La ré­or­ga­ni­sa­tion se met en branle

Le Courrier Sud - - ACTUALITÉS - JOA­NIE MAILHOT joa­nie.mailhot@tc.tc

L’école pri­maire Mar­quis de Saint-Cé­les­tin de­vra fer­mer ses portes pour la pro­chaine an­née sco­laire puisque des tra­vaux d’ur­gence se­ront né­ces­saires pour as­su­rer la sé­cu­ri­té des élèves et des membres du per­son­nel. L’ac­cès y est d’ailleurs dé­jà in­ter­dit.

À la suite d’une mise à jour de l’éva­lua­tion struc­tu­rale par des in­gé­nieurs du Groupe SM in­ter­na­tio­nal inc., où ont été no­tées des fis­sures dans les murs de fon­da­tion, des dé­for­ma­tions im­por­tantes dans la toi­ture, des ro­ta­tions im­por­tantes des as­sem­blages re­liant les élé­ments por­teurs, des fis­sures obliques et ho­ri­zon­tales re­la­ti­ve­ment ré­centes dans les murs, des fis­sures ver­ti­cales au-des­sus des portes et plu­sieurs fis­sures im­por­tantes sur le plan­cher, la Com­mis­sion sco­laire de la Ri­ve­raine n’a d’autres choix que de fer­mer l’école Mar­quis pour la pro­chaine an­née sco­laire.

Les re­com­man­da­tions du Groupe SM in­ter­na­tio­nal inc. pré­cisent que les sec­teurs des bâ­ti­ments à l’étude com­portent des risques de moyens à im­por­tants concer­nant la sé­cu­ri­té des oc­cu­pants. Le Groupe SM re­com­mande for­te­ment que des tra­vaux de re­cons­truc­tion ou de ren­for­ce­ment/sta­bi­li­sa­tion soient réa­li­sés.

La ré­or­ga­ni­sa­tion s’est donc mise en branle la se­maine der­nière, no­tam­ment en ce qui a trait à la re­lo­ca­li­sa­tion des élèves. En ef­fet, les élèves du pré­sco­laire, 1re et 2e an­nées et les deux classes de lan­gage se­ront di­ri­gés à l’école Arc-en-Ciel de Sainte-Mo­nique, alors que les élèves de la 3e à la 6e an­née iront à l’école Des­pins de Sainte-Ger­trude. En­fin, c’est l’école Har­fang-des-Neiges de Gen­tilly qui ac­cueille­ra les élèves des deux classes d’adap­ta­tion sco­laire.

Des pa­rents avaient sou­mis l’idée de re­lo­ca­li­ser les élèves de Saint-Cé­les­tin au Fau­bourg Mont-Bé­nilde, à Sainte-An­gèle-de-La­val, op­tion que la Ri­ve­raine avait aus­si ana­ly­sée, mais qui n’a fi­na­le­ment pas été re­te­nue. « Il y a dif­fé­rents élé­ments dont on a te­nu compte pour en ar­ri­ver à cette dé­ci­sion, à com­men­cer par les coûts de lo­ca­tion du Mont-Bé­nilde, alors qu’on a des écoles équi­pées et prêtes à ac­cueillir de nou­veaux élèves. Comme on ne bé­né­fi­cie pas de sub­ven­tion, il fau­drait as­su­mer les coûts de lo­ca­tion et ce se­rait très dis­pen­dieux », men­tionne Pas­cal Blon­din, se­cré­taire gé­né­ral de la Com­mis­sion sco­laire.

Il in­dique d’ailleurs que le ser­vice de trans­port tra­vaille à la nou­velle or­ga­ni­sa­tion. Il est éga­le­ment im­por­tant de no­ter qu’il y au­ra un ser­vice de garde dans les lo­caux des loi­sirs de la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Cé­les­tin pour les élèves de l’école Mar­quis. «Le ser­vice de garde se­ra ou­vert le ma­tin et les élèves se­ront en­suite di­ri­gés par au­to­bus vers leur école res­pec­tive. Même chose pour le soir où les élèves ayant be­soin du ser­vice de garde se­ront ra­me­nés dans les lo­caux de la mu­ni­ci­pa­li­té », ex­plique M. Blon­din.

EN­FANTS D’UNE MÊME FA­MILLE

D’autre part, la Ri­ve­raine en­tend fa­vo­ri­ser la fra­trie à tra­vers la re­lo­ca­li­sa­tion. Con­crè­te­ment, ce sont 33 fa­milles qui sont concer­nées par cette si­tua­tion. De ce nombre, 14 sont dé­jà dans la même école pour la pro­chaine an­née sco­laire. Il reste donc 19 fa­milles pour les­quelles les en­fants ne sont pas dans la même école. Plu­sieurs dé­pla­ce­ments d’élèves du pré­sco­laire et du pre­mier cycle sont pos­sibles vers l’école Des­pins.

Pour ces fa­milles qui sou­haitent que leurs en­fants fré­quentent aus­si la même école, une de­mande doit être dé­po­sée par cour­riel d’ici le ven­dre­di 14 juillet à l’at­ten­tion de Pas­cal Blon­din à l’adresse sui­vante : blon­dinp@cs­ri­ve­raine.qc.ca. Il est né­ces­saire d’in­di­quer les noms de vos en­fants ain­si que leur ni­veau sco­laire res­pec­tif.

« Nous fe­rons tous les ef­forts né­ces­saires pour ré­pondre aux de­mandes, mais il est fort pos­sible que nous ne puis­sions toutes les com­bler, ad­met M. Blon­din. À cet égard, si les pa­rents font une de­mande pour que leurs en­fants fré­quentent une même école, le choix de cette école (Des­pins ou Arc-en-Ciel) ap­par­tien­dra à la Com­mis­sion sco­laire. Dans le cas où il y a plus de de­mandes que de pos­si­bi­li­tés, un ti­rage au sort pour­rait être ef­fec­tué pour le choix des fa­milles. Pour toutes ces de­mandes, une ré­ponse dé­fi­ni­tive se­ra trans­mise aux fa­milles au plus tard le 14 août. »

LE TEMPS PRESSE

Le se­cré­taire gé­né­ral a te­nu à rap­pe­ler que la Com­mis­sion sco­laire ne pou­vait pas se per­mettre d’at­tendre plus long­temps pour prendre toutes ces dé­ci­sions, car des ac­tions doivent être en­tre­prises ra­pi­de­ment, dont le ré­amé­na­ge­ment des écoles où sont trans­fé­rés les élèves. D’autre part, le dos­sier de l’école Mar­quis a été trans­mis au mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion et la Ri­ve­raine se donne jus­qu’en dé­cembre pour étu­dier les op­tions et éva­luer les coûts as­so­ciés à cha­cune d’elles. On pour­rait, par exemple, pro­cé­der à la ré­no­va­tion de l’école ou à une re­cons­truc­tion.

Pour le mo­ment, la Com­mis­sion sco­laire parle d’une fer­me­ture pour la pro­chaine an­née, mais dans les faits, Pas­cal Blon­din re­con­naît que ce se­rait éton­nant que l’école rouvre d’ici les deux pro­chaines an­nées compte te­nu des nom­breuses étapes à réa­li­ser.

Le Mi­nis­tère pour­rait tou­te­fois dé­ci­der de fer­mer dé­fi­ni­ti­ve­ment l’école. Ce­pen­dant, M. Blon­din est clair : pour la Com­mis­sion sco­laire de la Ri­ve­raine, tout comme pour les pa­rents, la prio­ri­té #1 est qu’au fi­nal, les élèves de Saint-Cé­les­tin puissent ré­in­té­grer l’école Mar­quis. « On tra­vaille­ra ab­so­lu­ment dans ce sens-là et on ten­te­ra d’ac­cé­lé­rer les dé­marches le plus qu’on peut. Pour nous, une fer­me­ture com­plète n’est vrai­ment pas en­vi­sa­gée, d’au­tant plus que la Mu­ni­ci­pa­li­té a beau­coup de pro­jets et que comme les écoles des com­mu­nau­tés avoi­si­nantes dé­bordent, on a be­soin de notre école à Saint-Cé­les­tin. »

Évi­dem­ment, il sou­ligne que les ana­lyses doivent être faites et que les coûts de­vront être éva­lués.

Un ser­vice de garde se­ra of­fert dans les lo­caux des loi­sirs de la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Cé­les­tin pour les élèves de l’école Mar­quis. » - Pas­cal Blon­din, se­cré­taire gé­né­ral de la Com­mis­sion sco­laire de la Ri­ve­raine

(Pho­to gra­cieu­se­té)

L’école Mar­quis, à Saint-Cé­les­tin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.