Le mi­nistre de la San­té de Trump dé­mis­sionne dans la tour­mente

Le Droit - - ACTUALITÉS -

WA­SHING­TON — Do­nald Trump avait lais­sé en­tendre que ses jours étaient comp­tés, le cou­pe­ret est tom­bé ven­dre­di soir : Tom Price, mi­nistre amé­ri­cain de la San­té, a été contraint à la dé­mis­sion après les ré­vé­la­tions sur son goût pour d’oné­reux dé­pla­ce­ments en jets pri­vés.

Le nom de l’an­cien élu de Géor­gie vient s’ajou­ter à une longue liste de hauts res­pon­sables nom­més puis li­mo­gés par le pré­sident amé­ri­cain au cours des der­niers mois : Steve Ban­non (ex-conseiller stra­té­gique), Reince Prie­bus (ex-se­cré­taire gé­né­ral de la Ma­sion-Blanche), Sean Spi­cer (ex-porte-pa­role) ou en­core Mi­chael Flynn (ex-conseiller à la sé­cu­ri­té na­tio­nale).

La po­lé­mique en­flait de­puis plu­sieurs jours à Wa­shing­ton et pla­çait M. Trump, ar­ri­vé au pou­voir il y a huit mois sur la pro­messe d’un amai­gris­se­ment de l’ad­mi­nis­tra­tion fé­dé­rale, dans une si­tua­tion de plus en plus in­con­for­table.

M. Price «a pré­sen­té sa dé­mis­sion et le pré­sident [Do­nald Trump] l’a ac­cep­tée», a in­di­qué l’exé­cu­tif amé­ri­cain dans un bref com­mu­ni­qué.

Quelques mi­nutes plus tôt, le lo­ca­taire de la Mai­son-Blanche avait clai­re­ment lais­sé en­tendre que M. Price pou­vait se pré­pa­rer à quit­ter la ca­pi­tale fé­dé­rale.

«Je ne suis pas content, je peux vous le dire», avait-il dé­cla­ré lors d’un échange avec les jour­na­listes de­puis les jar­dins de la Mai­son-Blanche, af­fir­mant avoir été «dé­çu» par son mi­nistre.

Po­li­ti­co, qui a ré­vé­lé l’af­faire, avait dé­comp­té pas moins de 26 dé­pla­ce­ments de Tom Price en avions pri­vés de­puis le dé­but de l’an­née, pour un to­tal dé­pas­sant 400 000 dol­lars.

Ten­tant de clore la po­lé­mique, M. Price avait an­non­cé jeu­di soir qu’il rem­bour­se­rait les frais cor­res­pon­dant à son siège et s’était en­ga­gé à ne plus voya­ger que sur des lignes ré­gu­lières.

Mais il n’a fait qu’attiser les braises : se­lon Fox News, ci­tant une source proche du mi­nistre, le mon­tant rem­bour­sé par le mi­nistre n’était que de 51 887 dol­lars. Comme s’il consi­dé­rait qu’il n’était pas concer­né par les frais en­ga­gés pour ses col­la­bo­ra­teurs.

«TOM, VOUS ÊTES VI­RÉ!»

Dès mer­cre­di, nombre d’élus avaient ré­cla­mé sa dé­mis­sion. «Des voyages de luxe sur des jets pri­vés ne sont pas une uti­li­sa­tion ac­cep­table de l’ar­gent des contri­buables», a dé­cla­ré la sé­na­trice dé­mo­crate Pat­ty Mur­ray.

Les dé­pla­ce­ments étaient de na­ture gou­ver­ne­men­tale, a sou­li­gné le mi­nis­tère, dé­fen­dant la lé­ga­li­té des dé­penses, mais ils in­cluaient des lieux où Tom Price pos­sède des pro­prié­tés ou a des amis et de la fa­mille. Par com­pa­rai­son, les deux pré­dé­ces­seurs au por­te­feuille de la San­té sous Ba­rack Oba­ma voya­geaient ex­clu­si­ve­ment sur des lignes ré­gu­lières.

Cet or­tho­pé­diste de 62 ans, qui fut élu de la Géor­gie à la Chambre des re­pré­sen­tants, paye aus­si pro­ba­ble­ment le mé­con­ten­te­ment de Do­nald Trump sur l’échec de la ré­forme d’Oba­ma­care, loi em­blé­ma­tique de son pré­dé­ces­seur dé­mo­crate.

En an­non­çant la no­mi­na­tion de M. Price, le pré­sident amé­ri­cain avait af­fir­mé qu’il était «ex­cep­tion­nel­le­ment qua­li­fié pour me­ner à bien notre en­ga­ge­ment d’abro­ger et de rem­pla­cer l’Oba­ma­care».

Toutes les ten­ta­tives en ce sens ont de­puis ca­po­té au Congrès. Le der­nier échec en date a eu lieu mar­di lorsque les ré­pu­bli­cains ont re­non­cé, en l’ab­sence des voix né­ces­saires, à sou­mettre au vote un texte en ce sens. Les pro­mo­teurs de l’abro­ga­tion ont af­fir­mé qu’ils re­vien­draient à la charge l’an pro­chain. Mais à moyen terme, cette page est tour­née.

En juillet, M. Trump avait me­na­cé, dans une for­mule qu’il uti­lise ré­gu­liè­re­ment dans un demi-sou­rire qui met l’au­dience mal à l’aise, de li­mo­ger son mi­nistre de la San­té s’il n’ob­te­nait pas les votes né­ces­saires pour te­nir cette pro­messe de cam­pagne cen­trale.

«Il fe­rait mieux de les avoir, il fe­rait mieux de les avoir .... », avait-il lan­cé, M. Price à ses cô­tés. «Si­non, je di­rai : “Tom, vous êtes vi­ré!”», avait-il ajou­té dans une al­lu­sion à sa phrase-culte de l’émis­sion de té­lé-réa­li­té «The Ap­pren­tice» dont il fut long­temps l’ani­ma­teur.

Ven­dre­di soir, la for­mule a pris une autre di­men­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.