Ces cu­rés de la ré­gion ve­nus d’Afrique

Ori­gi­naires du Con­go, ils cé­lèbrent la messe dans les quatre coins de la ré­gion.

Le Carillon - - La Une - ÉLISE MERLIN élise.merlin@eap.on.ca

Alors qu’au siècle der­nier, des prêtres d’ici par­taient en mis­sion en Afrique, c’est tout le contraire qui se pro­duit au­jourd’hui. Au Ca­na­da et ailleurs, l’Église fait face à une crise des vo­ca­tions. Les pa­roisses ont du mal à re­cru­ter. Con­sé­quence? Elles font de plus en plus ap­pel à des prêtres étran­gers.

Pres­cott et Rus­sell a ac­cueilli, de­puis une quin­zaine d’an­nées, quelques-uns de ces prêtres ve­nus d’ailleurs, y com­pris l’ab­bé Fran­çois Kib­wenge, cu­ré à Haw­kes­bu­ry, l’ab­bé Al­bert Ka­za­di Nka­sha­ma, de Ro­ck­land, l’ab­bé Pas­cal Ni­zi­giyi­ma­na, cu­ré à St Isi­dore, et l’ab­bé Al­bert Kaum­ba Muf­wa­ta d’Em­brun. Comment ont-ils été ac­cueillis? Comment se sont-ils adap­tés? Quelles sont les dif­fé­rences entre la fa­çon de cé­lé­brer l’eu­cha­ris­tie ici et en Afrique? Ces der­niers ont bien vou­lu ré­pondre à nos ques­tions.

Ac­cueil et adap­ta­tion

Em­brun, le père Al­bert Kaum­ba Muf­wa­ta est ar­ri­vé en 2010 à la tête de la pa­roisse. Il se sou­vient en­core de son ar­ri­vée. « Quand je suis ar­ri­vé la pa­roisse d’Em­brun, les ha­bi­tants m’ont tout de suite ac­cueilli, je m’en­tends bien avec tout le monde », a ex­prim le père Al­bert Kaum­ba Muf­wa­ta.

Il ar­rive qu’un Afri­cain soit mal ac­cep­té par ses fi­dèles, mais dans l’en­semble, les choses se passent plu­tôt bien. Nombre de pa­rois­siens ap­pré­cient ces prêtres sou­vent jeunes et pleins d’hu­mour. Leur vi­ta­li­té et le dy­na­misme E de leurs ser­mons plaisent.

Le cu­ré de l’ glise de Saint-Isi­dore, Pas­cal E Ni­zi­giyi­ma­na, qui a per­du son glise il y a quelques se­maines, s’en­tend lui aus­si très bien avec la com­mu­nau­té. Il est fier et es­père

res­ter ici pour plu­sieurs an­nées. Son adap­ta­tion s’est très bien dé­rou­lée. J' ai fait mes etudes a' Ot­ta­wa et el dio­cese d' Ot­ta­wa m'a pro­pose un poste a Saint

aintI­si­dore. J’ai dit oui tout de suite, je vou­lais al­ler dans une pe­tite ville pour nouer plus fa­ci­le­ment des liens avec la com­mu­nau­té », a confié le père Pas­cal Ni­zi­giyi­ma­na. Et c’est pa­ri ga­gné, car le prêtre est une vé­ri­table ve­dette à Saint-Isi­dore où on le qua­li­fie de per­sonne sé­rieuse avec beau­coup d’hu­mour et d’op­ti­misme.

Mais bien que l’ac­cueil ait été, règle gé­né­rale, as­sez cha­leu­reux, le père Al­bert Ka­za­di Nka­sha­ma de Ro­ck­land se sou­vient d’un ac­cueil plus froid à son ar­ri­vée au Ca­na­da. tra­vers le hu­blot de l’avion et j’ai vu toute cette neige. Je pen­sais que c’était du sable. Je n’étais pas ha­billé très chau­de­ment, j’ai été très sur­pris en sor­tant de l’aé­ro­port », a pour­sui­vi le cu­ré de l’ glise de Ro­ck­land, en riant.

L’ab­bé Al­bert Ka­za­di Nka­sha­ma, de Ro­ck­land— pho­to Élise Merlin

—pho­to Élise Merlin

L’ab­bé Pas­cal Ni­zi­giyi­ma­na, cu­ré à l’église de Saint Isi­dore

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.