LILIES

Le Devoir - - MUSIQUE - Guillaume Bour­gault-Cô­té

«Je veux émous­tiller le vi­vant chez l’autre. Ma voix, mon souffle, est au ser­vice de ça. Je trans­mets une vi­bra­tion et l’émo­tion, c’est le ré­sul­tat.» Ce sont les mots de la mul­ti-ins­tru­men­tiste et chan­teuse belge Mé­la­nie De Bia­sio, ci­tée par le quo­ti­dien Le Soir. Et ce n’est pas du spin de re­la­tions pu­bliques: cette ar­tiste com­prend par­fai­te­ment ce qu’elle trans­met par sa mu­sique, ce que sa voix pro­voque, ce que ses at­mo­sphères trans­portent. Lilies com­plète ain­si ma­gni­fi­que­ment les pré­cé­dents No Deal (2013) et Bla­cke­ned Ci­ties (longue chan­son de 26 mi­nutes, 2016). Mu­sique hyp­no­tique nim­bée de mys­tère, plon­gée im­mer­sive dans un uni­vers plus près de l’élec­tro que du jazz, des beats en­voû­tants, une trame mé­lo­dique par­tout cap­ti­vante. De Bia­sio a tout en­re­gis­tré avec un col­lègue, dans un dé­pouille­ment qui ré­vèle la sub­stan­ti­fique moelle de son art tout à fait sin­gu­lier. Du très beau, cô­té sombre des choses.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.