La mau­vaise voie

Le Devoir - - EDITORIAL -

Trump en train de dé­faire l’ALENA, Trump cri­ti­quant l’ONU, Trump sur le point de «dé­cer­ti­fier» l’ac­cord in­ter­na­tio­nal sur le nu­cléaire ira­nien… Il ne faut pas se sur­prendre de voir les États-Unis se re­ti­rer de l’UNESCO pour cause de «par­tis pris an­ti-is­raé­liens per­sis­tants » de la part de l’or­ga­ni­sa­tion onu­sienne — ni de voir Is­raël lui em­boî­ter le pas presque im­mé­dia­te­ment jeu­di. C’est une dé­ci­sion qui s’ins­crit tout na­tu­rel­le­ment dans la nou­velle lo­gique amé­ri­caine de ré­duc­tion du monde à des rap­ports de force bi­la­té­raux et, ce fai­sant, d’éco­no­mies bud­gé­taires sur le dos des ins­ti­tu­tions mul­ti­la­té­rales.

Dé­ci­sion re­gret­table sans être in­at­ten­due: c’est aus­si l’abou­tis­se­ment d’une guerre di­plo­ma­tique dé­cla­rée de­puis long­temps. L’ad­mis­sion de l’Au­to­ri­té pa­les­ti­nienne comme membre de l’UNESCO (Or­ga­ni­sa­tion des Na­tions unies pour l’édu­ca­tion, la science et la cul­ture) avait pro­vo­qué d’énormes re­mous, pro­vo­quant l’ar­rêt des fi­nan­ce­ments amé­ri­cain et is­raé­lien. Les conflits avec les États-Unis et Is­raël n’ont de­puis ja­mais ces­sé de s’en­ve­ni­mer. En juillet der­nier, ils ont dé­chi­ré leur che­mise après la dé­ci­sion du Co­mi­té du pa­tri­moine mon­dial de l’UNESCO de clas­ser la vieille ville d’Hé­bron, si­tuée dans le sud de la Cis­jor­da­nie, en tant que site pa­les­ti­nien « d’une va­leur ex­cep­tion­nelle », alors que la ville est éga­le­ment sa­crée pour les juifs et les chré­tiens. Sem­blable ex­plo­sion de cour­roux avait eu lieu, en oc­tobre 2016, quand l’UNESCO s’était por­tée à la dé­fense de Jé­ru­sa­lem-Est au nom de la pro­tec­tion du pa­tri­moine cultu­rel pa­les­ti­nien, fai­sant l’im­passe sur l’im­por­tance mul­ti­mil­lé­naire que re­pré­sente pour­tant pour les juifs le mont du Temple.

L’UNESCO a joué un rôle utile, en 2011, en en­trou­vrant la porte à la re­con­nais­sance in­ter­na­tio­nale de la Pa­les­tine. Il n’em­pêche ce­pen­dant que les ré­so­lu­tions sub­sé­quentes de l’or­ga­ni­sa­tion sur la ques­tion pa­les­ti­nienne, por­tée par des dy­na­miques in­ternes ma­ni­pu­lées par les pays arabes, ont en ef­fet té­moi­gné de «par­tis pris an­ti-is­raé­liens per­sis­tants». Juste re­tour des choses, d’une cer­taine ma­nière, vu l’équi­libre des forces à l’ONU. À ain­si s’idéo­lo­gi­ser, l’or­ga­ni­sa­tion est bien loin de sa mis­sion consis­tant à «construire la paix dans l’es­prit des hommes à tra­vers l’édu­ca­tion, la science et la cul­ture »…

En­ten­du que l’UNESCO n’est en san­té ni po­li­ti­que­ment ni fi­nan­ciè­re­ment. Épar­pillée et mal gé­rée, elle tra­verse de­puis quelques an­nées une crise par­ti­cu­liè­re­ment vive. Mais c’est aus­si une or­ga­ni­sa­tion dont la mis­sion cultu­relle et édu­ca­tive de­meure fon­da­men­tale et qui, donc, mé­ri­te­rait qu’on s’em­ploie à la ré­for­mer. M. Trump a plu­tôt choi­si la voie trop fa­cile consis­tant à s’en la­ver les mains. Au mo­ment pré­cis où l’or­ga­ni­sa­tion se choi­sit un nou­veau di­rec­teur gé­né­ral, cla­quer la porte n’ar­ran­ge­ra rien.

GUY TAILLEFER

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.