Éner­gie Brook­field

Ren­contre avec Ri­chard Le­gault, le chef d’or­chestre de cette mul­ti­na­tio­nale fon­dée à Ga­ti­neau.

Le Droit Affaires - - Sommaire -

Cou­loirs vi­trés, murs lisses en bé­ton, ca­drages en acier bros­sé et pla­fonds sur­éle­vés. La fac­ture du nou­veau quar­tier gé­né­ral de la com­pa­gnie Éner­gie Brook­field, rue Vic­to­ria dans le sec­teur Hull de Ga­ti­neau, est ré­so­lu­ment contem­po­raine. Un bâ­ti­ment à l’image de la com­pa­gnie : mo­derne, ef­fi­cace et dis­cret.

Ri­chard Le­gault, le pré­sident exé­cu­tif de l’en­tre­prise fait le tour du pro­prié­taire. Il a l’oeil lu­mi­neux. «Nous avons une belle en­tre­prise. Nous en sommes fiers», lance-t-il.

Dans cette ruche de cinq étages se trouve l'un des plus gros em­ployeurs pri­vés de la ré­gion, avec ses 500 cour­tiers, ana­lystes de mar­ché, in­gé­nieurs, comp­tables. Pour com­prendre l’am­pleur de l’en­tre­prise, il faut voir la salle de cour­tage, où, sur un im­mense mur de diodes (une créa­tion de l'en­tre­prise ga­ti­noise Car­toVis­ta), sont af­fi­chés les cours bour­siers, les aléas de la mé­téo, les nou­velles en di­rect. En face de cette fresque ca­tho­dique, des cour­tiers tran­sigent en di­rect le prix du ki­lo­watt-heure. Et c’est à par­tir d’ici que les em­ployés de

Brook­field contrôlent à dis­tance des di­zaines et des di­zaines de cen­trales hy­dro­élec­triques que la com­pa­gnie dé­tient en Amé­rique du Nord.

Une mul­ti­na­tio­nale ga­ti­noise

L'his­toire de la mul­ti­na­tio­nale dé­bute à Mas­son à la fin des an­nées 1990, lorsque la com­pa­gnie James Ma­cla­ren dé­cide de vendre ses trois cen­trales hy­dro­élec­triques sur la ri­vière du

Lièvre. Ri­chard Le­gault, alors di­rec­teur fi­nan­cier de Ma­cla­ren, pro­pose au nou­veau pro­prié­taire, le groupe Bras­can (de­ve­nu Brook­field de­puis), de créer une fi­du­cie de re­ve­nus. Et d’ache­ter d’autres cen­trales. L’af­faire dé­marre avec un noyau d’une quin­zaine de per­sonnes. Puis les ac­qui­si­tions s’ac­cu­mulent à un rythme ef­fré­né. «Avec notre pe­tit groupe et notre ex­per­tise, c’était ren­du dif­fi­cile de nous dé­mé­na­ger», rap­pelle en riant M. Le­gault. « La com­pa­gnie nous a fait confiance. Mais c’est vrai qu’au dé­but, ce n’était pas fa­cile de re­cru­ter des cour­tiers aux États-Unis et de les ame­ner ici! » ra­conte-t-il. Le pa­ri a réus­si, plu­sieurs des em­ployés de Brook­field sont de l’Ou­taouais. «Nous les for­mons ici, ex­plique le pré­sident exé­cu­tif. «Donc, oui, c’est pos­sible de bâ­tir une mul­ti­na­tio­nale dans la ré­gion.»

Au­jourd’hui, Éner­gie Brook­field pos­sède plus de 250 ins­tal­la­tions d’éner­gie renouvelable (cen­trales hy­dro­élec­triques et éo­liennes) en Amé­rique, en Co­lom­bie, au Bré­sil et en Eu­rope. Puis­sance to­tale : 10 000 mé­ga­watts. Plus de 2000 em­ployés. Éner­gie Brook­field four­nit de l’élec­tri­ci­té à plus de quatre mil­lions de ré­si­dences dans une tren­taine de pays.

Le grand pa­tron d’Éner­gie Brook­field a gran­di à un jet de pierre du siège so­cial de l’en­tre­prise, sur la rue Ga­gnon, à Hull. Ce fils d’épi­cier au­ra pas­sé le plus clair de sa vie en Ou­taouais, mis à part une brève pé­riode où il est par­ti à To­ron­to

« L’in­dus­trie me pas­sionne. J’adore ce que je fais .»

pour ré­pa­rer des pho­to­co­pieurs après avoir aban­don­né le Cé­gep. De re­tour dans la ré­gion, il a ter­mi­né des études en comp­ta­bi­li­té à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec en Ou­taouais (UQO) à l’âge de 25 ans. S’en est sui­vi une car­rière ful­gu­rante dans le monde de l’hy­dro­élec­tri­ci­té.

C’est cette pas­sion et celle de ses col­la­bo­ra­teurs, dit-il, qui ex­plique le suc­cès de cette en­tre­prise de classe mon­diale. Cer­tains de ses proches l’ac­com­pagnent de­puis 25 ans dans cette aven­ture. Ri­chard Le­gault, dont le tra­vail a sou­vent été ré­com­pen­sé a, entre autres, été choi­si Per­son­na­li­té de l’an­née LeD­roit/Ra­dio-Ca­na­da en 2014. Mais il a tou­jours fait re­jaillir les hon­neurs sur les membres de son équipe. Mo­deste et re­con­nais­sant, dit-on de lui. Un homme qui a éga­le­ment su res­ter fi­dèle à sa ré­gion. À preuve, il est pré­sident d’hon­neur de la Fon­da­tion Ma­thieu-Fro­ment-Sa­voie, il contri­bue au Centre de pé­dia­trie so­ciale de Ga­ti­neau et pré­side le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de Forces Ave­nir, qui va­lo­rise l’en­ga­ge­ment des étu­diants dans leur com­mu­nau­té.

Pour l’ins­tant, l’heure de la re­traite semble loin. L’en­tre­prise est tou­jours en mode ac­qui­si­tion. Un autre contrat d’en­ver­gure est sur le point d’être si­gné en Inde.

«Je ne me vois pas ar­rê­ter. J’ai la plus belle job du monde.»

Ri­chard Le­gault Pré­sident exé­cu­tif

PHO­TO COURTOISIE

par Marc Gau­thier Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.