EXTRAIT DU LIVRE

Le Droit - - ARTS ET SPECTACLES | CLUB DE LECTURE -

« Je m’ap­pelle Saul Che­val In­dien. Je suis le fils de Ma­ry Man­da­min et de John Che­val In­dien. Mon grand-père se nom­mait So­lo­mon, et mon pré­nom est un di­mi­nu­tif du sien. Nous ap­par­te­nons au clan du Pois­son des Ojibwés du Nord ou Ani­shi­na­beg dans notre langue. Nous oc­cu­pons les ter­ri­toires qui longent la ri­vière Win­ni­peg, là où elle s’évase avant de fran­chir la fron­tière du Ma­ni­to­ba, pas­sé le lac des Bois et la rude échine du nord de l’On­ta­rio. On ra­conte que nos pom­mettes sont taillées dans les crêtes de gra­nit qui do­minent notre terre na­tale. On ra­conte que nous avons les yeux brun fon­cé à cause du suin­te­ment de la terre fé­conde qui en­toure les lacs et les ma­ré­cages. Les An­ciens af­firment que nos longs che­veux droits dé­rivent des herbes on­du­lantes qui bordent les baies. Nos mains et nos pieds sont larges, plats et forts, telles les pattes d’un ours. Nos an­cêtres ont ap­pris à par­cou­rir avec ai­sance les ter­ri­toires que les Zhau­na­gush, les hommes blancs ve­nus après nous, ont re­dou­tés, tant qu’ils ont eu be­soin de notre aide pour y na­vi­guer. Notre pa­role roule et cas­cade comme les ri­vières qui nous servent de routes. Nos lé­gendes ré­vèlent que nous sommes is­sus du sein de la Terre-Mère, ap­pe­lée Aki. Nous jaillis­sons in­tacts, le coeur d’Aki bat­tant dans nos oreilles, prêts à la dé­fendre et à la pro­té­ger. Quand je suis né, les nôtres par­laient en­core cette langue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.