Prix pres­ti­gieux pour la Troupe des Non­cou­pables

Le Carillon - - Actualite - ÉLISE MER­LIN elise.mer­lin@eap.on.ca

La troupe des Non-cou­pables a ré­cem­ment re­çu la Dis­tinc­tion June Call­wood pour

contri­bu­tion bé­né­vole ex­cep­tion­nelle. Cet hom­mage du gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio a été ren­du à l’or­ga­nisme théâ­tral pour sou­li­gner sa contri­bu­tion à la qua­li­té de la vie de la col­lec­ti­vi­té et du sou­tien im­por­tant au sec­teur bé­né­vole. C’est le 26 avril der­nier que des co­mé­diens de la troupe sont al­lés re­ce­voir ce pres­ti­gieux hon­neur à To­ron­to.

La Troupe des Non-cou­pables a re­çu ce prix sans voir ve­nir le coup. En ef­fet, c’est Louise Bé­dard, la res­pon­sable de la lo­gis­tique de la troupe, qui, sans leur dire, les a ins­crits à cette dis­tinc­tion qui ré­com­pense des par­ti­cu­liers et des groupes pour contri­bu­tion bé­né­vole ex­cep­tion­nelle et ges­tion des bé­né­voles dans leurs col­lec­ti­vi­tés. C’est alors que les co­mé­diens Guy Rou­leau et Gilles Bé­lan­ger sont al­lés ré­cu­pé­rer la plaque à To­ron­to. La pre­mière mi­nistre de l’On­ta­rio, Kath­leen Wynne, et Lau­ra Al­ba­nese, la mi­nistre des Af­faires ci­viques et de l’Im­mi­gra­tion, ont félicité la troupe pour leurs ac­ti­vi­tés.

« La plaque re­çue est consa­crée à tous les membres de la troupe, a dé­cla­ré Guy Rou­leau. C’est un ac­com­plis­se­ment re­çu par toute la troupe. Cette plaque rend hon­neur à la contri­bu­tion, à la qua­li­té de la vie dans notre com­mu­nau­té et à notre sou­tien im­por­tant au bénévolat. L’ar­gent ré­col­té des billets de nos spec­tacles a été en­tiè­re­ment à la com­mu­nau­té. On aide les gens dans le be­soin à tra­vers le théâtre. On a don­né à la com­mu­nau­té la somme de 44 600 $ et cette an­née, on ai­me­rait dé­pas­ser le cap des 50 000 $. C’est un prix qui est dé­cer­né an­nuel­le­ment à 12 or­ga­nismes ou in­di­vi­dus en On­ta­rio. On re­mer­cie tous ceux qui nous ont ap­puyés. Nous n’étions pas au cou­rant que Louise Bé­dard avait pos­tu­lé pour nous. Nous la re­mer­cions cha­leu­reu­se­ment. »

La Troupe re­monte sur scène en juin

Tous les wee­kends du mois de juin et à par­tir du 2 juin, la Troupe des Non­cou­pables re­mon­te­ra à nou­veau sur scène à l’An­cienne pri­son de L’Ori­gnal pour y jouer la pièce La der­nière pen­dai­son. Pour leur 7e an­née, ils vont jouer la pièce qu’en­vi­ron 5000 per­sonnes ont dé­jà vue et qui ra­conte l’his­toire de deux in­di­vi­dus qui, aux prises avec les re­tom­bées dé­vas­ta­trices de la crise éco­no­mique des an­nées 1930, adoptent une so­lu­tion in­no­va­trice pour joindre les deux bouts.

La pièce ne se veut pas une condam­na­tion ou­tra­gée de leurs ac­tions, mais bien un re­flet du cli­mat so­cial qui pré­va­lait à l’époque. « La pièce est ba­sée sur un fait di­vers no­toire qui s’est pas­sé en 1930 dans la ré­gion. C’est un meurtre qui est ar­ri­vé dans le coin ici et qui a fait cou­ler beau­coup d’encre dans le temps. Deux culti­va­teurs, dont les noms ont été chan­gés dans la pièce pour n’of­fus­quer per­sonne, dé­cident de prendre des po­lices d’as­su­rance pour des per­sonnes qui avaient été en­ga­gées sur la ferme et comme il y avait des ac­ci­dents qui ar­ri­vaient, eux ils se met­taient bé­né­fi­ciaires », a in­di­qué Guy Rou­leau, co­mé­dien qui joue l’un de ces deux culti­va­teurs.

Le lan­gage, la toile hu­maine et la pen­sée po­li­tique vé­hi­cu­lée dans La der­nière pen

dai­son re­plongent le pu­blic dans les joies et les mi­sères vé­cues par nos an­cêtres. Ce sont donc 20 co­mé­diens qui mon­te­ront sur scène, le mois de juin pro­chain, pour jouer dif­fé­rents rôles de ce sy­nop­sis pour le moins cap­ti­vant.

Ce que l’on note d’aty­pique, éga­le­ment, c’est que le pre­mier acte de la pièce se­ra joué dans la pri­son de L’Ori­gnal, là où les deux culti­va­teurs ont été pen­dus à l’époque. Et le deuxième acte se­ra joué à l’in­té­rieur de la Cour de jus­tice de L’Ori­gnal, afin de plon­ger da­van­tage les spec­ta­teurs dans l’his­toire du pro­cès de ces deux culti­va­teurs, qui a eu lieu en 1932. Au moins 5000 per­sonnes sont dé­jà ve­nues voir cette pièce, dont l’his­toire est très bien fi­ce­lée et dont les grandes lignes peuvent être iro­niques. L’hu­mour est le maître-mot de tous ces co­mé­diens. La mise en scène est si­gnée Gilles Bé­lan­ger, que l’on re­trouve aus­si sur scène, et le sy­nop­sis a été écrit par Guy Rou­leau et Ian McKech­nie.

Pour de plus amples ren­sei­gne­ments : 613-675-2237 ou la page Fa­ce­book de la troupe.

pho­to four­nie par Guy Rou­leau

La Troupe des Non-cou­pables re­monte sur scène à la pri­son de L’Ori­gnal, les 2,3, 9, 10, 16, 17, 23 et 24 juin pour la 7e édi­tion de La der­nière pen­dai­son.—

—pho­to four­nie par Guy Rou­leau

La Troupe des Non-cou­pables a re­çu la Dis­tinc­tion June Call­wood pour contri­bu­tion bé­né­vole ex­cep­tion­nelle.

On re­con­nait Alexan­der Bez­zine, sous-mi­nistre des Af­faires ci­viques et de l’Im­mi­gra­tion, les co­mé­diens Alain Fra­ser, Jacques Gour, Gilles Bé­lan­ger et Guy Rou­leau, et Lau­ra Al­ba­naise, mi­nistre des Af­faires ci­viques et de l’Im­mi­gra­tion.

—pho­to Élise Mer­lin

Guy Rou­leau et Gilles Bé­lan­ger avec leur prix lors de notre ren­contre dans les lo­caux du Ca­rillon

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.