Rou­ler en in­nu

Le Devoir - - CULTURE - ODILE TREM­BLAY

Les al­bums de Florent Vol­lant sont faits pour prendre la route en re­gar­dant dé­fi­ler les épi­nettes au rythme de son blues en langue in­nue. Alors, comme son der­nier-né, Mi­sh­ta Me­sh­ke­nu, si­gni­fie en fran­çais «grand che­min», on se laisse em­por­ter, fer­mant les yeux en croyant rou­ler sur la Côte-Nord. Les ar­ran­ge­ments sont jo­lis avec sa gui­tare, son tam­bour te­wei­kan, des notes de gui­tare, de vio­lon, de ban­jo, de plu­sieurs ins­tru­ments. Et quand il en­tonne Mes blues passent pu dans porte, d’Of­fen­bach, la chan­son prend une teinte nou­velle. Le spleen au­toch­tone, sou­dain col­lé des­sus, nous en­traîne ailleurs, et c’est émou­vant comme tout.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.