La ligne conti­nue se­ra en­core là pour quelques an­nées sur le pont

Le Courrier Sud - - ACTUALITÉS - JOANIE MAILHOT joanie.mailhot@tc.tc

De­puis le prin­temps 2014, une ligne conti­nue est peinte entre les deux voies d’une même di­rec­tion sur le pont La­vio­lette. En mai de la même an­née, le mi­nis­tère des Trans­ports in­di­quait qu’il s’agis­sait d’une me­sure tem­po­raire. Or, trois ans plus tard, cette ligne conti­nue est tou­jours vi­sible.

Au dé­part, cette me­sure de­vait per­mettre de main­te­nir la cir­cu­la­tion pen­dant les opé­ra­tions, étant don­né que con­crè­te­ment, la ligne conti­nue per­met de mettre en place une cir­cu­la­tion à contre­sens sur une voie dans chaque di­rec­tion.

De­puis 2014, la ligne conti­nue a pra­ti­que­ment tou­jours été lais­sée en per­ma­nence. «Comme des tra­vaux sont pré­vus chaque an­née sur le pont, elle y res­te­ra pour en­core quelques an­nées», a fait sa­voir Jean La­marche, por­te­pa­role du ré­gio­nal du MTQ.

«De cette fa­çon, on peut réa­li­ser divers tra­vaux en as­su­rant la sé­cu­ri­té des tra­vailleurs, pour­suit-il. En ef­fet, cette me­sure per­met d’aug­men­ter l’ef­fi­ca­ci­té des plages ho­raires de chantier, qui sont sou­vent de nuit et de fin de se­maine. Il faut sa­voir aus­si que la ligne conti­nue per­met de mi­ni­mi­ser le temps consa­cré à l’ins­tal­la­tion et à la ges­tion d’une si­gna­li­sa­tion tem­po­raire.»

M. La­marche ex­plique que de re­mettre une ligne poin­tillée comme me­sure tem­po­raire né­ces­si­te­rait de cau­ser une autre en­trave à la cir­cu­la­tion. «Il ne se­rait pas en­vi­sa­geable en ce mo­ment de ré­ta­blir tem­po­rai­re­ment la ligne poin­tillée, à court terme. De plus, ce­la ris­que­rait de se­mer la confu­sion chez cer­tains usa­gers.»

Ce­la dit, le MTQ pré­voit que lorsque les tra­vaux se­ront ter­mi­nés ou qu’on pré­voi­ra une sé­quence de temps as­sez longue sans tra­vaux, pour ne pas créer de confu­sion pour les usa­gers, «on ver­ra peut-être à ré­ta­blir le poin­tillé».

Il est in­ter­dit de fran­chir une ligne conti­nue. Cette règle s’ap­plique sur le pont La­vio­lette, mais peu d’au­to­mo­bi­listes ne la res­pectent. Les contre­ve­nants sont pas­sibles d’une amende de 200$, plus 71$ de frais ju­di­ciaires et une contri­bu­tion de 40$ à la SAAQ, en plus de la perte de trois points d’in­ap­ti­tude.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.