L’agri­cul­ture bio­lo­gique, c’est quoi exac­te­ment?

Le Carillon - - Agriculture -

Quand on pense aux ali­ments bio, des ex­pres­sions comme « res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment », « ab­sence d’OGM » ou « non-usage de pes­ti­cides chi­miques » nous viennent en tête... Mais, concrè­te­ment, que si­gni­fie « bio­lo­gique »?

Un ali­ment bio­lo­gique — qu’il soit vé­gé­tal ou ani­mal — a été pro­duit ou trans­for­mé dans un sou­ci de pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment, de main­te­nir la biodiversité, de res­pec­ter les cycles na­tu­rels et de pri­vi­lé­gier la san­té et le bien-être des ani­maux. Ain­si, les tech­niques em­ployées en agri­cul­ture bio ex­cluent, par exemple, l’uti­li­sa­tion de pes­ti­cides et d’en­grais chi­miques de syn­thèse, d’an­ti­bio­tiques et d’hor­mones de crois­sance, d’agents de conser­va­tion chi­miques, d’OGM et d’ir­ra­dia­tion. Au contraire, les agri­cul­teurs re­courent no­tam­ment au re­cy­clage, à la ro­ta­tion des cultures, aux res­sources re­nou­ve­lables, à la nour­ri­ture bio­lo­gique (pour le ré­gime des ani­maux d’élevage) et aux cultures-abris (plan­ta­tions de vé­gé­taux qui fer­ti­lisent les terres). De telles pra­tiques per­mettent, entre autres, de pré­ser­ver la ri­chesse des sols à long terme et d’en ré­duire au mi­ni­mum l’éro­sion, de fa­vo­ri­ser la san­té des ani­maux d’élevage et de di­mi­nuer les risques de conta­mi­na­tion du sol et de l’eau.

Par ailleurs, l’agri­cul­ture bio­lo­gique contri­bue au dé­ve­lop­pe­ment de l’éco­no­mie lo­cale, no­tam­ment parce qu’elle crée de nom­breux em­plois. Les mé­thodes de pro­duc­tion néces- sitent en ef­fet plus de main-d’oeuvre (pour la ges­tion des mau­vaises herbes et des in­sectes nui­sibles, par exemple). En­fin, l’agri­cul­ture bio offre aux consom­ma­teurs des ali­ments — pro­duits lai­tiers ou de l’érable, fruits et lé­gumes, viandes, cé­réales — sains, nu­tri­tifs et goû­teux à sou­hait! Que de­man­der de mieux?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.