De l’idée à la com­mer­cia­li­sa­tion, l’Ins­ti­tut IG est là pour vous !

Au coeur de la Ci­té à Ga­ti­neau, Éric Pi­chette et la so­cié­té BBL Construc­tion ont fon­dé un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif unique en Ou­taouais : un in­cu­ba­teur ac­cé­lé­ra­teur d’en­tre­prises en dé­mar­rage, of­frant une riche gamme de ser­vices et de res­sources hu­main

Le Droit Affaires - - Le Marketing Numérique -

Une pre­mière en Ou­taouais

La créa­tion d’un tel or­ga­nisme en Ou­taouais tom­bait à point nom­mé. « Nous avons com­blé ce vide en créant un in­cu­ba­teur bran­ché qui puisse non seule­ment ac­com­pa­gner les jeunes en­tre­prises dans leur che­mi­ne­ment, mais aus­si sti­mu­ler la phi­lan­thro­pie en­tre­pre­neu­riale en en­cou­ra­geant d’autres anges do­na­teurs à s’in­ves­tir dans la réus­site des en­tre­prises en dé­mar­rage. » Le dé­fi était de taille, certes, mais le ré­sul­tat est convain­cant.

Les bons ou­tils au bon en­droit

En plus d’of­frir une struc­ture d’abon­ne­ment souple et un en­ca­dre­ment sur me­sure, l’Ins­ti­tut IG se dis­tingue par son ac­ces­si­bi­li­té et ses ins­tal­la­tions de pointe. Si­tué à deux pas du Ra­pi­bus et de l’au­to­route 50, l’or­ga­nisme réunit sous un même toit des postes in­for­ma­tiques, des bu­reaux lo­ca­tifs, des salles de confé­rence, un lounge techno et flyé, deux cui­sines et un centre de pho­to­co­pie, le tout dans un cadre spa­cieux et lu­mi­neux, pro­pice à la créa­ti­vi­té et au ré­seau­tage.

Par­tir du bon pied

L’Ins­ti­tut IG pro­pose un par­cours unique aux per­sonnes dé­si­reuses de se lan­cer en af­faires. D’une durée de six à douze mois, ce der­nier com­porte deux étapes.Le Pro­gramme d’ac­com­pa­gne­ment IIG per­met d’abord à l’en­tre­pre­neur de dé­fi­nir son mo­dèle d’af­faires, sa vi­sion et son image de marque dans les règles de l’art. Du­rant le pro­gramme, il bé­né­fi­cie de conseils gra­tuits de la part de membres-en­tre­prises de sou­tien, qui offrent aux oc­cu­pants leurs ser­vices à des taux pré­fé­ren­tiels : as­su­rances, comp­ta­bi­li­té, consul­ta­tion ju­ri­dique, fi­nances per­son­nelle et d’en­tre­prise, fis­ca­li­té, etc. Le Pro­gramme d’ac­cé­lé­ra­tion IIG vise quant à lui la mise en mar­ché et la re­cherche de fi­nan­ce­ment, no­tam­ment grâce à la base de don­nées qui compte des cen­taines de mil­liers d’en­tre­prises. À ces deux pro­grammes obli­ga­toires s’ajoute un vo­let de men­to­rat. Un membre dé­bu­tant dans le monde des af­faires peut donc être ju­me­lé, s’il le dé­sire, à un en­tre­pre­neur che­vron­né membre de l’Ins­ti­tut. Toutes les res­sources sont réunies pour as­su­rer l’en­vol et la pé­ren­ni­té des star­tups. « Si l’en­tre­pre­neur fait ses de­voirs, in­siste Éric Pi­chette, il ne peut faire au­tre­ment que réus­sir. » Ma­mie Vir­tuelle, qui a main­te­nant pi­gnon sur rue à l’Ins­ti­tut, illustre par­fai­te­ment la via­bi­li­té du mo­dèle IIG : fon­dé par une fonc­tion­naire à la re­traite, ce « ca­bi­net » de te­nue de livres est pas­sé d’en­tre­prise en dé­mar­rage à fran­chi­seur en six mois ! Avec plus de 200 star­tups à son ac­tif de­puis sa fon­da­tion il y a à peine plus de six mois et un taux de réus­site ex­cep­tion­nel, l’Ins­ti­tut IG pro­met de de­ve­nir un in­ter­ve­nant im­por­tant du sec­teur qué­bé­cois des af­faires en Ou­taouais.

Lorsque nous avons mis sur pied l’Ins­ti­tut IG,

ré­gion.» il n’exis­tait rien du genre dans la

Éric Pi­chette

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.