In­no­ver pour réus­sir

Le Droit Affaires - - Sommaire - Ethel Cô­té est la pré­si­dente de mé­cènESS & Ins­ti­tut so­cial. par Ethel Cô­té Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Est-ce une mode, une ten­dance po­pu­laire ou une ap­proche en mar­ke­ting qui fait la dif­fé­rence ? Le

B2B «Bu­si­ness to Bu­si­ness» ne fait pas ré­fé­rence à un gîte du pas­sant ou en­core à une équa­tion chi­mique, mais bien à une ap­proche éprou­vée en mar­ke­ting pour les en­tre­prises. No­va­trice, mé­con­nue bien qu’exis­tante de­puis une di­zaine d’an­nées, plu­sieurs ex­perts af­firment que l’ap­proche B2B est l’ave­nir du mar­ke­ting et que ce com­merce in­ter­en­tre­prise re­pré­sente près de 80% des échanges com­mer­ciaux. Le B2B crée un es­pace, en pré­sen­tiel ou en vir­tuel, pour fa­vo­ri­ser la ren­contre et la col­la­bo­ra­tion entre en­tre­prises. Cette fa­çon d’en­tre­prendre le mar­ke­ting va bien au-de­là de la com­mu­ni­ca­tion pour com­mer­cia­li­ser les pro­duits et les ser­vices. Les scep­tiques croient que leurs re­la­tions avec leurs clients sont suf­fi­santes pour conclure des af­faires, que l’em­bauche d’une per­sonne d’ex­pé­rience à la vente est la seule ré­ponse ef­fi­ciente pour eux, et fi­na­le­ment, qu’ils connaissent suf­fi­sam­ment leur clien­tèle pour ne pas avoir à ap­pro­fon­dir leurs re­cherches pour res­ter à l’af­fût de l’évo­lu­tion constante du mar­ché. Sa­chant que le mar­ke­ting est un in­ves­tis­se­ment ma­jeur, les en­tre­prises qui dé­si­rent croître re­cherchent des stra­té­gies et des tac­tiques pour vendre plus et mieux sur le mar­ché et c’est pour ce­la que plu­sieurs ex­pé­ri­mentent le B2B.

Ac­cé­lé­rer le ré­seau­tage

Par­mi les spé­ci­fi­ci­tés du mar­ke­ting B2B, ci­tons entre autres, la com­mu­ni­ca­tion pu­bli­ci­taire dans la presse pro­fes­sion­nelle, les foires, les sa­lons et autres évé­ne­ments pro­fes­sion­nels, le mar­ke­ting au­to­ma­ti­sé en ligne, le conte­nu de qua­li­té, la ges­tion des 'leads' et la re­la­tion d’af­faires in­ter­per­son­nelles. Des évé­ne­ments comme le Som­met ru­ral de Pres­cott Rus­sell misent sur le B2B afin d’ac­cé­lé­rer le ré­seau­tage d’af­faires en per­met­tant aux par­ti­ci­pants de pas­ser ra­pi­de­ment du contact au po­ten­tiel de par­te­na­riat d’af­faires. En met­tant en lien les en­tre­prises qui sont prêtes à conclure des al­liances stra­té­giques pour in­no­ver, di­ver­si­fier et croître, les re­tom­bées sont plus ra­pides. Il semble que, sur une pé­riode de quelques mois, plu­sieurs en­tre­prises ont vu leur chiffre d’af­faires aug­men­ter. Fo­ca­li­ser sur le chiffre d’af­faires n’est pas une fin en soi. La fluc­tua­tion du mar­ché gé­nère des pro­blèmes qui né­ces­sitent l’at­ten­tion constante des en­tre­pre­neurs. L’adop­tion d’une ap­proche de mar­ke­ting glo­bal est sans nul doute un gage de réus­site et de crois­sance. Ce maillage d’af­faires, ce ju­me­lage entre en­tre­prises se pla­ni­fie de plus en plus lors de ren­contres entre par­te­naires, in­ves­tis­seurs et four­nis­seurs. Tou­te­fois, plu­sieurs sites in­ter­net ac­cueillent main­te­nant les en­tre­prises as­pi­rant à cette fa­çon de col­la­bo­rer pour mieux com­mer­cia­li­ser leurs pro­duits et ser­vices. L’éco­sys­tème du Web offre tout un po­ten­tiel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.