Wi­ki­pé­dia, fausses nou­velles et har­cè­le­ment vir­tuel

Le Droit - - ACTUALITÉS - JULIEN ARSENAULT La Presse ca­na­dienne MON­TRÉAL

— Sur fond de pro­pa­ga­tion des fausses nou­velles sur le web, de moyens pour pré­ve­nir et frei­ner le har­cè­le­ment en ligne ain­si que des me­naces à la pro­pa­ga­tion du sa­voir, plus de 1000 per­sonnes sont at­ten­dues à Mon­tréal du 9 au 11 août pour par­ti­ci­per à la con­fé­rence an­nuelle Wi­ki­ma­nia.

Plus de 125 confé­ren­ciers, dont le fon­da­teur de Wi­ki­pé­dia, Jim­my Wales, pren­dront part aux dif­fé­rents évé­ne­ments de ce ren­dez-vous an­nuel im­pli­quant entre autres les col­la­bo­ra­teurs qui contri­buent à ali­men­ter cette cé­lèbre en­cy­clo­pé­die col­lec­tive en ligne. De­puis Londres, M. Wales a ré­pon­du aux ques­tions de La Presse ca­na­dienne sur quelques grands thèmes dans le cadre d’une en­tre­vue té­lé­pho­nique.

PC : Les fausses nou­velles se dif­fusent de plus en plus ra­pi­de­ment et font fré­quem­ment les man­chettes pour les mau­vaises rai­sons. Étant don­né que le conte­nu de Wi­ki­pé­dia émane de ses membres, ad­mi­nis­tra­teurs et col­la­bo­ra­teurs, com­ment faites-vous pour as­su­rer un contrôle de la qua­li­té de l’in­for­ma­tion ?

JW : Ce phé­no­mène consti­tue un pro­blème prin­ci­pa­le­ment pour les sites comme Fa­ce­book où les uti­li­sa­teurs croient que la nou­velle pro­vient d’un site cré­dible et dé­cident de la par­ta­ger avec leurs amis, qui par­tagent le lien à leur tour. Tout ce­la se pro­page par l’en­tre­mise de per­sonnes qui ne sont pas né­ces­sai­re­ment friandes d’ac­tua­li­té. Ce n’est pas le cas de notre com­mu­nau­té, qui s’in­té­resse à l’ac­tua­li­té et la qua­li­té des sources. Les fausses nou­velles ont un im­pact très li­mi­té pour nous. Je ne peux pas dire que c’est un pro­blème sé­rieux.

PC : De plus en plus d’in­di­vi­dus et de per­son­na­li­tés pu­bliques font l’ob­jet de har­cè­le­ment en ligne et de dé­ni­gre­ment, ce qui porte at­teinte à leur ré­pu­ta­tion. Quels moyens sont pris par Wi­ki­pé­dia pour re­ti­rer des pages créées afin de s’at­ta­quer à la ré­pu­ta­tion de quel­qu’un ?

JW : Comme tous les sites ou­verts au public, cer­tains uti­li­sa­teurs peuvent po­ser des pro­blèmes. Nous pre­nons la chose très au sé­rieux pour re­pé­rer le har­cè­le­ment en ligne et l’en­rayer. Sur Twit­ter, par exemple, vous ne ris­quez pas d’être ban­ni même si, sans aller jus­qu’à har­ce­ler des gens, vous êtes gros­sier. Tou­te­fois, sur Wi­ki­pé­dia, on peut em­pê­cher cer­tains de four­nir du conte­nu s’ils agissent de la sorte.

PC : Que pen­sez-vous des ef­forts dé­ployés par des membres de cer­taines for­ma­tions politiques à tra­vers dif­fé­rents en­droits dans le monde pour ten­ter de mo­di­fier ou éli­mi­ner cer­taines in­for­ma­tions qui ne dé­peignent pas leur par­ti de fa­çon po­si­tive ?

JW : Il ne s’agit pas vrai­ment d’un pro­blème ou d’un phé­no­mène en crois­sance. Notre po­li­tique sur les sources fiables est très stricte. Si quel­qu’un tente par exemple d’effacer des in­for­ma­tions né­ga­tives, mais vé­ri­diques sur la page d’un po­li­ti­cien, notre com­mu­nau­té peut cor­ri­ger le tir ra­pi­de­ment. Hon­nê­te­ment, ce n’est pas très pro­duc­tif pour du per­son­nel po­li­tique de dé­pen­ser son temps de cette fa­çon.

PC : En 2001, Wi­ki­pé­dia voyait le jour. À l’époque, tous n’étaient pas convain­cus de la fia­bi­li­té des in­for­ma­tions. Com­ment cette per­cep­tion du public a-t-elle chan­gé au fil du temps ?

JW : Nous avons ac­quis beau­coup de ma­tu­ri­té avec les an­nées. Nous vou­lons être l’équi­valent d’une en­cy­clo­pé­die tra­di­tion­nelle ou mieux encore. Avec le temps, les sources se sont amé­lio­rées. Nous avons aus­si mis de l’avant des lignes di­rec­trices en ce qui a trait à nos politiques. Nous avons tou­jours in­di­qué que Wi­ki­pé­dia n’était pas par­faite. Il y a encore beau­coup à faire. Nous ne vou­lons pas nous as­seoir sur nos lau­riers.

— AR­CHIVES LA PRESSE

Le fon­da­teur Jim­my Wales ra­conte que la tra­jec­toire du site web est as­sez li­néaire. Vou­lant entre autres se pro­pa­ger géo­gra­phi­que­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.