La phi­lan­thro­pie d’af­faires

Le Droit Affaires - - Sommaire - par Isa­belle Rhéaume Col­la­bo­ra­tion spé­ciale PRÉ­SEN­TÉE PAR BRIGIL

Bâ­tir des com­mu­nau­tés saines et dy­na­miques et amé­lio­rer l’in­dice ca­na­dien du mieux-être en On­ta­rio. Voi­ci la rai­son d’être de la Fon­da­tion Trillium de l’On­ta­rio, qui a vu le jour en 1982. Avec plus de trente an­nées d’exis­tence et un bud­get an­nuel de 136 mil­lions de dol­lars, c’est l’un des plus gros joueurs au Ca­na­da à ve­nir en aide aux or­ga­nismes de bien­fai­sance et de cha­ri­té. La fon­da­tion oeuvre et in­ves­tit dans six do­maines d’ac­tion : per­sonnes ac­tives, per­sonnes connec­tées, per­sonnes vertes, per­sonnes ins­pi­rées, jeunes per­sonnes pro­met­teuses et per­sonnes pros­pères.

Un concept unique

Contrai­re­ment au mo­dèle tra­di­tion­nel, la Fon­da­tion Trillium de l’On­ta­rio est unique en son genre puis­qu’elle jouit du sta­tut d’agence pro­vin­ciale gou­ver­ne­men­tale. Avec ce sta­tut, tout l’argent dis­tri­bué par celle-ci pro­vient du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial. Bien que ba­sée à To­ron­to, elle offre ses ser­vices par­tout en pro­vince avec ses nom­breux bu­reaux sa­tel­lites et ses 136 em­ployés, dont plus de la moi­tié tra­vaillent en ré­gion. Un autre exemple de son uni­ci­té est la fa­çon dont les de­mandes de sub­ven­tions sont trai­tées. C’est par le biais de seize équipes de bé­né­voles qui ha­bitent et re­pré­sentent leurs ré­gions que les de­mandes sont éva­luées. Cette fa­çon de faire as­sure une cré­di­bi­li­té et une trans­pa­rence à la fon­da­tion.

En­tre­pre­neur­ship so­cial

Bien que son man­dat soit à but non­lu­cra­tif, la fon­da­tion sub­ven­tionne éga­le­ment des en­tre­prises so­ciales de­puis 2004 avec un mon­tant to­tal de 51,4 mil­lions $ pour tout l’On­ta­rio. Ce genre d’in­ves­tis­se­ment peut se faire sous forme d’équi­pe­ment, de dé­ve­lop­pe­ment or­ga­ni­sa­tion­nel, de pro­grammes de for­ma­tion, de pro­grammes de sou­tien aux mi­croen­tre­prises et in­cu­ba­teurs d’en­tre­prises, d’ac­cès au ca­pi­tal so­cial, etc. Avec l’es­sor de ce type d’en­tre­prise à che­val entre les af­faires et le man­dat so­cial, plu­sieurs pro­jets ins­tau­rés dans la ré­gion de la ca­pi­tale na­tio­nale ont vu le jour grâce aux in­ves­tis­se­ments de la fon­da­tion. En voi­ci quelques exemples :

• 396 300 $ éche­lon­nés sur 35 mois pour l’élar­gis­se­ment du pro­gramme de Gour­met-Xpress. Im­pact sur la vie de 165 per­sonnes.

• 65 800 $ éche­lon­nés sur 12 mois pour la re­cherche de so­lu­tions à des pro­blèmes d’em­plois dont la pla­ni­fi­ca­tion de la re­lève des PME et pour ai­der les gens à de­ve­nir en­tre­pre­neurs. Im­pact sur la vie de 40 per­sonnes.

• 75 000 $ éche­lon­nés sur 12 mois pour l’éta­blis­se­ment d’un centre de dis­tri­bu­tion de nour­ri­ture s’adres­sant aux or­ga­nismes de la ville afin que les per­sonnes vul­né­rables puissent com­bler leurs be­soins es­sen­tiels. Im­pact sur la vie de 53 000 per­sonnes.

• 214 900 $ éche­lon­nés sur 24 mois pour de la for­ma­tion et de l’ac­com­pa­gne­ment au­près de jeunes qui dé­marrent leur en­tre­prise. Im­pact sur la vie de 120 per­sonnes.

Vous ai­me­riez faire une de­mande de sub­ven­tion ou sim­ple­ment en ap­prendre da­van­tage sur la Fon­da­tion Trillium de l’On­ta­rio ? Vi­si­tez leur site web : otf.ca.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.