L’agres­seur plaide cou­pable à une ac­cu­sa­tion ré­duite

Phi­lippe Mail­hot avait frac­tu­ré la mâ­choire d’un joueur étoile du Big­Foot

Le Courrier Sud - - SPORTS - GE­NE­VIÈVE GEOF­FROY ge­ne­vieve.geof­froy@tc.tc

D’abord ac­cu­sé de voies de fait grave pour avoir frac­tu­ré la mâ­choire d’un joueur étoile d’une équipe ad­verse lors d’une pé­riode d’échauf­fe­ment en mars 2015, un ex-joueur du dé­funt Bliz­zard de SaintGa­briel-de-Bran­don a plai­dé cou­pable, le 31 août, à une ac­cu­sa­tion ré­duite de voies de fait cau­sant des lé­sions cor­po­relles.

Phi­lippe Mail­hot, 39 ans, risque une peine de 18 mois de pri­son. Il s’agit de la peine maxi­male pou­vant lui être im­po­sée pour avoir cau­sé une com­mo­tion cé­ré­brale et deux frac­tures à la mâ­choire du joueur étoile du Big­foot de Saint-Léo­nard-d’As­ton, Louis-Étienne Leblanc lors de la pé­riode d’échauf­fe­ment sur­ve­nue avant un match dé­ci­sif de la sé­rie op­po­sant leurs deux équipes de ho­ckey se­nior, le 14 mars 2015.

MÊ­LÉE GÉ­NÉ­RALE

Une mê­lée gé­né­rale ve­nait d’être ini­tiée par un co­équi­pier de Phi­lippe Mail­hot, Ke­vin Tal­bot, quelques mi­nutes à peine après le dé­but de la pé­riode d’échauf­fe­ment quand Phi­lippe Mail­hot a at­ta­qué Louis-Étienne Leblanc, sans aver­tis­se­ment et alors qu’il n’avait en au­cun cas été pro­vo­qué.

Les es­prits échauf­fés s’étaient cal­més et les joueurs re­trai­taient vers les ves­tiaires lors­qu’il lui a don­né un coup de poing au vi­sage. Louis-Étienne Leblanc s’est ef­fon­dré sur la glace. Phi­lippe Mail­hot a conti­nué à le frap­per alors qu’il se trou­vait au sol et une se­conde mê­lée gé­né­rale a écla­té.

CI­BLÉ

Avant le match, les joueurs du Bliz­zard avaient pla­ni­fié de pro­vo­quer une mê­lée gé­né­rale pour in­ti­mi­der les joueurs du Big­foot et le joueur Louis-Étienne Leblanc était l’un des joueurs ci­blés pour son style de jeu, se­lon le ré­su­mé des faits ad­mis par Phi­lippe Mail­hot, dont TC Media a ob­te­nu co­pie.

Lors de la pé­riode d’échauf­fe­ment, fil­mée en en­tier par un res­pon­sable du Big­foot, plu­sieurs joueurs du Bliz­zard ten­taient en ef­fet de pro­vo­quer et d’in­ti­mi­der leurs ad­ver­saires en se te­nant au bord de la ligne rouge de la pa­ti­noire qu’il est in­ter­dit de tra­ver­ser pen­dant cette pé­riode. À deux re­prises, Phi­lippe Mail­hot a tra­ver­sé cette ligne pour pro­vo­quer un ad­ver­saire.

D’ailleurs Ke­vin Tal­bot a amor­cé la pre­mière mê­lée gé­né­rale en quit­tant sa zone pour don­ner un double-échec dans le dos Louis-Étienne Leblanc avec son bâ­ton de ho­ckey. Il a plai­dé cou­pable à une ac­cu­sa­tion d’agres­sion ar­mée en juillet 2016 et a été ab­sout condi­tion­nel­le­ment pour son crime.

Le jeune homme de Saint-Mi­chel-des-Saints est sou­mis de­puis à une pro­ba­tion de deux ans pen­dant la­quelle il doit res­pec­ter de sé­vères condi­tions, dont une in­ter­dic­tion de par­ti­ci­per à toute forme de ho­ckey or­ga­ni­sé.

POUR­SUITE CI­VILE

Après l’évè­ne­ment, le Bliz­zard, Pierre-Luc Payette, ex-en­traî­neur et ex-di­rec­teur gé­né­ral de l’équipe, et Phi­lippe Mail­hot ont été ex­pul­sés de la Ligue de ho­ckey se­nior A de la Mauricie.

Puis, en juillet 2015, Louis-Étienne Leblanc a en­ta­mé une pour­suite ci­vile de 250000$ contre Le Bliz­zard, Pierre-Luc Payette et Phi­lippe Mail­hot pour avoir su­bi des dom­mages cor­po­rels. Après l’at­taque de Phi­lippe Mail­hot, Louis-Étienne Leblanc avait dû être opé­ré. Le ju­ge­ment n’a pas en­core été ren­du dans cette cause ci­vile et les pro­cé­dures sont tou­jours en cours.

Phi­lippe Mail­hot doit re­ve­nir de­vant le tri­bu­nal en jan­vier 2018, mo­ment où il pour­rait re­ce­voir sa sen­tence pour l’ac­cu­sa­tion cri­mi­nelle pour la­quelle il a plai­dé cou­pable.

(Pho­to Fa­ce­book – Sté­phane Lé­vesque)

En juin 2015, Louis-Étienne Leblanc (pho­to) a en­ta­mé une pour­suite ci­vile contre Pierre-Luc Payette et Phi­lippe Mail­hot dans la­quelle il leur ré­clame 250 000 $ pour avoir su­bi des dom­mages cor­po­rels.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.