Sau­vons les mé­dias com­mu­nau­taires et in­dé­pen­dants

Le Délit - - Éditorial - ma­haut en­gé­rant, Si­mon Tar­dif et An­toine mi­lette-ga­gnon

Les mé­dias nous font vi­brer de leurs chants dis­tincts; qu’il s’agisse de géants com­mer­ciaux, de ra­dio communautaire ou en­core de presse étu­diante, la plu­ra­li­té des mé­dias fait ré­son­ner une douce mé­lo­die. Certes, toutes ces voix ne bé­né­fi­cient pas de la même lon­gueur, mais leurs notes sont toutes com­plé­men­taires et ap­portent une ri­chesse unique à la scène mé­dia­tique. Ce­pen­dant, cette har­mo­nie — pour pour­suivre dans le champ lexi­cal de la mu­sique — perd en ri­chesse lorsque l’une d’entre elles vient à dis­pa­raître, à s’éva­nouir dans le si­lence. Jus­te­ment, il sem­ble­rait qu’un chant de plus en plus mo­no­tone se soit fait en­tendre ces der­nières an­nées. En ef­fet, se­lon le Lo­cal News Re­search Pro­ject, 234 jour­naux, ra­dios et presse di­gi­tale au­raient dis­pa­ru de­puis 2008.

En ce sens, le cas de CI­BL, ra­dio communautaire mont­réa­laise ayant vu le jour en 1980, est par­ti­cu­liè­re­ment per­ti­nent. Souf­frant d’une si­tua­tion fi­nan­cière dif­fi­cile de­puis de longues an­nées, l’ad­mi­nis­tra­tion de la sta­tion a mis à pied la to­ta­li­té de ses em­ployés le 5 jan­vier der­nier. Le Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la ra­dio jus­ti­fia à ceux- ci qu’il était fi­nan­ciè­re­ment im­pos­sible pour la ra­dio de conti­nuer à opé­rer. Cette même ad­mi­nis­tra­tion se targue d’es­pé­rer pou­voir of­frir des so­lu­tions qui per­met­trait de re­lan­cer CI­BL, tout en as­su­rant sa via­bi­li­té sur le long terme.

Fai­sant preuve d’une au­da­cieuse ini­tia­tive et d’une grande force de mo­bi­li­sa­tion, les em­ployés ont af­fir­mé leur vo­lon­té de se battre pour la sur­vie de la ra­dio. Dans une lettre ou­verte pu­bliée le 8 jan­vier, ils y ré­itèrent l’im­por­tance d’un mé­dia tel que le leur: « La pa­role al­ter­na­tive qu’elle [ CI­BL] pro­page est un rem­part es­sen­tiel dans une so­cié­té où la po­la­ri­sa­tion s’en­ra­cine et où l’in­for­ma­tion lo­cale de qua­li­té s’émiette » . En ef­fet, dans un en­tre­tien avec Le Dé­lit ( p. 16), Julien Poi­rier-ma­lo, porte-pa­role du mou­ve­ment de mo­bi­li­sa­tion, sou­li­gnait l’im­por­tance d’une plu­ra­li­té des voix mé­dia­tiques, qui as­sure un équi­libre entre ac­teurs com­mer­ciaux, com­mu­nau­taires et pu­bliques.

Dans cet es­prit des choses, nous ne pou­vons nous per­mettre d’ou­blier l’im­por­tance de ces mé­dias in­dé­pen­dants et com­mu­nau­taires; des mé­dias tels que CI­BL, ou en­core nos jour­naux et ra­dios étu­diant · e · s, ces mêmes or­ganes qui sont les pou­mons de notre scène mé­dia­tique, font car­bu­rer notre dé­mo­cra­tie. Ils offrent une pla­te­forme aux voix mar­gi­na­li­sées et leur approche cri­tique des en­jeux in­carnent les clefs de voûte de nos com­mu­nau­tés. Qu’il soit ques­tion de CKUT, la ra­dio mc­gil­loise, ou du Link, le jour­nal étu­diant de Con­cor­dia, tous ont pour man­dat d’éle­ver des voix et des idées qui sont sou­vent ab­sentes de la presse gé­né­ra­liste. Cette se­maine, avec son dos­sier spé­cial sur la li­ber­té d’ex­pres­sion ( p. 8-10), Le Dé­lit vous pro­pose une mise en contexte, certes par­ti­cu­lière, mais tout de même en­ga­geante face à cette pro­blé­ma­tique. La plu­ra­li­té des voix, la li­ber­té d’ex­pres­sion: ces pro­blé­ma­tiques sou­lèvent des ques­tions qui, étran­ge­ment ou non, res­sur­gissent pé­rio­di­que­ment dans notre so­cié­té. Loin de re­non­cer face à cette éter­nelle ré­cur­rence, il est de notre de­voir à tous de de­meu­rer droits et dignes. En ef­fet, à une époque où la presse est as­sié­gée par de nou­velles contraintes, la li­ber­té d’ex­pres­sion dont jouit les mé­dias in­dé­pen­dants est un atout in­dé­niable et res­ti­tue cette par­ti­ci­pa­tion communautaire si vi­tale à l’ex­pres­sion libre et conti­nue.

Pour l’heure, ayant nous-même vu notre sur­vie mise en dan­ger lors d’un ré­fé­ren­dum d’exis­tence le se­mestre der­nier, nous te­nons à ré­ité­rer plus que ja­mais l’im­por­tance de sau­ver ces voix in­dé­pen­dantes et nous sou­te­nons sans condi­tions la mo­bi­li­sa­tion des em­ployé · e · s de CI­BL. Nous sa­luons leurs ef­forts. Cha­cun · e · s d’entre nous a un rôle à jouer dans l’évo­lu­tion de la scène mé­dia­tique contem­po­raine. Ain­si, il ne se­rait guère avi­sé de som­brer dans l’in­do­lence d’une so­cié­té qui pleure la perte de ses mé­dias lo­caux sans pour au­tant agir dans le but de les sau­ver. Plu­tôt, il nous in­combe de rap­pe­ler au pu­blic « qu’il est pos­sible de de­ve­nir membre de CI­BL, de s’im­pli­quer comme bé­né­vole, de par­ti­ci­per au rayon­ne­ment de la sta­tion sur les ré­seaux so­ciaux et de sou­te­nir les éven­tuelles opé­ra­tions de fi­nan­ce­ment qui se­ront dé­ployées».

Que ré­sonnent haut et fort ces voix libres et mul­tiples! x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.