« On lui donne la chance de tour­ner la page et de se re­bâ­tir »

Le Droit - - ACTUALITÉS - JUS­TINE MER­CIER jmer­cier@le­droit.com

L’ex-di­rec­teur gé­né­ral de Dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique-CLD Ga­ti­neau, Mi­chel Plouffe, a ob­te­nu une absolution inconditionnelle de la cour après avoir re­con­nu sa culpa­bi­li­té à un chef d’en­trave à la jus­tice.

Le juge Val­mont Beau­lieu s’est ran­gé du cô­té de la dé­fense en ac­cor­dant, ven­dre­di, une absolution inconditionnelle à M. Plouffe, après que ce­lui-ci soit al­lé dé­po­ser un don de 2500 $ des­ti­né à la Mai­son Ma­thieu-Fro­ment-Sa­voie. La veille, la Cou­ronne avait plai­dé en fa­veur d’une absolution condi­tion­nelle à la réa­li­sa­tion de 100 heures de tra­vaux com­mu­nau­taires.

« On lui donne la chance de tour­ner la page et de se re­bâ­tir », s’est ré­joui l’avo­cat de M. Plouffe, Me Mar­tin Bi­net.

Le sou­la­ge­ment était vi­sible pour ce­lui qui a di­ri­gé Dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique-CLD Ga­ti­neau pen­dant 15 ans.

« Je n’ai pas de ca­sier ju­di­ciaire. J’ai réa­li­sé de grandes choses dans ma vie, je vais conti­nuer à réa­li­ser de grandes choses dans ma vie, a dé­cla­ré M. Plouffe. Au­jourd’hui, l’absolution inconditionnelle est un pas vers une nou­velle car­rière pour moi, et je l’an­ti­cipe avec beau­coup d’en­thou­siasme et beau­coup de fer­veur. »

M. Plouffe avait re­con­nu, jeu­di, avoir « ten­té d’en­tra­ver, de dé­tour­ner ou de contre­car­rer le cours de la jus­tice en don­nant de faux ren­sei­gne­ments aux po­li­ciers de la Sû­re­té du Qué­bec » dans le cadre d’une en­quête sur de la pro­duc­tion de can­na­bis se fai­sant à son in­su dans une pro­prié­té lui ap­par­te­nant.

En ren­dant sa dé­ci­sion, le juge a sou­li­gné que Mi­chel Plouffe est « une per­sonne com­plè­te­ment ré­ha­bi­li­tée », et que le risque de ré­ci­dive « est nul » dans son cas.

Le ma­gis­trat a éga­le­ment rap­pe­lé les consé­quences gé­né­rées — tant sur la vie per­son­nelle que pro­fes­sion­nel de M. Plouffe — par le dé­pôt des ac­cu­sa­tions à son en­droit et par la mé­dia­ti­sa­tion du dos­sier.

Après avoir été pla­cé en sus­pen­sion avec solde en fé­vrier der­nier, M. Plouffe en était ve­nu à une en­tente avec la Ville de Ga­ti­neau, en juillet der­nier, pour rompre le lien d’em­ploi entre les par­ties.

Mi­chel Plouffe, qui a te­nu à re­mer­cier de­vant les mé­dias sa fa­mille et ses proches l’ayant sou­te­nu, a ré­ité­ré avoir vé­cu « beau­coup de peine » au cours de la der­nière an­née.

« Le mes­sage que je lance à tous, c’est que ça peut ar­ri­ver de faire des er­reurs, mais l’im­por­tant, c’est de se re­le­ver, a-t-il men­tion­né. […] C’est clair que j’ai trou­vé ça très dif­fi­cile. Il y a plu­sieurs mo­ments où j’ai pas­sé proche de dire : ‘c’est fi­ni, c’est ter­mi­né, je ne réus­si­rai plus ja­mais’. Mais fi­na­le­ment, il y avait tou­jours des gens qui étaient là au­tour de moi pour m’en­cou­ra­ger. »

L’homme de 51 ans veut main­te­nant se te­nir loin des pro­jec­teurs et se concen­trer à un pro­jet d’ac­qui­si­tion d’en­tre­prise avec l’homme d’af­faires Mar­tin La­casse, qui était pré­sent en salle de cour, ven­dre­di, pour connaître le dé­noue­ment du

— PA­TRICK WOODBURY, AR­CHIVES LE­DROIT

L’an­cien di­rec­teur du CLD Ga­ti­neau, Mi­chel Plouffe, ob­te­nu l’ab­sol­tuon de la cour.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.