Les can­di­dats à la mai­rie de La­val misent sur l’au­to­bus

Le Devoir - - ACTUALITÉS - MAR­CO FOR­TIER

Le­cons­ta­tes­tu­na­nime:la conges­tion rou­tière de­vient «ca­tas­tro­phique» à La­val, non seule­ment pour les dé­pla­ce­ments vers Mon­tréal, mais aus­si à l’in­té­rieur même de l’île. Les can­di­dats à la mai­rie pro­posent tous de mi­ser da­van­tage sur le trans­port par au­to­bus pour faire bais­ser la pres­sion des La­val­lois.

Le maire sor­tant, Marc De­mers, qui as­pire à un deuxième man­dat, doit an­non­cer ce ven­dre­di ma­tin qu’il ré­clame une voie ré­ser­vée aux au­to­bus sur le terre-plein de l’au­to­route 15, comme le sou­haitent plu­sieurs élus de la cou­ronne nord. Il es­time aus­si que le pro­lon­ge­ment pré­vu de l’au­to­route 19 de­vrait don­ner lieu à une vé­ri­table « au­to­route d’au­to­bus» — et donc vouée en prio­ri­té aux tran­sports ac­tifs et col­lec­tifs.

Près de 60% des ci­toyens de La­val et des Basses-Lau­ren­tides af­firment que la conges­tion rou­tière af­fecte leur san­té, se­lon une étude de la So­cié­té de trans­port de La­val. Près de 80% es­timent que la si­tua­tion a em­pi­ré de­puis cinq ans, rap­pelle l’équipe du maire De­mers.

Le pro­blème, c’est que les gens de la ban­lieue nord se dé­placent mas­si­ve­ment en voi­ture: près de 85% uti­lisent l’au­to­mo­bile pour se rendre au tra­vail. Mais les deux tiers uti­li­se­raient le trans­port en com­mun si ça ré­dui­sait leur temps de dé­pla­ce­ment.

Voies ré­ser vées vides

En at­ten­dant, les La­val­lois pestent contre les voies ré­ser­vées aux au­to­bus, qui res­tent déses­pé­ré­ment vides sur les grands bou­le­vards tan­dis que les voi­tures font du sur­place, pare-chocs à pare-chocs. Les as­pi­rants maires Jean-Claude Go­bé et Mi­chel Trot­tier pro­posent de per­mettre le co­voi­tu­rage, ou le pas­sage de voi­tures hy­brides ou élec­triques, sur les voies ré­ser­vées aux au­to­bus. M. Go­bé sou­haite aus­si une meilleure co­or­di­na­tion des tra­vaux rou­tiers afin qu’ils se fassent plus ra­pi­de­ment.

«Les voies ré­ser­vées sèment la grogne, dit Mi­chel Trot­tier. On a re­tran­ché une voie pour des au­to­bus qui passent de fa­çon peu fré­quente et qui sont peu bon­dés.»

Il pro­met l’ac­cès gra­tuit aux au­to­bus de la STL pour les étu­diants âgés de 17 à 25 ans. Il faut en­cou­ra­ger les jeunes à prendre le bus plu­tôt que d’ache­ter une voi­ture, ex­pli­quet-il. Les élus doivent mettre en place des po­li­tiques pour ré­duire le nombre de voi­tures en cir­cu­la­tion à La­val, sur­tout que la po­pu­la­tion doit croître de 26% d’ici les 20 pro­chaines an­nées.

Vi­rage vert

La Ville doit aus­si amé­lio­rer le trans­port en com­mun pour le rendre concur­ren­tiel par rap­port à la voi­ture. Mi­chel Trot­tier pro­pose un meilleur ser­vice d’au­to­bus entre l’est et l’ouest de La­val, sur ces grands bou­le­vards conçus d’abord et avant tout pour les voi­tures.

Marc De­mers, lui, s’en­gage à faire prendre un vi­rage vert à la STL. Le dé­ve­lop­pe­ment du ré­seau se fe­ra par des au­to­bus élec­triques. Il pré­voit d’im­plan­ter une ligne com­plè­te­ment élec­trique en 2019-2020, après l’ac­qui­si­tion de 10 bus élec­triques. L’ap­pel d’offres se­ra lan­cé en dé­cembre 2017.

Les can­di­dats à la mai­rie s’en­tendent aus­si pour ré­cla­mer la pro­lon­ga­tion de la ligne orange, à par­tir de la sta­tion Côte-Vertu. En at­ten­dant, ils es­timent que des en­ga­ge­ments à court terme s’im­posent pour ré­duire les bou­chons de cir­cu­la­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.