu­pa­tion pour les au­to­ri­tés po­li­cières et de la san­té», in­dique-t-elle.

Les fu­tures cam­pagnes de pu­bli­ci­té en lien avec ce dé­tour­ne­ment de mé­di­ca­ment pour­ront être mieux ci­blées pour par­ler des mé­di­ca­ments les plus souvent dé­tour­nés dans la ré­gion, in­dique Isa­belle Plante.

«On va pou­voir tra­vailler sur la ges­tion du risque aus­si, ajoute-t-elle. Il y a peut-être des par­te­na­riats qui se­ront né­ces­saires, no­tam­ment avec les gens de la san­té. Il pour­rait aus­si avoir des po­li­tiques à dé­ve­lop­per.»

DON

Par ailleurs, en par­ti­ci­pant à cette re­cherche, la po­lice de Ga­ti­neau re­ce­vra aus­si un mon­tant de 300$ pour chaque for­mu­laire rem­pli, c’es­tà-dire un à chaque tri­mestre pen­dant l’an­née. Un mon­tant de 50$ est aus­si re­mis pour la par­tie sur le coût des mé­di­ca­ments.

La po­lice a dé­ci­dé de faire don de l’ar­gent ain­si ob­te­nu au Centre d’in­ter­ven­tion en abus sexuels pour la fa­mille. «C’est un grand par­te­naire à nous et nous sommes en train de dé­ve­lop­per des pro­jets», a men­tion­né Mme Plante pour ex­pli­quer ce choix.

(Pho­to TC Me­dia –Ar­chives)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.