Bé­can­cour re­vi­ta­lise le sec­teur de l’an­cienne route 132

Le Courrier Sud - - ACTUALITÉS - SÉ­BAS­TIEN LACROIX se­bas­tien.lacroix@tc.tc

La pre­mière phase de l’em­bel­lis­se­ment des abords du pont La­vio­lette est main­te­nant com­plé­tée avec l’amé­na­ge­ment d’un sen­tier sur le ter­rain si­tué entre le Bu­reau d’in­for­ma­tion tou­ris­tique et le site de Ca­nards Illi­mi­tés Ca­na­da (CIC).

Beau­coup de tra­vail a été réa­li­sé sur le ter­rain lais­sé va­cant au pied du pont La­vio­lette pour créer ce qui s’in­ti­tule «Les Jardins du ma­rais ». Au dé­part, il y a quatre ans, on re­trou­vait sur­tout des terres en friche, des roches et des mi­lieux hu­mides sur ce vaste ter­rain. Le tout a de­puis fait l’ob­jet de re­boi­se­ment et vé­gé­ta­li­sa­tion.

En sor­tant du pont La­vio­lette, plu­sieurs ont pu re­mar­quer que des champs sont main­te­nant en­tre­te­nus avec des cultures qui changent de cou­leur se­lon les sai­sons. De plus, une bande de mis­can­thus a été plan­tées en­fin d’at­ti­rer l’at­ten­tion des au­to­mo­bi­listes.

«À ma­tu­ri­té, cette gra­mi­née re­pro­duit, au contact du vent, l’ef­fet des vagues du Saint-Laurent, illustre Yves Mail­hot, l’un des ini­tia­teurs du pro­jet. Le fait que les bandes soient pla­cées de cette fa­çon per­met aus­si de re­pro­duire le pas­sage des poutres dans notre champ de vi­sion quand on tra­verse le pont et qu’on n’a plus en ar­ri­vant sur la rive sud. »

Le pro­jet a aus­si per­mis de re­vi­ta­li­ser les ves­tiges de l’an­cienne route 132 où pas­sait ja­dis les voi­tures et les ca­mions en sor­tant du pont La­vio­lette. Sur cette voie désaf­fec­tée, entre l’au­to­route 55 et le bou­le­vard Port-Royal, on re­trouve huit pan­neaux his­to­riques. Ceux-ci traitent de la construc­tion du pont, de la pré­sence au­toch­tone et de l’ap­port des Aca­diens.

Au bout, un to­tem de plus de 12 pieds de hau­teur réa­li­sé par un ar­tiste Abé­na­kis, Gilles Do­rais, a été lé­gué par la com­mu­nau­té au­toch­tone. Il com­prend le loup, le lynx, l’aigle et l’es­tur­geon, des ani­maux qui ont une symbolique dans leur tra­di­tion.

Un sen­tier en pierre, bor­dé de quelques pan­neaux éco­lo­giques, a été amé­na­gé jus­qu’au bou­le­vard Bé­can­cour. L’en­trée aux Jardins de ma­rais a quant à lui été nom­mée l’En­trée Jean-Pierre Ver­ville, un hom­mage post­hume à ce­lui qui a été la bou­gie d’al­lu­mage du pro­jet. Sa fa­mille était d’ailleurs pré­sente pour pro­cé­der à l’inau­gu­ra­tion d’une plaque en son hon­neur.

L’en­semble des amé­na­ge­ments a né­ces­si­té un in­ves­tis­se­ment de l’ordre de 200 000 $, au­quel le Fonds Alu­mi­ne­rie de Bé­can­cour pour les col­lec­ti­vi­tés du­rables a contri­bué pour une somme de 96 706 $.

La Ville de Bé­can­cour a aus­si eu de pré­cieux par­te­naires pour la réa­li­sa­tion du pro­jet: le Conseil des Abé­na­kis de Wô­li­nak, le Grand conseil de la na­tion Wa­ban-Aki, le Conseil des Abé­na­kis d’Oda­nak, le dé­pu­té Do­nald Mar­tel, le mi­nis­tère des fo­rêts, de la Faune et des Parcs, la Fon­da­tion de la Faune du Qué­bec et Ca­nards Illi­mi­tés Ca­na­da.

Pa­tri­moine Bé­can­cour, la So­cié­té aca­dienne Port-Royal, Zip les Deux Rives et le Re­grou­pe­ment Oiseaux-Qué­bec ont col­la­bo­ré à la ré­dac­tion et des thèmes éla­bo­rés sur les pan­neaux d’in­ter­pré­ta­tion.

CE N’EST QU’UN DÉ­BUT

L’an pro­chain, on pré­voit pro­lon­ger ce sen­tier pé­destre et cy­clable de l’autre cô­té du bou­le­vard Bé­can­cour, au­tour du bas­sin de la ri­vière Mar­gue­rite, où le nombre d’arbres morts a été di­mi­nué de moi­tié. Un pe­tit pont de­vra être construit pour pas­ser par-des­sus le fos­sé où s’ar­rête pré­sen­te­ment le sen­tier, et un autre de l’autre cô­té de la route. Un lien pié­ton­nier se­ra aus­si amé­na­gé à la lu­mière de cir­cu­la­tion.

Ce nou­vel ac­cès per­met­tra de dé­cou­vrir la faune et la flore de l’en­droit. Un pro­jet pi­lote de contrôle d’une co­lo­nie de phrag­mites per­met­tra de com­pen­ser la perte de mi­lieux hu­mides de faible qua­li­té. De nou­veaux pan­neaux d’in­ter­pré­ta­tion ver­ront aus­si le jour pour mieux com­prendre ce mi­lieu na­tu­rel qui choque le re­gard de plu­sieurs per­sonnes.

La pro­chaine phase consti­tue­ra un parc ri­ve­rain don­nant ac­cès au fleuve Saint-Laurent, en lon­geant le pont La­vio­lette. Un pro­jet qui sus­cite beau­coup d’in­té­rêt au­près de la po­pu­la­tion et qui fait pré­sen­te­ment l’ob­jet de dé­marches au­près des dif­fé­rentes ins­tances. « On est en dis­cus­sion avec le MTQ », a fait sa­voir Yves Mail­hot.

La mise en lu­mière de l’an­cien tra­cé de la route 132, l’ajout d’un mas­sif fo­res­tier près de la jonc­tion des au­to­routes 30 et 55, des in­ter­ven­tions pay­sa­gères dans les bre­telles d’ac­cès et de sor­ties fi­gurent aus­si par­mi les dif­fé­rents pro­jets pré­sen­tés en 2014.

L’idée, c’est de faire un « ef­fet Wow » quand on ar­rive à Bé­can­cour par le pont La­vio­lette. » -Yves Mail­hot

(Photo TC Me­dia - Sé­bas­tien Lacroix)

La fa­mille de Jean-Pierre Ver­ville était pré­sente lors de l’inau­gu­ra­tion de la pre­mière phase du pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.