Un match pas comme les autres

Le Droit - - LA UNE - DA­NIEL BRIÈRE PRO­POS RE­CUEILLIS PAR SYL­VAIN ST-LAURENT

J’ai presque l’im­pres­sion que ma car­rière dans la LNH va se pro­lon­ger un peu. Je vais avoir l’oc­ca­sion de réa­li­ser mon rêve, le temps d’une autre jour­née.

C’est un sa­me­di spé­cial à Phi­la­del­phie. Un gros match de ho­ckey se pré­pare. Il op­po­se­ra les An­ciens des Flyers aux An­ciens des Pen­guins. Ce match a été or­ga­ni­sé dans le but de sou­li­gner le 50e an­ni­ver­saire des deux or­ga­ni­sa­tions.

Et quand je dis que c’est un gros match, c’est que tous les billets ont été ven­dus. Nous al­lons nous pro­duire de­vant plus de 19 000 per­sonnes au Wells Far­go Cen­ter !

Si vous m’aviez dit que je dis­pu­te­rais un jour un match d’an­ciens de­vant une aus­si grosse foule, je ne vous au­rais pas cru. Les gens ont ré­pon­du à l’ap­pel comme on ne s’y at­ten­dait pas.

En fait, j’ai eu un avant-goût de tout ça, l’an der­nier. Nous avions été in­vi­tés à Rea­ding, une pe­tite ville si­tuée à en­vi­ron une heure de route, au nord de Phil­ly. Là­bas, 9500 per­sonnes ont rem­pli un aré­na de la Ligue East Coast pour voir une équipe d’an­ciens joueurs des Flyers af­fron­ter... une autre équipe d’an­ciens joueurs des Flyers. Ce jour-là, j’ai com­men­cé à com­prendre l’at­ta­che­ment des fans en­vers notre or­ga­ni­sa­tion.

Ce­la dit, je ne m’at­ten­dais pas à dis­pu­ter, un jour, un autre match de ho­ckey de­vant 19 000 spec­ta­teurs.

Les Flyers ont quand même fait les choses en grand. Ils ont in­vi­té tous les joueurs de la pre­mière édi­tion, celle qui a inau­gu­ré le Spec­trum en 1967.

Ils ont évi­dem­ment ré­ser­vé une place de choix aux membres des deux équipes qui ont rem­por­té la coupe Stan­ley dans les an­nées 1970. Ils ont aus­si réus­si à réunir les trois membres de la « Le­gion of Doom » des an­nées 1990. Tout ça pour dire qu’on va re­trou­ver Eric Lin­dros, John LeC­lair, Mi­kael Ren­berg, Bob­by Clarke, Bill Bar­ber, Reg­gie Leach, Tim Kerr, Dave Pou­lin et Brian Propp au sein de la même équipe, pour une jour­née seule­ment.

En tant que jeune re­trai­té, c’est vrai­ment un bel hon­neur d’avoir été in­vi­té à me joindre au groupe. Des gens, ici, ont l’air de croire que j’ai pro­fi­té de mes six an­nées ici pour lais­ser ma marque dans l’or­ga­ni­sa­tion. Ça fait chaud au coeur.

Les Flyers ont mis le pa­quet pour que cette jour­née soit une réus­site. La pré­sence des Pen­guins ne peut cer­tai­ne­ment pas nuire.

La ri­va­li­té entre le Ca­na­dien de Mon­tréal et les Bruins de Bos­ton est sans contre­dit la plus forte que j’ai pu ex­pé­ri­men­ter du­rant ma car­rière de joueur. Celle entre Phi­la­del­phie et Pitts­burgh ar­rive juste après.

Quand tu penses aux Pen­guins, tu penses au­to­ma­ti­que­ment à Ma­rio Le­mieux, à Ja­ro­mir Ja­gr, à Ron Fran­cis, à Sid­ney Cros­by, à Ev­ge­ni Mal­kin... C’est une or­ga­ni­sa­tion qui a cons­truit ses suc­cès par l’of­fen­sive.

Nous, les Flyers, avons tou­jours été l’équipe plus phy­sique.

Je ne sau­rais pas vous dire com­bien de fois les deux équipes se sont af­fron­tées en sé­ries au cours des 50 der­nières an­nées. Mais je me sou­viens très bien que, du­rant mes six an­nées à Phi­la­del­phie, nous avons croi­sé Pitts­burgh trois fois au prin­temps.

J’en garde de bons... mais aus­si de moins bons sou­ve­nirs.

Par­mi les bons, il y a cet af­fron­te­ment com­plè­te­ment fou, en pre­mière ronde, en 2012. Après cinq matches, les deux équipes avaient dé­jà fra­cas­sé le re­cord pour le plus grand nombre de buts dans une sé­rie. Je me sou­viens aus­si du nombre im­pres­sion­nant de pé­na­li­tés, des ba­tailles entre Claude Gi­roux et Cros­by. Kris­to­pher Le­tang et Kim­mo Ti­mo­nen en ont eu des bonnes aus­si...

Dans le match nu­mé­ro 1, on per­dait 3-0. On a trou­vé un moyen de re­ve­nir pour l’em­por­ter 4-3. Ce fut un des plus gros matches de toute ma car­rière.

Dans le match sui­vant, si je me sou­viens bien, Claude et Sean Cou­tu­rier ont tous les deux réus­si un tour du cha­peau.

Le match nu­mé­ro 6 a com­men­cé en force. Claude a frap­pé Cros­by dès le dé­part, puis il a ou­vert la marque quelques se­condes plus tard. Ce fut, en fin de compte, le match dans le­quel nous avons rem­por­té cette sé­rie.

À ce jour, cette ri­va­li­té fait tou­jours par­tie de ma vie. Je suis ca­pable de me contrô­ler, mais je ne veux pas com­plè­te­ment perdre ce fee­ling-là.

— AR­CHIVES, ASSOCIATED PRESS

La ri­va­li­té entre les Flyers et les Pen­guins est mon­tée d’un cran en 2012, après une sé­rie mé­mo­rable entre les deux équipes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.