An­toine Pru­neau ébran­lé, mais pas vrai­ment bles­sé

Le Droit - - SPORTS - SYLVAIN ST-LAURENT, LE DROIT

Pas ques­tion pour An­toine Pru­neau de ra­ter le pre­mier af­fron­te­ment de l’été contre les Alouettes.

Le ma­rau­deur la­val­lois du Rouge et Noir s’est bel et bien bles­sé, ven­dre­di der­nier, dans le re­vers contre les Es­ki­mos d’Ed­mon­ton. Pas au point de traî­ner trop long­temps à l’in­fir­me­rie.

L’en­traî­neur-chef Rick Campbell a re­con­nu que cer­tains joueurs re­pré­sentent des cas dou­teux. Ce se­rait no­tam­ment le cas du de­mi dé­fen­sif Nick Tay­lor, au­teur de 21 pla­qués jus­qu’ici cette sai­son.

«Ce n’est pas mon cas», as­sure Pru­neau qui en re­ven­dique 18.

Il s’est jus­te­ment in­fli­gé cette bles­sure en pla­quant le vé­té­ran flan­queur des Esks, Ada­rius Bow­man, vers la fin de la pre­mière de­mie. «J’ai vu le bal­lon se di­ri­ger vers Bow­man du coin de l’oeil. Ça ne m’a pas lais­sé beau­coup de temps pour ré­agir. J’ai juste frap­pé avec tout ce que j’avais. C’est sur­tout mon épaule qui a pris le coup. Mon bras était ren­du squee­zé. Je ne réa­li­sais pas ce qui se pas­sait. Il y a eu un pe­tit peu d’an­xié­té de ma part, je pense», ra­conte-t-il.

Pru­neau a vite été ras­su­ré. À la mi-temps, les thé­ra­peutes lui ont fait com­prendre qu’il n’avait pas su­bi de com­mo­tion cé­ré­brale. « Avec les coups proches de la tête, il ne faut pas prendre de chances. Ils m’ont fait su­bir un test pour s’as­su­rer que tout était cor­rect.»

Pru­neau se dit convain­cu que le Rouge et Noir est ca­pable de mettre un terme à sa sé­quence per­dante, et ce, très ra­pi­de­ment. «Il ne manque pas grand­chose pour que les RedB­lacks se re­trouvent au top de la sec­tion Est», dit-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.