Jacques Mar­tin ap­porte la Coupe Stan­ley à Haw­kes­bu­ry

Les fans de ho­ckey étaient nom­breux à ve­nir ren­con­trer Jacques Mar­tin et se faire pho­to­gra­phier en com­pa­gnie de la my­thique Coupe Stan­ley lors de son pas­sage dans la ré­gion le 22 août der­nier.

Le Carillon - - La Une - KRIS­TI­NA SER­VANT kris­ti­na.ser­vant@eap.on.ca

L’en­traî­neur ad­joint des Pin­gouins de Pitts­burg, Jacques Mar­tin, est ve­nu pré­sen­ter la Coupe Stan­ley pour une deuxième an­née consé­cu­tive, aux gens de Haw­kes­bu­ry et les en­vi­rons, le mar­di 22 août der­nier.

Une cen­taine de par­ti­sans de ho­ckey s’étaient ras­sem­blés chez le conces­sion­naire au­to­mo­bile La­plante, sur la rue Main à Haw­kes­bu­ry, dans l’unique but d’y ren­con­trer l’en­traî­neur ad­joint et de se faire pho­to­gra­phier en com­pa­gnie de la my­thique Coupe Stan­ley. Por­tant à la fois les cou­leurs des Pin­gouins et des Sé­na­teurs, ces ama­teurs de ho­ckey n’avaient que quelques se­condes pour fé­li­ci­ter Jacques Mar­tin.

« Nous sommes ar­ri­vés à 14 h pile », a men­tion­né Ja­cinthe Labelle, qui at­ten­dait en ligne pour se faire pho­to­gra­phier avec l’en­traî­neur ad­joint et la Coupe Stan­ley. Elle a ajou­té éga­le­ment que Jacques Mar­tin était un ami de ses pa­rents.

Re­ve­nir à la mai­son

Chaque membre de l’équipe et du per­son­nel a eu la chance d’avoir la Coupe Stan­ley chez lui pour un cer­tain temps. La plu­part des joueurs choi­sissent de pré­sen­ter le fa­meux tro­phée dans leur ville na­tale, per­met­tant à de nom­breux par­ti­sans de voir la Coupe au moins une fois dans leur vie, sans né­ces­sai­re­ment se rendre au Temple de la re­nom­mée du ho­ckey à To­ron­to.

Pour Jacques Mar­tin, ap­por­ter la Coupe dans la ré­gion de Haw­kes­bu­ry était im­por­tant puis­qu’il a dé­bu­té sa car­rière ici. « C’est une oc­ca­sion de re­ve­nir dans un en­droit où j’ai com­men­cé mon coa­ching au ju­nior avec les Hawks. C’est une ré­gion qui est proche de ma ré­gion na­tale, donc le choix d’em­me­ner la Coupe ici pour la par­ta­ger avec les gens de la ré­gion, c’est quelque chose qui me fait plai­sir. »

Et com­ment se sent-on quand on rem­porte deux fois en ligne la Coupe Stan­ley ? « C’est deux sen­ti­ments dif­fé­rents. C’est ex­cep­tion­nel. C’est quelque chose qui te fait réa­li­ser le rêve que tu as de­puis que tu es jeune. Tu ap­pré­cies éga­le­ment d’avoir pu la rem­por­ter et tu es­pères d’en rem­por­ter une troi­sième l’an pro­chain ! », a in­di­qué Jacques Mar­tin, en en­tre­vue avec les mé­dias lo­caux.

—pho­to Kris­ti­na Ser­vant

L’en­traî­neur-ad­joint des Pin­gouins de Pitts­burgh, Jacques Mar­tin, est ve­nu pré­sen­ter la Coupe Stan­ley aux par­ti­sans qui s’étaient réunis chez le conces­sion­naire au­to­mo­bile La­plante de Haw­kes­bu­ry.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.