Les marbres du Par­thé­non res­te­ront au Royaume-Uni

Le Devoir - - CULTURE -

Athènes — La Grèce n’a pas grand-chose à es­pé­rer des règles eu­ro­péennes de ra­pa­trie­ment des biens cultu­rels vo­lés pour ré­cu­pé­rer les marbres du Par­thé­non en cas de Brexit, se­lon la ré­ponse de la Com­mis­sion eu­ro­péenne à un dé­pu­té grec. Ste­lios Kou­lo­glou avait de­man­dé à la Com­mis­sion si, avant le Brexit, elle comp­tait ré­cu­pé­rer au­près du Royau­meU­ni, où elles sont ex­po­sées au Bri­tish Mu­seum, les frises du Par­thé­non em­por­tées par le di­plo­mate bri­tan­nique lord El­gin au dé­but des an­nées 1800, alors que la Grèce fai­sait par­tie de l’Em­pire ot­to­man. Il de­man­dait aus­si si la Com­mis­sion ju­geait ap­pro­priée la di­rec­tive sur la «res­ti­tu­tion de biens cultu­rels ayant quit­té illé­ga­le­ment le ter­ri­toire d’un pays de l’UE», qui ne s’ap­plique qu’aux biens ayant quit­té «à par­tir du 1er jan­vier 1993». Dans sa ré­ponse, le com­mis­saire Ti­bor Na­vrac­sics n’évoque pas le fu­tur Brexit et ne fait que rap­pe­ler le champ et les li­mites des deux di­rec­tives exis­tantes en la ma­tière, no­tam­ment la date du 1er jan­vier 1993, pour conclure «qu’au­cune de ces deux di­rec­tives ne s’ap­plique» aux marbres du Par­thé­non.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.