Phi­lan­thro­pie d’af­faires

Le Droit Affaires - - Sommaire -

Ac­tion­naire et as­so­cié de cinq en­tre­prises en plus de sié­ger sur quatre conseils d’ad­mi­nis­tra­tion, Fran­çois Syl­vestre ac­corde une grande place à la phi­lan­thro­pie. Mais plu­tôt que d’op­ter pour une seule cause, il a plu­tôt choi­si de mul­ti­plier ses im­pli­ca­tions.

Mise en scène d’évé­ne­ments ca­ri­ta­tifs

À l’aide des équi­pe­ments de scènes ex­té­rieures de sa com­pa­gnie Ac­ti­vec, Fran­çois Syl­vestre et son as­so­cié Mi­chael Mc­Phee peuvent ai­der plu­sieurs or­ga­nismes lors d’évé­ne­ments ca­ri­ta­tifs. C’est le cas pour la marche pour l’au­tisme de Trait d’Union Ou­taouais, le Ted­dy Bear Pic­nic du Centre hos­pi­ta­lier pour en­fants de l’est de l’On­ta­rio, la marche du re­lais de la So­cié­té ca­na­dienne du can­cer et l’Ou­taouais en fête. «Mon­ter des scènes ex­té­rieures coûte cher. Alors si on peut don­ner un coup de main en four­nis­sant gra­tui­te­ment ou à très bas prix les équi­pe­ments pour la réus­site de ces évé­ne­ments, nous au­rons contri­bué de belle fa­çon», ex­plique-t-il.

L’en­tre­prise Pas­ti­na des deux as­so­ciés donne aus­si ré­gu­liè­re­ment des pa­niers-ca­deaux pour le même genre d’évé­ne­ments. «Les ac­tion­naires et as­so­ciés sont tou­jours con­sul­tés lorsque vient le temps de faire un don, qu’il soit im­por­tant ou plus pe­tit», té­moigne Fran­çois Syl­vestre.

Faire pro­fi­ter les autres de son ex­per­tise

Don­ner de son temps en étant membre de conseils d’ad­mi­nis­tra­tion est aus­si une belle fa­çon de re­don­ner à sa com­mu­nau­té.

Il y a quelques an­nées, il a été ap­pro­ché par En­traide Ou­taouais pour ve­nir don­ner un coup de main cô­té chiffres. En tant qu’ac­tion­naire et as­so­cié de te­nue de livres DMS, il a pu les ai­der à re­mettre leurs fi­nances sur les rails. Per­sua­dé de la per­ti­nence de cet or­ga­nisme dans la com­mu­nau­té, il est en­core membre du CA au­jourd’hui. «Les en­fants sont le fu­tur, alors c’est im­por­tant de les ai­der à bien par­tir dans la vie», croit-il.

Im­pli­qué aus­si dans le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la fon­da­tion du Cé­gep de l’Ou­taouais et am­bas­sa­deur des Grif­fons, l’équipe de foot­ball col­lé­gial, il dé­sire contri­buer à l’es­sor du sport étu­diant puisque c’est par­fois la mo­ti­va­tion né­ces­saire à cer­tains étu­diants pour ob­te­nir leur di­plôme.

Fran­çois Syl­vestre a aus­si dé­ci­dé de s’im­pli­quer avec le Centre des jeunes di­ri­geants d’en­tre­prise Qué­bec et avec l’As­so­cia­tion des pro­fes­sion­nels, in­dus­triels et com­mer­çants d’Ayl­mer (APICA) par le biais de leur con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion res­pec­tif afin de par­ta­ger ses pra­tiques en­tre­pre­neu­riales.

Comment fait-on pour s’im­pli­quer de cette fa­çon lors­qu’on a au­tant de res­pon­sa­bi­li­tés ? L’en­tre­pre­neur avoue qu’il dé­lègue beau­coup et qu’il fait confiance aux jeunes em­ployés de ses en­tre­prises pour prendre la re­lève dans quelques an­nées. Toute cette im­pli­ca­tion lui per­met aus­si de re­le­ver de nou­veaux dé­fis, ce qui n’est pas pour lui dé­plaire. Hy­per­ac­tif de na­ture, il s’as­sure de ne pas s’en­nuyer !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.