Pau­line Ju­lien, in­time et po­li­tique

Le Devoir - - CULTURE | NOTRE SÉLECTION CINÉMA EN SALLE - An­dré La­voie

★★★★

La vie de Pau­line Ju­lien pour­rait être un conden­sé de l’his­toire du Qué­bec mo­derne. Pas­cale Fer­land a plu­tôt pri­vi­lé­gié une dé­marche im­pres­sion­niste, nous of­frant un ma­gni­fique por­trait do­mi­né par les mots, la voix et la pré­sence in­can­des­cente de cette ar­tiste vouée à la cause des femmes et de l’in­dé­pen­dance du Qué­bec. Mis à part un ami de longue date de la chan­teuse dé­cé­dée par sui­cide le 1er oc­tobre 2018, pas d’en­tre­vues, si ce n’est des ex­traits d’en­tre­tiens de toutes les époques où Ju­lien s’ex­prime avec clar­té, même en an­glais!, sur ses rêves et ses an­goisses. Pour ra­con­ter ce par­cours sin­gu­lier, abrupt, Pas­cale Fer­land pré­fère ses grandes chan­sons (L’âme à la ten­dresse, Jack Mo­no­loy, Mom­my) et de mul­tiples pho­to­gra­phies, avec à l’ar­rière-plan les voix ras­su­rantes de Do­mi­nique Ques­nel et Marc Bé­land li­sant la cor­res­pon­dance de Ju­lien avec Gé­rald Godin, le po­li­ti­cien-poète dont elle fut la conjointe. Moins une chro­nique de son exis­tence tu­mul­tueuse qu’une belle ra­dio­gra­phie de son âme d’ar­tiste.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.