Un der­nier con­seil in­com­plet

Le Con­seil dis­cute ex­trême-droite et vio­lences sexuelles sans la pré­si­dente.

Le Délit - - Actualités - Li­sa mar­rache Le Dé­lit alexis fioc­co Vio­lences Sexuelles

C’est dans le bâ­ti­ment Mc­con­nell que le der­nier con­seil lé­gis­la­tif de l’as­so­cia­tion des étu­diants en pre­mier cycle de l’uni­ver­si­té Mc­gill (AÉUM, ou SSMU en an­glais, ndlr) de l’an­née prit place jeudi 5 avril. No­tons les ab­sences de la pré­si­dente Mu­na To­ji­boe­va, pour cause de grippe, de la vice-pré­si­dente aux Af­faires In­ternes Maya Ko­par­kar, obli­gée d’as­sis­ter à un ban­quet, et de la re­pré­sen­tante de la Fa­cul­té den­taire, ne s’étant plus pré­sen­tée au con­seil de­puis les scan­dales des al­lé­ga­tions d’har­cè­le­ment sexuel dans sa fa­cul­té ayant eu lieu vers la fin du se­mestre der­nier.

Ten­sions

Le con­seil com­men­ça dans une am­biance re­la­ti­ve­ment ten­due, où plu­sieurs membres du con­seil dont no­tam­ment Tre Mans­doer­fer, fu­tur pré­sident de L’AÉUM, se dirent «em­bê­té·e·s» de­vant tant d’ab­sences.

Po­lé­mique

Le con­seil se consa­cra en ma­jo­ri­té à dé­battre sur la «mo­tion pour l’adop­tion d’une po­li­tique contre l’af­fi­lia­tion à des groupes d’ex­trême-droite» ( mo­tion to adopt a po­li­cy against the af­fi­lia­tion to far right groups, en an­glais, ndlr) écrite, entre autres, par Con­nor Spen­cer, vice-pré­si­dente aux Af­faires Ex­ternes et Mat­thew Sa­vage, re­pré­sen­tant de la Fa­cul­té de tra­vail so­cial. Cette mo­tion, ré­di­gée suite à l’af­fiche d’un groupe d’ex­trême-droite re­trou­vée un peu par­tout sur le cam­pus en au­tomne 2017, a beau­coup fait dé­bat. En ef­fet, plu­sieurs membres du con­seil ont ju­gé la dé­fi­ni­tion d’ex­trême-droite pro­po­sée comme étant trop vague. Par manque de temps, rien ne fut dé­ci­dé quant à cette mo­tion qui de­vrait être ra­me­née sur la table par Tre Mans­doer­fer le se­mestre pro­chain.

Le con­seil par­la à mul­tiple re­prises de vio­lence sexuelle. Cait­lin Sal­vi­no, co­or­di­na­trice de la Po­li­tique contre la vio­lence gen­rée et sexua­li­sée ( Gen­de­red and Sexua­li­zed Vio­lence Po­li­cy en an­glais, ndlr), an­non­ça que celle-ci se­rait fi­na­li­sée d’ici sep­tembre et com­men­ce­rait idéa­le­ment à être im­plé­men­tée en jan­vier. De plus, les exé­cu­tifs et re­pré­sen­tants pas­sèrent une «mo­tion pour man­da­ter une for­ma­tion an­ti-vio­lence sexuelle pour les re­pré­sen­tants de L’AÉUM de 2018-2019», ( mo­tion to mande an­ti-sexual vio­lence trai­ning for 2018-2019 for SSMU re­pre­sen­ta­tives, en an­glais, ndlr). Pour fi­nir, la v.-p. Spen­cer fit une ra­pide mise à jour sur la lettre ou­verte contre la vio­lence sexuelle en an­non­çant que celle-ci avait ob­te­nu 400 si­gna­tures étu­diantes et 56 si­gna­tures de groupes à l’heure du con­seil.

Ré­formes à ve­nir

Deux chan­ge­ments ma­jeurs furent dis­cu­tés du­rant ce con­seil. D’une part, à l’is­sue d’une mo­tion, le Arab Student Net­work re­çut le sta­tut de ser­vice. N’étant plus un simple club à comp­ter de l’an­née pro­chaine, le Arab Student Net­work bé­né­fi­cie­ra donc d’un lo­cal dans le nou­veau bâ­ti­ment de L’AÉUM en plus d’une cer­taine aide fi­nan­cière. D’autre part, il fut no­tam­ment ques­tion de re­for­mer le Con­seil des pre­mières an­nées ( First Year Coun­cil en an­glais, ndlr) en chan­geant sa consti­tu­tion, un pro­jet qui de­vrait être mis en place l’an­née pro­chaine d’après An­tho­ny Koch, re­pré­sen­tant de ce con­seil. Le but est de don­ner à ce con­seil plus de pou­voir et plus de li­ber­té. Le con­seil se fi­nit avec une pé­riode confi­den­tielle au­quel Le Dé­lit ne put pas as­sis­ter. x

« À l’is­sue d’une mo­tion, le Arab Student Net­work re­çut le sta­tut de ser­vice »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.