Bel­le­mare s’in­vite à la fête

Le Droit - - SPORTS - JEAN-FRAN­ÇOIS PLANTE jf­plante@le­droit.com

Juste pour voir un gar­dien contri­buer à l’at­taque en mar­quant un but en désa­van­tage nu­mé­rique dans une vic­toire des Olym­piques, les 1823 spec­ta­teurs réunis au centre Ro­bert-Guer­tin en ont eu pour leur ar­gent ven­dre­di soir. Ma­thieu Bel­le­mare est de­ve­nu le sixième gar­dien de l’his­toire de la LHJMQ à ins­crire un but – et le deuxième en six jours –, mais contrai­re­ment aux autres, il n’a pas ti­ré dans une cage aban­don­née. Le gar­dien Jim­my Le­may était bien pos­té de­vant son fi­let quand le gar­dien des Olym­piques a dé­ga­gé son ter­ri­toire pen­dant une pu­ni­tion aux siens. Le­may s’est avan­cé pour al­ler ré­cu­pé­rer la ron­delle. En vou­lant la di­ri­ger der­rière son fi­let du re­vers, il l’a plu­tôt en­voyé di­rec­te­ment dans son but.

L’ex­ploit de Bel­le­mare au­ra été le clou d’une soi­rée bi­zarre où les Ga­ti­nois ont eu le des­sus 6-3 sur l’Océa­nic de Ri­mous­ki. Ova­tion­né, le gar­dien a cé­lé­bré en fai­sant tour­noyer son bâ­ton au-des­sus de sa tête en guise de re­mer­cie­ment.

« C’est drôle parce qu’avant le match, dans la chambre, on par­lait jus­te­ment des deux buts comp­tés par Fran­çois Bras­sard. Sur le coup, je n’ai pas réa­li­sé que j’étais le comp­teur, mais quand j’ai vu les joueurs au banc poin­ter vers moi, j’ai com­men­cé à pen­ser que ça avait du sens ! Je ne pen­sais ja­mais comp­ter un but de cette ma­nière. Tu y penses, des fois, en fin de match quand il n’y a plus de gar­dien de l’autre cô­té, mais je ne m’at­ten­dais cer­tai­ne­ment pas à ça quand j’ai dé­ga­gé la ron­delle. En plus, Jim­my a été mon co­équi­pier quand on jouait ban­tam. Je vais peut-être le re­mer­cier un jour, mais pas ce soir ! C’est un sen­ti­ment in­croyable d’en­tendre l’an­nonce de ton but quand tu es gar­dien. »

Chez l’Océa­nic, l’en­traî­neur Serge Beau­so­leil était plus ou moins sur­pris de la tour­nure des évé­ne­ments. « Il y a ra­re­ment des matches com­muns à Ga­ti­neau. Nous avons aus­si comp­té un but en désa­van­tage nu­mé­rique, mais leur but en désa­van­tage nu­mé­rique a fait mal. Nous avions du mo­men­tum. Nous étions en train de re­mon­ter la pente. Ce fut un drôle de match. »

Le gain per­met aux Olym­piques (19-21-3) de dé­pas­ser l’Océa­nic (18-22-3) au clas­se­ment. Les deux équipes par­ta­geaient des fiches iden­tiques avant le match. La veille, les Ri­mous­kois avaient sur­pris les Ca­ta­ractes de Sha­wi­ni­gan 3-2 même s’ils avaient été do­mi­nés 40-20 au cha­pitre des tirs. Le hé­ros de la soi­rée avait été le gar­dien Alexandre La­ga­cé.

À Ga­ti­neau, l’his­toire au­ra été dif­fé­rente. Vi­ta­lii Abra­mov l’a dé­joué dès la 32e se­conde sur une passe vive de Ya­kov Tre­nin. Zack MacE­wen a en­chaî­né avec un plomb en avan­tage nu­mé­rique, puis « Big Zack Mac » en a ra­jou­té en en­voyant une passe du re­vers entre ses jambes sur le bâ­ton de Da­niel Del Pag­gio qui a pous­sé der­rière La­ga­cé pour faire 3-0 après 12 mi­nutes de jeu. À coup sûr, il s’agit d’un but digne des jeux de la se­maine.

La soi­rée de La­ga­cé pre­nait ain­si fin après six tirs, mais il a ef­fec­tué un re­tour quand Le­may a comp­té dans son propre fi­let en fin de deuxième pé­riode. Le­may avait aus­si été bat­tu par Ya­kov Tre­nin et Ga­briel Bi­lo­deau avant d’être re­ti­ré du match à son tour. Le but de Tre­nin avait por­té la marque à 4-1 en fin de pre­mière pé­riode. Ce fut l’autre jeu im­por­tant du match puis­qu’il sur­ve­nait quelques ins­tants après un plon­geon de Vi­ta­lii Abra­mov pour pri­ver l’Océa­nic d’un but cer­tain pen­dant un avan­tage nu­mé­rique.

Charles-Édouard D’Astous a comp­té deux fois pour les vi­si­teurs. Ni­cho­las Blach­man a été l’autre membre de l’Océa­nic à dé­jouer Mat­thieu Bel­le­mare qui a fait face à 33 tirs.

Dans le camp vic­to­rieux, l’en­traî­neur Ma­rio Du­ha­mel ri­go­lait après le match. Il a dit qu’il avait son­gé à prendre un temps d’ar­rêt après le but de Bel­le­mare tel­le­ment les joueurs étaient eu­pho­riques au banc. « Ç’a été comp­té de ma­nière lou­foque, mais il passe à l’his­toire quand même ! Dans le livre, ça ne se­ra pas écrit comment il l’a comp­té ! »

— MAR­TIN ROY, LE DROIT

Vi­ta­lii Abra­movs’est illus­tré ven­dre­di soir avec un but et... un plon­geon pour ai­der les Olym­piques à l’em­por­ter 6-3 face à l’Océa­nic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.