Isa­belle Hu­don suc­cède à Cannon

Le Droit - - ACTUALITÉS - MÉ­LA­NIE MARQUIS

La femme d’af­faires Isa­belle Hu­don a été «en­va­hie de beau­coup de fier­té» lors­qu’on lui a pro­po­sé de de­ve­nir la pre­mière femme à oc­cu­per le pres­ti­gieux poste de chef de mis­sion du Ca­na­da au­près de la Ré­pu­blique fran­çaise. Et elle n’a « au­cun re­gret » d’avoir ac­cep­té.

Elle a pris sa dé­ci­sion après avoir sol­li­ci­té les conseils d’une di­zaine de per­sonnes, dont des di­plo­mates en fonc­tion, d’ex-am­bas­sa­deurs et des gens is­sus du sec­teur pri­vé. « Et, chose in­té­res­sante, au­cune des per­sonnes à qui j’ai par­lé m’a dit ‘Ne fais pas ça’ », dit-elle en riant.

Mais Isa­belle Hu­don, ré­ci­pien­daire d’une mé­daille de l’As­sem­blée na­tio­nale sou­li­gnant son en­ga­ge­ment pour la cause de l’am­bi­tion fé­mi­nine, a aus­si tâ­ché de suivre les en­sei­gne­ments qu’elle pro­digue elle-même aux femmes.

« J’en­seigne beau­coup aux femmes le fait que, quand on re­çoit un ap­pel pour re­le­ver un nou­veau dé­fi, la seule ques­tion qu’on doit se po­ser, c’est ‘Est-ce que ça me tente ou pas’ et non pas ‘Est-ce que je vais être ca­pable, est-ce que je vais être bonne’ », ex­plique-t-elle.

« Je me suis sou­mise aux mêmes règles (...) et j’ai conclu que je sau­tais. Et je n’ai au­cun re­gret », pour­suit Mme Hu­don, ajou­tant qu’en confiant pour la pre­mière fois à une femme les clés de l’am­bas­sade à Pa­ris, le gou­ver­ne­ment « en­voie un si­gnal clair, pas juste à la France ».

La re­crue di­plo­ma­tique compte s’ins­tal­ler dans l’Hexa­gone en no­vembre. Il est « clair dans (son) man­dat » que la pre­mière mis­sion se­ra de faire la pro­mo­tion de l’ac­cord de libre-échange entre le Ca­na­da et l’Union eu­ro­péenne (UE), dit-elle en en­tre­vue à La Presse ca­na­dienne.

Le trai­té com­mer­cial est ac­tuel­le­ment en vi­gueur, mais de fa­çon pro­vi­soire. Pour s’ap­pli­quer dans son in­té­gra­li­té, il doit être ra­ti­fié par les Par­le­ments na­tio­naux et ré­gio­naux des États membres de l’Union eu­ro­péenne — dont ce­lui de la France, qui ne l’a pas en­core fait.

« Il y a un be­soin urgent de faire at­ter­rir les grands prin­cipes de cette en­tente-là », de la « vul­ga­ri­ser » pour en « faire com­prendre les bien­faits », et « in­ci­ter, entre autres, le mi­lieu des af­faires à en ti­rer par­ti », sou­tient Mme Hu­don.

Ex-pré­si­dente et chef de la di­rec­tion de la Chambre de com­merce du Mon­tréal mé­tro­po­li­tain, Mme Hu­don a été entre 2010 et 2014 pré­si­dente de la Fi­nan­cière Sun Life au Qué­bec. Elle a fait par­tie du pal­ma­rès des 100 femmes les plus in­fluentes du Ca­na­da à plu­sieurs re­prises.

Mais avant d’ac­cu­mu­ler ces faits d’armes au Qué­bec inc., elle s’était fait les dents en po­li­tique fé­dé­rale. À la fin des an­nées 1980, elle a sui­vi à Ot­ta­wa son père, Jean-Guy Hu­don, qui a été dé­pu­té au sein du gou­ver­ne­ment pro­gres­siste-conser­va­teur de Brian Mul­ro­ney.

« J’ai gran­di en po­li­tique. Le mi­lieu po­li­tique a été mon uni­ver­si­té », ra­conte celle qui a no­tam­ment été at­ta­chée de presse pour la mi­nistre res­pon­sable de la dé­funte Agence ca­na­dienne de dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal (ACDI).

Avec la dé­si­gna­tion d’Isa­belle Hu­don, la pa­ri­té hommes-femmes des am­bas­sa­deurs ca­na­diens au­près des pays du G7 est at­teinte.

La femme d’af­faires pren­dra la place de Lawrence Cannon dans les bu­reaux pa­ri­siens du Ca­na­da.

— AR­CHIVES LA PRESSE

La femme d’af­faires Isa­belle Hu­don de­vient la nou­velle am­bas­sa­drice du Ca­na­da à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.