PAUSE-CA­FÉ

Le Droit Affaires - - Sommaire - par Be­noit Hu­don / Col­la­bo­ra­tion spéciale

L’idée a ger­mé dans la tête d’Oli­vier Roy qui, avec d’autres, a créé le Star­tup Ca­fé. L’ob­jec­tif de cet OBNL est de bri­ser l’iso­le­ment que vivent cer­tains en­tre­pre­neurs vis-à-vis d’un in­ti­mi­dant monde des af­faires et de le faire dans le plai­sir.

ILS VEULENT EN­COU­RA­GER le dé­ve­lop­pe­ment d’en­tre­prises et l’ac­cès aux res­sources per­ti­nentes. Ils veulent qu’une bonne idée puisse se concré­ti­ser. Ils sont pas­sés à l’ac­tion avec la créa­tion de Star­tup Ca­fé, un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif ( OBNL ) qui épaule les jeunes en­tre­pre­neurs au sein d’un monde des af­faires qui s’avère par­fois in­ti­mi­dant. Les ins­ti­ga­teurs de cette com­mu­nau­té in­clu­sive qui compte 1700 membres en­tendent bri­ser l’éter­nel idéal as­so­cié à l’en­tre­pre­neu­riat et par­ler « des vraies af­faires ».

Le Star­tup Ca­fé a pour mis­sion de ras­sem­bler, d’in­for­mer et d’ai­der ceux et celles qui en sont à leur pre­mière ex­pé­rience en dé­mar­rage d’en­tre­prise. Sou­li­gnons d’em­blée que l’âge n’est pas un fac­teur de dé­si­gna­tion d’un jeune en­tre­pre­neur dans ce ré­seau. S’y initier peut se faire à 18 ou 108 ans, l’im­por­tant est de gui­der cet in­di­vi­du vers des res­sources pour éri­ger son pro­jet.

Les ra­cines de l’ini­tia­tive ont ger­mé dans l’es­prit d’Oli­vier Roy, il y a en­vi­ron deux ans, et l’idée ne cesse de croître de­puis. Ce qui était ex­clu­si­ve­ment vir­tuel adopte dé­sor­mais un mo­dèle hy­bride. À la po­pu­laire page Fa­ce­book s’ajoute la te­nue d’évé­ne­ments spé­ciaux, d’ac­ti­vi­tés édu­ca­tives et de créa­tion de conte­nus mé­dia­tiques.

Un ca­fé qui doit se dé­mar­quer

Qu’ont pré­vu les quatre bé­né­voles du conseil ad­mi­nis­tra­tif afin de ti­rer leur épingle du jeu ? « L’ob­jec­tif est de rem­plir les trous lais­sés par l’offre ac­tuelle dans la ré­gion. Il est im­por­tant pour nous d’être com­plé­men­taires aux autres bien en place », as­sure Pa­trick Voyer, char­gé des com­mu­ni­ca­tions au Star­tup Ca­fé.

Il s’agit pour ce­la de re­grou­per l’in­for­ma­tion es­sen­tielle, d’en­cou­ra­ger les in­ter­ac­tions au sein des pla­te­formes et de ci­men­ter des par­te­na­riats per­ti­nents. Plu­sieurs liens ont dé­jà été tis­sés avec des ac­teurs du dé­ve­lop­pe­ment lo­cal, ce qui confère à l’or­ga­ni­sa­tion un cer­tain rôle d’agent de ré­fé­ren­ce­ment vers l’aide spé­ci­fique re­cher­chée.

La com­mu­nau­té a pré­vu la dif­fu­sion de conte­nu adap­té aux jeunes en­tre­pre­neurs via di­verses pla­te­formes. Les ex­perts­col­la­bo­ra­teurs et les membres sont in­vi­tés à uti­li­ser le blogue afin de par­ta­ger leurs as­tuces. En pa­ral­lèle, le ba­la­do ( pod­cast ), qui a eu pour pre­mier in­vi­té l’ex-dra­gon et in­ves­tis­seur Serge Beau­che­min, cher­che­ra au gré du temps à s’éta­blir comme un ou­til phare du conte­nu d’af­faires lo­cal.

Ré­seau­ter dans le plai­sir

Sur une autre note, les res­pon­sables du Star­tup Ca­fé veulent bri­ser l’iso­le­ment que vivent cer­tains en­tre­pre­neurs qui ont de la dif­fi­cul­té à créer des liens avec d’autres gens d’af­faires . Comme les évé­ne­ments ty­piques de ré­seau­tage in­ti­mident par­fois

les nou­veaux ve­nus, ils comptent re­cou­rir au sport et aux in­no­va­tions évé­ne­men­tielles pour par­ve­nir à les in­té­grer. Une ligue de soc­cer entrepreneuriale est d'ailleurs née ce mois-ci. « C’est une ini­tia­tive in­té­res­sante qui croi­se­ra deux pas­sions pour plu­sieurs et qui per­met de se main­te­nir en san­té », fait va­loir Oli­vier Roy.

Le se­cond stra­ta­gème pour en­cou­ra­ger la mixi­té entre jeunes en­tre­pre­neurs est la créa­tion d’évé­ne­ments al­liant le ré­seau­tage, le plai­sir et l’ins­pi­ra­tion. La pre­mière soi­rée de ce genre du Star­tup Ca­fé se dé­rou­le­ra en no­vembre pro­chain. Elle pré­voit des sta­tions in­ter­ac­tives, des jeux et des kiosques où l’on fait des ren­contres.

Les confé­ren­ciers ain­si que les membres se­ront in­ci­tés à être ac­com­pa­gnés de leurs fa­milles. Le but est de par­ta­ger des té­moi­gnages évo­quant des si­tua­tions vé­cues et dif­fi­ciles, afin de sen­si­bi­li­ser tout l’au­di­toire aux réa­li­tés po­ten­tielles lors­qu’on fait le choix de l’en­tre­pre­neu­riat.

L’ac­cès au fi­nan­ce­ment de­meure un en­jeu de taille pour les jeunes en­tre­pre­neurs. Le Star­tup Ca­fé pro­jette de mettre en place un «FRIC Ou­taouais», acro­nyme pour Fonds Ré­gio­nal d’In­ves­tis­se­ment de Crois­sance. Mais l’équipe songe à rem­pla­cer le terme Crois­sance pour Col­lec­tif. L’idée est d’ame­ner de po­ten­tiels in­ves­tis­seurs à pla­cer des fonds col­lec­tifs qui ser­vi­ront au dé­col­lage d’en­tre­prises.

Les dé­buts de l’OBNL sont vi­si­ble­ment di­ver­si­fiés et pro­met­teurs. No­tez qu’un abon­ne­ment comme membre au sein de cette com­mu­nau­té est gra­tuit. Pour de l'in­for­ma­tion sup­plé­men­taire, ren­dez-vous sur leur page Fa­ce­book ou au star­tup­cafe.ca

Mar­can La­ra­mée et Oli­vier Roy, tous deux membres du conseil ad­mi­nis­tra­tif de Star­tup Ca­fé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.