Ryan Lind­ley s’en vou­lait

Le Droit - - SPORTS - MAR­TIN COM­TOIS mcom­tois@le­droit.com

Tout al­lait bien pour Ryan Lind­ley en pre­mière de­mie.

Le quart amé­ri­cain du Rouge et Noir avait com­plé­té sa pre­mière passe de tou­ché en car­rière lorsque Greg El­ling­son a cap­té un bal­lon de 18 verges. Il a cé­lé­bré avec le re­ce­veur.

Puis tôt au troi­sième quart, Lind­ley a même ins­crit un tou­ché au sol sur une course d’une verge.

Sa ré­ac­tion ? Il a lan­cé le bal­lon dans les gra­dins.

Ce fut la der­nière fois où il a pu fê­ter.

Par la suite, rien ne sem­blait fonc­tion­ner pour lui et ses re­ce­veurs. Lind­ley a ra­té plu­sieurs de ses passes. Cer­taines ont même frap­pé le sol à quelques pieds de la cible.

Ce der­nier a même été in­ter­cep­té dans les der­nières se­condes du match par le vé­té­ran et an­cien joueur étoile du Rouge et Noir, Jo­von John­son.

« J’ai man­qué en se­conde de­mie plu­sieurs des passes que je réus­sis­sais sans pro­blème en pre­mière de­mie », a re­con­nu Lind­ley, qui au­ra com­plé­té 17 de 31 passes pour seule­ment 164 verges.

À l’image de la se­maine pré­cé­dente à Win­ni­peg, il a dû se dé­brouiller dans la pluie.

« Ce n’est pas une ex­cuse. Seule­ment une fois le bal­lon m’a glis­sé des mains sur une passe. Le reste de la deuxième de­mie, j’ai trop es­sayé de pla­cer le bal­lon... d’être trop pré­cis, a dit Lind­ley.

“Je dois sim­ple­ment être meilleur que ça.”

Reste à voir si le Rouge et Noir se tour­ne­ra à nou­veau vers lui au poste de quart-ar­rière lors du pro­chain match. L’équipe a per­du ses deux matches avec Lind­ley aux com­mandes. Elle a be­soin de vic­toires au plus vite.

Tre­vor Har­ris, qui a ra­té les trois der­nières par­ties en rai­son d’une dis­lo­ca­tion de l’épaule droite, se rap­proche d’un re­tour au jeu. Plu­sieurs per­sonnes à tra­vers la LCF s’at­ten­daient même à le voir face aux Ri­ders, ven­dre­di soir.

Quant à Drew Tate, il s’avère un gros point d’in­ter­ro­ga­tion. Il était en uni­forme pour une deuxième se­maine de suite. Mais vi­si­ble­ment, soit que les en­traî­neurs n’ont pas confiance en lui ou le vé­té­ran n’est tout sim­ple­ment pas apte à jouer. Comment ex­pli­quer qu’il était en­core sub­sti­tut ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.