COYOTES DÉ­PLA­CÉS

Le Carillon - - La Une - CHAN­TAL QUI­RION chan­tal.qui­rion@eap.on.ca

Cer­tains en ont aper­çu un, d’autres deux, et par­fois plus. En fait, se­lon De­nis Juillet, ges­tion­naire de la faune, ils étaient quatre coyotes à chas­ser ré­gu­liè­re­ment à l’in­té­rieur des li­mites de la ville de Haw­kes­bu­ry.

Pour la pre­mière fois d’ailleurs, la Ville de Haw­kes­bu­ry a eu re­cours aux ser­vices d’un ex­pert pour ré­soudre cette si­tua­tion in­ha­bi­tuelle. « À la Ville, c’est une si­tua­tion qu’ils ne connais­saient pas », a in­di­qué M. Juillet.

Les quatre bêtes ont été cap­tu­rées et dé­por­tées dans une fo­rêt de l’ouest des Com­tés unis de Pres­cott et Rus­sell, un lieu suf­fi­sam­ment vaste pour leur of­frir un ter­ri­toire adé­quat et tout le gi­bier dé­si­ré. « Ils sont dans un gros boi­sé avec une faune abon­dante. »

À en ju­ger par les pho­tos ce­pen­dant, Haw­kes­bu­ry semble avoir été un garde-man­ger bien gar­ni. « Les po­pu­la­tions de chats er­rants ont di­mi­nué et j’ai eu plu­sieurs ap­pels de gens qui crai­gnaient pour leur chiens et leurs chats. Cet été, on au­rait eu des pos­si­bi­li­tés d’at­taques as­sez éle­vées. Il y avait le risque aus­si, qu’un ré­sident dé­cide de prendre sa ca­ra­bine pour s’en dé­bar­ras­ser. Si les ci­toyens gèrent la si­tua­tion eux-mêmes, ça peut de­ve­nir un pro­blème. »

Nor­ma­le­ment, le coyote ne s’aven­ture pas dans les zones ur­baines et ce n’est pas le manque de nour­ri­ture, dans ce cas-ci, qui au­rait ame­né ces in­di­vi­dus à adop­ter ce ter­ri­toire de chasse non-conven­tion­nel. Ce se­rait plu­tôt une si­tua­tion par­ti­cu­lière, se­lon M. Juillet.

« Je pense que l’ori­gine de la si­tua­tion, c’est une fe­melle qui a été bles­sée le prin­temps der­nier (2014). Elle s’est fait frap­pée et a été mettre bas en-des­sous d’un ca­ba­non sur Pat­tee Road. Les pro­prié­taires l’ont vu pen­dant le week-end et ils m’ont ap­pe­lé. Quand je suis ar­ri­vé, la fe­melle était par­tie avec les pe­tits. Comme elle était bles­sée, je pense qu’elle les a al­lai­tés mais qu’elle a op­té pour de la nour­ri­ture fa­cile, comme les sta­tion­ne­ments des res­tau­rants. »

Il pour­suit : « Il y a des gens qui ra­massent les dé­chets qui me l’ont confir­mé. Du­rant l’hi­ver, comme ils étaient as­sez grands, la mère les a lais­sés à eux-mêmes et a re­pris le che­min nor­mal de la na­ture. Mais les jeunes, eux, avaient ap­pris à chas­ser dans la ville. Ils fai­saient leur tour une ou deux fois par se­maine. »

M. Juillet a re­cons­ti­tué le tra­jet ef­fec­tué par les coyotes, pas­sant, entre autres, par les rue McGill, Al­bert et la Main, pour af­fir­mer que la dis­tance cor­res­pon­dait au ter­ri­toire nor­mal de cet ani­mal. « Le soir, au cours de la der­nière an­née, ils se pro­me­naient par­tout à la gran­deur de la ville. Cet ani­mal-là avait adop­té un com­por­te­ment de chasse en ville. »

Pour De­nis Juillet, cer­tains dé­fis se po­saient alors. Il fal­lait choi­sir le bon piège pour ne pas bles­ser le coyote et pour évi­ter de prendre des prises indésirables, comme les chats et chiens des quar­tiers vi­si­tés. Il fal­lait aus­si évi­ter d’alar­mer le voi­si­nage. « Je vou­lais pro­cé­der pres­qu’in­co­gni­to car je ne vou­lais pas in­quié­ter les gens. »

En hi­ver, à cause des bancs de neige, c’était le mo­ment idéal puisque les ani­maux do­mes­tiques n’ont pas pour ha­bi­tude de les fran­chir. M. Juillet, quant à lui, avec sa connais­sance ai­guë des com­por­te­ments ani­ma­liers et son ex­per­tise sur les pièges al­laient se mettre à l’oeuvre. Sa mis­sion est ter­mi­née mais il gar­de­ra l’oeil ou­vert.

« Je ne sais pas si ces in­di­vi­dus-là en ont en­traî­né d’autres dans le ter­ri­toire, ça reste à suivre. » En mi­lieu ru­ral, M. Juillet est em­bau­ché ré­gu­liè­re­ment par les ad­mi­nis­tra­tions mu­ni­ci­pales pour ré­pondre à des pro­blé­ma­tiques de re­nards et de coyotes qui semblent avoir en­vie de jouir du sta­tut de ré­sident per­ma­nent. Mais pour Haw­kes­bu­ry, il s’agis­sait d’une pre­mière.

Le ges­tion­naire de la faune, De­nis Juillet, s’ap­prête à conduire ce coyote qu’il a cap­tu­ré à Haw­kes­bu­ry, dans un ha­bi­tat plus adé­quat dans l’ouest des Com­tés unis de Pres­cott et Rus­sell. L’ani­mal pié­gé était très calme et le dé­rou­le­ment des opé­ra­tions s’est fait sans heurt.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.