Bi­ki­nis et com­pas­sion

Le Droit - - ACTUALITÉS - JACQUES-NOR­MAND SAU­VÉ jn­sauve@le­droit.com

La plage de la baie Moo­neys de la Pro­me­nade Ri­ver­side à Ot­ta­wa a été en­va­hie, sa­me­di, par près de 10000 vol­leyeurs ré­par­tis en 1032 équipes sur 86 ter­rains.

Au pro­gramme : une jour­née de so­leil... ca­ri­ta­tive dans le cadre de la 35e édi­tion du HOPE Volleyball Summerfest, une oeuvre de bien­fai­sance qui, chaque an­née, verse ses re­ve­nus à six nou­veaux or­ga­nismes sans but lu­cra­tif. Les OSBL doivent at­tendre au moins trois ans avant de par­ti­ci­per de nou­veau au fes­ti­val.

Cette an­née, les 150 000 $ re­cueillis se­ront dis­tri­bués entre les or­ga­nismes sui­vants : Les Ber­gers de l’es­poir, le Centre d’aide aux agres­sées sexuelles d’Ot­ta­wa, Dress for Suc­cess Ot­ta­wa (qui vient en aide aux femmes qui veulent se lan­cer en af­faires), Lo­ge­ment com­mu­nau­taire Ot­ta­wa, la fon­da­tion Wau­poos (un or­ga­nisme of­frant des va­cances d’été à coût mi­nime) et Chil­dren at Risk (pour les troubles du spectre au­tis­tique chez les en­fants).

Au centre de toute l’at­ten­tion : 162 bal­lons de volleyball qui se sont fait mal­me­ner par des joueurs ré­par­tis en trois ca­té­go­ries : une classe cor­po­ra­tive, une autre de com­pé­ti­tion et une der­nière pu­re­ment ré­créa­tive.

HOPE (pour Hel­ping Other People Eve­ryw­here) en­caisse ses re­cettes des joueurs et en­tre­prises qui doivent payer pour par­ti­ci­per au fes­ti­val, re­çoit éga­le­ment des dons et em­poche des pro­fits is­sus de la vente de breu­vages dans les kiosques. D’ailleurs, l’on s’at­ten­dait à écou­ler 52 200 ca­nettes de breu­vages de tous genres au cours de cette jour­née splen­dide fort chaude et hu­mide.

LE COEUR SUR LA MAIN

Mais au coeur de toute cette or­ga­ni­sa­tion dé­sor­mais bien hui­lée, 800 bé­né­voles s’ac­tivent der­rière les ri­deaux pen­dant que des mil­liers de per­sonnes s’amusent au so­leil, dont no­tam­ment la jeune Ita­lo-Ca­na­dienne Cia­na Can­ci, res­pon­sable de la lo­gis­tique et des mé­dias so­ciaux au Volleyball Summerfest. Dans son cas, elle est à la fois bé­né­vole et, en quelque sorte, bé­né­fi­ciaire, car sa par­ti­ci­pa­tion, l’an der­nier, fut ré­vé­la­trice pour elle. Du­rant l’ex­po­sé de pré­sen­ta­tion du res­pon­sable de l’une des oeuvres ca­ri­ta­tives ins­crites au pro­gramme, Do It For Da­ron, l’étin­celle al­lu­ma la mèche.

En no­vembre 2010, la toute jeune Da­ron Ri­chard­son, 14 ans, s’en­le­vait la vie. Son père, as­sis­tant-en­traî­neur pour les Sé­na­teurs d’Ot­ta­wa, et son épouse dé­ci­dèrent de ca­na­li­ser leur dou­leur en fon­dant un or­ga­nisme ci­blant spé­ci­fi­que­ment les pro­blèmes men­taux chez les jeunes. Pour Cia­na, dé­pres­sive et an­xieuse, ce fut l’élan qui lui man­quait pour al­ler par­ler de ses pro­blèmes à un mé­de­cin. Au­jourd’hui, des mé­di­ca­ments adé­quats et une psy­cho­thé­ra­pie per­mettent de rendre sa vie plus fa­cile.

Sa­me­di, à la clô­ture de l’évé­ne­ment, près de 20 000 per­sonnes étaient ve­nues s’écla­ter au HOPE Volleyball Summerfest.

— MAR­TIN ROY, LE DROIT

Le tour­noi de volleyball Hope Summerfest a per­mis de re­cueillir 150000$, cette an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.