Mis­sion ac­com­plie pour la jour­née du chan­dail rose

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POULIN lc­pou­lin@lexis­me­dia.ca

SEN­SI­BI­LI­SA­TION. Dans le cadre de sa sixième jour­née du chan­dail rose, l’école se­con­daire Hor­mis­das-ga­me­lin (ESHG) in­vi­tait l’en­semble de la com­mu­nau­té à por­ter du rose et à s’unir contre l’in­ti­mi­da­tion.

Se­lon les ins­ti­ga­teurs de cette ini­tia­tive, l’édu­ca­trice spé­cia­li­sée Na­ta­lie Rhéaume et le con­tre­maître en sé­cu­ri­té Ro­bert Char­le­bois, l’ob­jec­tif de la jour­née a été at­teint.

«On a es­sayé d’im­pli­quer la com­mu­nau­té dans notre mou­ve­ment. On a sol­li­ci­té les pa­rents en leur en­voyant des cour­riels pour qu’ils s’ha­billent en rose dans leur mi­lieu de tra­vail. On a fait im­pri­mer des chan­dails roses qu’on a ven­dus», ex­plique Mme Rhéaume.

Au to­tal, 302 chan­dails ont été dis­tri­bués dans la com­mu­nau­té.

«On a une com­pa­gnie de cons­truc­tion qui s’est pro­cu­ré une qua­ran­taine de chan­dails pour ses tra­vailleurs. Il y a une ré­si­dence pour per­sonnes de 55 ans et plus qui s’est sont pro­cu­rés plu­sieurs chan­dails. Pe­tit à pe­tit ça sort du cadre sco­laire et c’est très in­té­res­sant […] Pour nous, c’est vrai­ment mis­sion ac­com­plie», men­tionne M. Char­le­bois.

Le pré­sident de la Com­mis­sion sco­laire au Coeur-des-val­lées (CSCV), Éric An­toine, confie avoir été vic­time d’in­ti­mi­da­tion à L’ESHG lors­qu’il la fré­quen­tait, il y a une tren­taine d’an­nées. «Ça existe de­puis long­temps l’in­ti­mi­da­tion, mais au­jourd’hui on connait da­van­tage les consé­quences. Il faut conti­nuer à dé­non­cer l’in­ti­mi­da­tion.»

M. Char­le­bois confirme que les élèves se sentent de plus en plus in­ter­pel­lés dans le mou­ve­ment du chan­dail rose.

Sur l’heure du mi­di, plu­sieurs élèves ha­billés en rose sont sor­tis à l’ex­té­rieur, de­vant l’éta­blis­se­ment sco­laire, pour la le­vée du dra­peau rose où on peut lire «Tous unis contre l’in­ti­mi­da­tion et la vio­lence».

De­puis l’an­née der­nière, les écoles de la CSCV ont ce même dra­peau af­fi­ché à la vue de tous. Des ac­ti­vi­tés sont éga­le­ment or­ga­ni­sées dans l’en­semble des écoles afin de sen­si­bi­li­ser les élèves à s’unir contre l’in­ti­mi­da­tion.

À L’ESHG, des kiosques en lien avec la jour­née étaient ins­tal­lés dans le hall d’en­trée de l’école. Un kiosque in­ci­tait les élèves à po­ser de bonnes ac­tions du­rant la jour­née. Un autre avait pour but de sen­si­bi­li­ser les élèves à pen­ser à ce qu’ils vont dire aux autres. Les élèves pou­vaient aus­si écrire des mes­sages de paix dans un autre kiosque.

Trois élèves avaient leur propre table pour pré­sen­ter leur ini­tia­tive qui consiste à ins­tal­ler des «Boîtes NAI (Non à l’in­ti­mi­da­tion)» dans cer­tains en­droits de l’école. Les élèves pour­ront y De plus en plus, il y a des élèves qui s’im­pliquent avec le port du chan­dail rose, mais aus­si au-de­là de ça.» Ro­bert Char­le­bois dé­po­ser, sans être vus, un pa­pier pour dé­non­cer des actes d’in­ti­mi­da­tion dont ils ont été té­moins.

«Ça va per­mettre de dé­non­cer sans que les autres sachent que c’est toi qui a dé­non­cé. Ça peut être les amis de l’in­ti­mi­da­teur, des té­moins et même l’in­ti­mi­da­teur lui-même qui va uti­li­ser ces boîtes», in­dique Jé­sa­belle La­jeu­nesse, l’une des élèves res­pon­sables de l’ini­tia­tive.

«Je pense que ça va fonc­tion­ner, car les gens ont sou­vent honte de dé­non­cer les autres. Les boîtes vont être une meilleure ma­nière de dé­non­cer l’in­ti­mi­da­tion», es­père-t-elle.

Rap­pe­lons qu’au dé­part, la jour­née du chan­dail rose est née en 2007 en Nou­velle-écosse alors qu’un élève s’est pré­sen­té à la po­ly­va­lente avec un chan­dail rose, ce qui a fait de lui la cible d’actes de mé­chan­ce­té de la part de ses col­lègues. Des jeunes té­moins des scènes d’in­ti­mi­da­tion dont était vic­time l’élève sont ar­ri­vés le len­de­main à l’école avec un chan­dail rose afin de dé­non­cer le com­por­te­ment des in­ti­mi­da­teurs.

L’évé­ne­ment se­ra de re­tour en 2019.

(Pho­to Le Bul­le­tin – Louis-charles Poulin)

Un dra­peau rose avec l’in­di­ca­tion «Tous unis contre l’in­ti­mi­da­tion et la vio­lence» a été his­sé de­vant l’école se­con­daire Hor­mis­das-ga­me­lin (ESHG).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.