Bou­cher veut «re­par­tir à zé­ro»

Le Droit - - SPORTS - MARC BRASSARD mbras­sard@le­droit.com

Guy Bou­cher n’a rien per­du de sa verve au cours de la sai­son es­ti­vale.

L’en­traî­neur-chef des Sé­na­teurs était tou­jours aus­si vo­lu­bile au cours de son pre­mier point de presse de la sai­son ven­dre­di après les pre­mières séances sur la glace des siens, te­nues au Sens­plex (ils y se­ront de re­tour sa­me­di, avant d’être au Centre Ca­na­dian Tire di­manche pour leur fête des par­ti­sans).

Au cours de la ving­taine de mi­nutes pas­sées de­vant les mi­cros et ca­mé­ras, le pi­lote qué­bé­cois qui en­tame sa deuxième sai­son der­rière le banc à Ot­ta­wa a tou­ché à tous les su­jets d’in­té­rêt pour son club en ce dé­but de sai­son, in­cluant l’ad­ver­si­té à la­quelle elle doit à nou­veau faire face avec les ab­sences d’Erik Karls­son et de De­rick Brassard pour le camp, et celle de Clarke MacAr­thur pour une pé­riode in­dé­ter­mi­née.

Son mes­sage prin­ci­pal à un club qui est pas­sé à un pe­tit but près d’at­teindre la fi­nale de la coupe Stan­ley il y a trois mois et de­mi est évi­dem­ment de ne pas s’as­seoir sur ses lau­riers.

« Notre phi­lo­so­phie en ar­ri­vant cette an­née est de faire 80 % de ce qu’on a fait l’an der­nier parce que nous avons connu du suc­cès, et l’autre 20 % se­ra re­lié à com­ment nous al­lons pro­gres­ser, ce qu’on doit amé­lio­rer, que ce soit of­fen­si­ve­ment ou dé­fen­si­ve­ment. Ce se­ra ba­sé sur nos joueurs, mais aus­si sur notre étude des meilleurs clubs de la ligue au cours de l’été. On va faire des ajus­te­ments, ajou­ter cer­taines choses, en en­le­ver d’autres. Mais pour le dé­but du camp, on veut d’abord re­trou­ver le 80 % de ce qu’on avait (l’an pas­sé) », a-t-il ex­pli­qué, sans par­ler de son jeu de puis­sance dé­fi­cient l’an pas­sé qu’il cher­che­ra certes à amé­lio­rer.

Fin psy­cho­logue, son mes­sage lors de la pre­mière réunion d’équipe a été simple : « Nous re­par­tons à zé­ro. Nous ne sommes pas où nous étions à la fin de la sai­son der­nière. Ça, c’était à la fin d’un long pro­ces­sus. Les quatre équipes qui res­tent à la fin ont sou­vent de la mi­sère au dé­but de la sai­son et les gens vont dire que c’est parce qu’ils étaient amo­chés, que l’été a été plus court, que l’en­traî­ne­ment a été mo­di­fié. C’est peut-être un fac­teur, mais ton état d’es­prit l’est aus­si. Quand tu re­com­mences, tu re­pars vrai­ment à zé­ro. La seule dif­fé­rence est que ça de­vrait prendre moins de temps à re­trou­ver la cons­tance que tu avais la sai­son pré­cé­dente... L’ob­jec­tif est donc se qua­li­fier pour les sé­ries, et s’oc­cu­per des sé­ries en­suite », a dit Bou­cher.

Le mes­sage est pas­sé parce qu’un lea­der comme Dion Pha­neuf l’avait re­pris presque mot pour mot quelques mi­nutes plus tôt, di­sant que « tout le monde dans la ligue re­part à zé­ro zé­ro ».

Bou­cher a dit qu’il s’at­tend à une « énorme com­pé­ti­tion » à la dé­fense, où il en­tend mo­di­fier ses duos « une cin­quan­taine de fois » en l’ab­sence de Karls­son, dont la date de re­tour est in­cer­taine.

Il est plus op­ti­miste dans le cas de Brassard, qui a pa­ti­né avec ses co­équi­piers pour le pre­mier jour du camp, même s’il ne peut pas en­core ac­cep­ter de mises en échec. « Je ne peux pas être confiant parce que c’est une ques­tion mé­di­cale, mais on peut se per­mettre d’être po­si­tif qu’il pour­ra être là pour le pre­mier match... Il faut avoir le OK de tout le monde, mais il pro­gresse bien plus vite qu’une per­sonne nor­male avec cette opération-là », a-t-il no­té.

Brassard a dit pour sa part qu’il se sent bien : « Des fois, je me de­mande pour­quoi je ne peux pas prendre du contact dès main­te­nant. Mais les mé­de­cins in­sistent que ça prend quatre mois à gué­rir. Je vais es­sayer d’être pa­tient et me pré­pa­rer en fonc­tion que je joue­rai le match d’ou­ver­ture. Si ça ne marche pas, je de­vrais être pas mal près dans les matches sui­vants de re­ve­nir », a dit le centre ga­ti­nois, qui a vu son conci­toyen Jean-Ga­briel Pa­geau oc­cu­per sa place sur ce qui pour­rait être un des deux pre­miers trios ven­dre­di, entre Bob­by Ryan et Mark Stone.

— ADRIAN WYLD, LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Guy Bou­cher a dit qu’il s’at­tend à une «énorme com­pé­ti­tion» à la dé­fense, où il en­tend mo­di­fier ses duos «une cin­quan­taine de fois» en l’ab­sence de Karls­son, dont la date de re­tour est in­cer­taine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.