La gé­né­ra­tion tech­no­lo­gique

Le Devoir - - EN CAMPAGNE - JEANNE CORRIVEAU

Dans l’es­prit de Da­nie Des­chênes, il ne fait pas de doute que l’arène mu­ni­ci­pale est la sphère po­li­tique qui pré­sente le plus d’at­trait. Mai­resse de Notre-Dame-de-l’Île-Per­rot de­puis 2014, l’en­tre­pre­neure s’ap­prête à se lan­cer dans une autre cam­pagne élec­to­rale.

Pour­quoi la po­li­tique mu­ni­ci­pale ? «Parce que c’est la vraie vie. On a un contact di­rect avec les ci­toyens. J’ai l’im­pres­sion que ce que je fais est vi­sible. C’est un hé­ri­tage à la mu­ni­ci­pa­li­té», ex­plique d’em­blée la mai­resse.

C’est en 2009 que Da­nie Des­chênes a dé­ci­dé de se porter can­di­date pour un poste de conseillère mu­ni­ci­pale. «Tant qu’à chia­ler, je me suis dit que je m’im­pli­que­rais pour al­ler voir ce qui se passe à la Ville. J’ai eu la pi­qûre. » La mai­resse Ma­rie-Claude Ni­chols ayant dé­cro­ché un siège à l’As­sem­blée na­tio­nale en 2014, Da­nie Des­chênes a ten­té sa chance à la mai­rie, pa­ri qu’elle a ga­gné.

Mais le ma­ra­thon élec­to­ral a été

rude. « Mon op­po­sant a fait du por­teà-porte et un en­fant a en­ten­du une conver­sa­tion pas trop po­si­tive. Le len­de­main ma­tin, cet en­fant a dit à mon fils: “Ta mère, c’est une cruche. Elle n’est pas gen­tille”, re­late Mme Des­chênes. Il faut avoir une couenne dure pour faire une cam­pagne élec­to­rale. »

La cam­pagne a été à ce point dif­fi­cile qu’elle a pen­sé à aban­don­ner en cours de route. «À une se­maine de la [fin de la] cam­pagne, j’ai dit à mon conjoint: ou j’écris un com­mu­ni­qué et je fous le bor­del ou j’aban­donne tout ça. C’était mal­sain. Alors, j’ai écrit un com­mu­ni­qué.»

L’ar­ri­vée de re­crues en po­li­tique a aus­si fait en­trer dans les hô­tels de ville les nou­velles tech­no­lo­gies. Pour conju­guer ses res­pon­sa­bi­li­tés de mai­resse, d’en­tre­pre­neure et de ma­man, Da­nie Des­chênes a fait des tech­no­lo­gies ses al­liés.

« J’ai un ho­raire char­gé, je suis tech­no­lo­gique. Je n’ai pas be­soin d’être as­sise au bu­reau pour qu’on m’ap­pelle, qu’on me texte ou qu’on m’en­voie des cour­riels. Je parle à ma di­rec­trice gé­né­rale tous les ma­tins à 7h30. Et c’est aus­si ef­fi­cace que si j’étais as­sise à l’hô­tel de ville. Et ça me per­met d’être da­van­tage sur le ter­rain», sou­tient-elle.

Mme Des­chênes en­tend sol­li­ci­ter un autre man­dat — «J’aime trop ça», dit-elle — mais elle s’at­tend à une cam­pagne plus «se­reine» que la pré­cé­dente.

JACQUES NADEAU LE DE­VOIR

Da­nie Des­chênes, mai­resse de Notre-Dame-de-l’ÎlePer­rot de­puis 2014

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.