Ligne de fuite

Le Délit - - Culture -

clé­ment hen­ry Étu­diant à l’uni­ver­si­té Con­cor­dia

« Ce qui m’ins­pire avant tout dans mon tra­vail, c’est le monde qui m’en­toure, ce­lui dans le­quel je suis an­cré, ce­lui de ma gé­né­ra­tion in­fluen­cée par in­ter­net et les ré­seaux so­ciaux »

Apol­lon sur son Lit (Shawn) fait par­tie d’une sé­rie de pein­tures où l’at­ten­tion est non seule­ment fo­ca­li­sée sur l’in­di­vi­du mais éga­le­ment sur son en­vi­ron­ne­ment im­mé­diat. Cette ap­proche per­met de créer un lien de proxi­mi­té entre le su­jet de la pein­ture et le pu­blic. Le titre fait ré­fé­rence aux pein­tures de la Re­nais­sance, où le pré­texte re­li­gieux per­met­tait de dis­si­mu­ler la vraie in­ten­tion der­rière l’oeuvre : un por­trait de nu.

Fri­day Night et Mon­day Mor­ning est un dip­tyque qui s’in­ter­roge sur la culture du «plan cul» et notre monde est connec­té par les ré­seaux so­ciaux. Ils fa­ci­litent l’échange et la ren­contre avec une mul­ti­tude d’in­di­vi­dus, ce­pen­dant, force est de consta­ter que la so­li­tude per­siste.

Apol­lon sur son Lit (Shawn), 2017, huile sur toile, 180x120 cm.

Fri­day Night, 2017, acry­lique sur toile, 55x 71 cm.

Mon­day Mor­ning, 2017, acry­lique sur toile, 50x 71 cm.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.