Pages Jaunes a trou­vé son nou­veau pa­tron

L’en­tre­prise n’a pas vu ses re­ve­nus croître de­puis 2008

Le Devoir - - ÉCONOMIE - JU­LIEN ARSENAULT

Les in­ves­tis­seurs de Pages Jaunes ont sem­blé se ré­jouir de la no­mi­na­tion de Da­vid Eckert comme pré­sident et chef de la di­rec­tion, ven­dre­di, moins de deux mois après le dé­part de Ju­lien Billot.

À la Bourse de To­ron­to, l’ac­tion de l’en­tre­prise éta­blie à Mon­tréal a bon­di de 14%, ou 1,12$, pour clô­tu­rer à 9,12$, sur un vo­lume de tran­sac­tion lar­ge­ment plus éle­vé que d’ha­bi­tude.

La no­mi­na­tion de M. Eckert, qui siège au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’édi­teur de l’an­nuaire Pages Jaunes, est im­mé­diate. «Da­vid a prou­vé sa ca­pa­ci­té à conce­voir et exé­cu­ter des plans stra­té­giques afin de pro­duire des ré­sul­tats, a sou­li­gné le pré­sident du con­seil, Ro­bert MacLel­lan, par voie de com­mu­ni­qué. Da­vid est la bonne per­sonne pour di­ri­ger Pages Jaunes, alors que nous nous concen­trons sur la sta­bi­li­sa­tion et la crois­sance de l’en­tre­prise à long terme.»

Pages Jaunes a jus­ti­fié son em­bauche en af­fir­mant qu’au cours de sa car­rière de 35 ans, M. Eckert avait no­tam­ment pi­lo­té la trans­for­ma­tion de Hi­bu,

«Da­vid [Eckert] est la bonne per­sonne pour di­ri­ger Pages Jaunes, alors que nous nous concen­trons sur la sta­bi­li­sa­tion et la crois­sance de l’en­tre­prise à long terme Ro­bert MacLel­lan, pré­sident du con­seil

un an­cien édi­teur d’an­nuaires qui s’est mé­ta­mor­pho­sé en so­cié­té de mar­ke­ting nu­mé­rique.

Après plus d’une ten­ta­tive de re­lance, la so­cié­té avait conti­nué à re­bras­ser ses cartes en an­non­çant le dé­part de M. Billot le 26 juillet der­nier, sans four­nir de rai­sons pré­cises. Tou­te­fois, le Fran­çais de 49 ans, qui était en poste de­puis en­vi­ron trois ans, ne sem­blait plus bé­né­fi­cier de la confiance du con­seil.

Em­bau­ché en mars der­nier, le chef de la di­rec­tion fi­nan­cière Ken Tay­lor avait as­su­ré l’in­té­rim pen­dant le pro­ces­sus vi­sant à trou­ver un suc­ces­seur à M. Billot — qui a quit­té son poste avec une in­dem­ni­té de dé­part d’au moins 3,8 mil­lions. «Puisque M. Eckert sié­geait dé­jà au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion, nous es­ti­mons que ce­la de­vrait lui per­mettre de dé­ployer sa stra­té­gie plus ra­pi­de­ment», a es­ti­mé l’ana­lyste Va­han Aja­mian, de Bea­con Se­cu­ri­ties, dans une note en­voyée par cour­riel.

Dé­fi

Le nou­veau grand pa­tron de Pages Jaunes a un im­po­sant dé­fi à re­le­ver. L’en­tre­prise n’a pas vu ses re­ve­nus croître de­puis 2008. La so­cié­té gé­nère dé­sor­mais la ma­jo­ri­té de son chiffre d’af­faires grâce à ses ac­ti­vi­tés nu­mé­riques, mais ce­la n’est pas suf­fi­sant pour contre­ba­lan­cer le dé­clin du cô­té du sec­teur im­pri­mé.

En mai der­nier, lors de l’as­sem­blée an­nuelle des ac­tion­naires, M. Billot avait concé­dé que l’en­tre­prise s’était adap­tée trop len­te­ment aux be­soins de ses clients. Ce­la avait obli­gé M. Billot à mettre en veilleuse, en no­vembre der­nier, son plan de re­lance qui de­vait culmi­ner vers 2018. À ce mo­ment, l’ac­tion de la so­cié­té va­lait au­tour de 14$.

Pages Jaunes a tou­te­fois dé­ci­dé de conti­nuer à mettre en oeuvre la stra­té­gie de son ex­grand pa­tron axée no­tam­ment sur la pro­duc­tion de conte­nu pour les PME en quête de vi­si­bi­li­té sur les ré­seaux so­ciaux comme Fa­ce­book et Ins­ta­gram.

Au deuxième tri­mestre ter­mi­né le 30 juin, le bé­né­fice de la com­pa­gnie s’était éta­bli à 820 000$, ou 3¢ par ac­tion, par rap­port à 11 mil­lions, ou 38¢ par ac­tion, à la même pé­riode l’an der­nier. Ses re­ve­nus avaient dé­cli­né de 9,2%, à 191,2 mil­lions. Ce re­cul avait été prin­ci­pa­le­ment at­tri­bué à la baisse des re­cettes en pro­ve­nance des mé­dias im­pri­més.

STEVE LENZ GET­TY IMAGES

La so­cié­té gé­nère dé­sor­mais la ma­jo­ri­té de son chiffre d’af­faires grâce à ses ac­ti­vi­tés nu­mé­riques.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.