Des fleurs pour le ca­pi­taine des Sé­na­teurs

Le Droit - - SPORTS - SYL­VAIN ST-LAURENT, LE

«La pre­mière chose que j’ai dite à Erik, à mon ar­ri­vée, c’est de ne pas chan­ger. Je vou­lais qu’il reste lui-même. »

Erik, c’est Erik Karls­son. Guy Bou­cher par­lait de lui, du­rant son point de presse de ven­dre­di mi­di.

À l’ap­proche de la mi-sai­son, Karls­son mé­rite le titre de joueur le plus utile aux Sé­na­teurs. C’est du moins ce que semble croire son en­traî­neur.

« Il ins­pire notre équipe au grand com­plet. Nous ne se­rions pas là où nous sommes sans lui», avance-t-il.

Pour­tant, Karls­son a bien mo­di­fié cer­taines choses. Il do­mine tou­jours la LNH au cha­pitre des lan­cers blo­qués, ce qu’il n’a ja­mais fait au­pa­ra­vant.

Ce­la tra­hit un plus haut ni­veau d’en­ga­ge­ment de sa part. Sur­tout en dé­fen­sive. «Tout le monde di­sait qu’Erik de­vait faire ci, mo­di­fier ça, de­ve­nir quelque chose d’autre... Moi, je vou­lais qu’il évo­lue. Je ne veux ja­mais qu’un bon joueur change. Il y a une nuance », fait va­loir Bou­cher. « Dans ma pre­mière conver­sa­tion avec Erik, je lui ai rap­pe­lé qu’il est le meilleur dé­fen­seur à ca­rac­tère of­fen­sif sur la pla­nète. Nous ne vou­lions sur­tout pas que ça change. Ça n’a pas chan­gé. Il a évo­lué, et nous le voyons parce l’at­ten­tion qu’il porte au jeu dé­fen­sif est im­pres­sion­nant. Il af­fronte les meilleurs joueurs ad­verses, soir après soir, et il y met beau­coup d’éner­gie.» Le tra­vail de Karls­son – et ce­lui de son par­te­naire Marc Mé­thot – n’est pas étran­ger aux ré­cents suc­cès des Sé­na­teurs. Sid­ney Cros­by a été blan­chi de la feuille de poin­tage, jeu­di, dans la vic­toire contre les Pen­guins. Même chose pour Phil Kes­sel. Ev­ge­ni Mal­kin a ob­te­nu une toute pe­tite men­tion d’aide.

«Erik a l’éner­gie né­ces­saire pour bien tra­vailler dé­fen­si­ve­ment, entre autres, parce que ses pré­sences sur la pa­ti­noire de­meurent re­la­ti­ve­ment courtes. Parce qu’il reste moins long­temps sur la glace, il peut sau­ter sur la pa­ti­noire plus sou­vent. Il a suf­fi­sam­ment d’éner­gie pour s’im­pli­quer dans les trois zones. »

À 26 ans, à sa troi­sième sai­son à titre de ca­pi­taine des Sé­na­teurs, Karls­son se­rait prêt à ac­cep­ter un plus grand rôle à titre de lea­der.

«Il veut vrai­ment que l’équipe connaisse du suc­cès. Je n’ai au­cun mé­rite à ce cha­pitre», as­sure Bou­cher.

«Je crois qu’il est ren­du au stade de sa car­rière où il a ob­te­nu tout le suc­cès qu’il pou­vait d’un point de vue in­di­vi­duel. Main­te­nant, il veut ga­gner. Je suis très im­pres­sion­né par sa fa­çon de me­ner. Il fait les choses de la bonne fa­çon.»

Dans son point de presse, Bou­cher a éga­le­ment van­té les qua­li­tés de me­neur de Dion Pha­neuf.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.