Karine Ga­gné de­meu­re­ra en pri­son aux Ba­ha­mas

Le Courrier Sud - - ACTUALITÉS -

Ac­cu­sée d’agres­sion sexuelle sur un jeune homme de 15 ans aux Ba­ha­mas, Karine Ga­gné a re­çu une bien mau­vaise nou­velle, ven­dre­di, lors de sa com­pa­ru­tion de­vant la Cour su­prême : elle de­vra de­meu­rer en pri­son jus­qu’à son procès.

«C’est plate, mais on doit vivre avec. On n’a pas de pou­voir là-des­sus», a in­di­qué son père, Steve Ga­gné. Il ajoute qu’un rap­port, qui lui don­ne­ra pro­ba­ble­ment une meilleure idée de la si­tua­tion, de­vrait lui être en­voyé dans les pro­chains jours par les avo­cats de sa fille.

Le père de la jeune mère de trois en­fants spé­ci­fie que son avo­cate compte de­man­der une li­bé­ra­tion sous cau­tion pro­chai­ne­ment, et confirme qu’elle se­ra de re­tour de­vant les tri­bu­naux le 3 mars pro­chain. Men­tion­nons que trois avo­cats des Ba­ha­mas tra­vaillent ac­tuel­le­ment sur le dos­sier de Karine Ga­gné.

Jeu­di, alors qu’elle se trou­vait à Nas­sau de­puis lun­di, Chan­tale Auclair a in­di­qué à TC Me­dia es­pé­rer que sa fille soit li­bé­rée sous pro­messe de com­pa­raître. Une pos­si­bi­li­té qui a été évo­quée, et qui si­gni­fie que la jeune mère pour­rait re­ve­nir au pays en at­ten­dant sa sen­tence. Ce­pen­dant, rien n’est cer­tain.

Elle a as­sis­té à la com­pa­ru­tion de sa fille, et de­vait re­par­tir ven­dre­di soir. «Elle me dit qu’elle vire folle à force d’être seule», a-t-elle in­di­qué sa mère qui lui avait ap­por­té des vê­te­ments propres et des livres.

La Bé­can­cou­roise a éga­le­ment pu par­ler à ses filles, une des seules fois de­puis sa dé­ten­tion. La mère et la fille sont ex­trê­me­ment proches l’une de l’autre, même en ces temps trou­blés. Elles s’ap­pellent le plus sou­vent pos­sible. «C’est une confi­dente. Ici, elle ha­bite près de chez moi et nous nous voyons tous les jours.»

Le même soir, plu­sieurs per­sonnes ont dé­fi­lé à la Ca­bane à sucre Chez Ti-Père, du sec­teur Saint-Ni­cé­phone, afin de par­ti­ci­per à la cam­pagne de financement or­ga­ni­sée pour sou­te­nir la jeune femme et l’ai­der à ren­trer chez elle. Des t-shirts avec l’ins­crip­tion «Je sup­porte Karine» ont aus­si été mis en vente au coût de 20 $.

Le tout a été or­ga­ni­sé par les proches et les col­lègues de tra­vail de Karine Ga­gné au bar Le Re­bel, à Sainte-Per­pé­tue, qui bûchent de­puis quelques se­maines afin d’amas­ser de l’ar­gent pour payer les frais re­liés à cette sa­ga ju­di­ciaire.

Si quelques jours après sa pu­bli­ca­tion le mon­tant amas­sé frô­lait à peine les 350 $, ce sont plus de 8 800 $ qui fi­gurent dé­sor­mais au comp­teur. Cer­tains dons se chiffrent même à 1000 $. Steve Ga­gné consi­dère im­pres­sion­nants les mon­tants qui ont été amas­sés jus­qu’à pré­sent. «Je ne m’at­ten­dais même pas à ce qu’on ra­masse une aus­si belle somme.»

Rap­pe­lons que les faits se se­raient dé­rou­lés dans une soi­rée à thé­ma­tique ca­si­no, au bar du bateau de croisière Nor­we­gian Sky. Dif­fi­cile de sa­voir ce qui s’est réel­le­ment pas­sé. Chan­tale Auclair, la mère de Karine Ga­gné, confirme tou­te­fois qu’une re­la­tion au­rait bel et bien eu lieu dans les toi­lettes.

Elle ajoute qu’à la suite de la plainte du jeune homme de 15 ans, ce der­nier et Karine ont fait cha­cun une dé­po­si­tion, re­con­nais­sant qu’il y a avait eu re­la­tion avec consen­te­ment. «Les deux se par­laient de­puis quelques jours sur le bateau de croisière. La mère du jeune homme les a vus sor­tant tous les deux de la même salle de bain et elle a fait une plainte.»

Men­tion­nons que l’âge du consen­te­ment sexuel est de 16 ans, aux Ba­ha­mas comme au Ca­na­da.

JUS­TICE.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.