D’autres vic­times?

Un ex-mo­ni­teur de camp ac­cu­sé d’agres­sion sexuelle au­rait pu po­ser d’autres gestes in­dé­cents

Le Droit - - LA UNE - LOUIS-DE­NIS ÉBACHER lde­ba­cher@le­droit.com

Le pro­cès d’un ex-mo­ni­teur ac­cu­sé d’agres­sion sexuelle sur deux en­fants au camp Tim Hor­tons de Quyon, à Pon­tiac, a pris son en­vol lun­di, à Ga­ti­neau. Une pre­mière vic­time al­lé­guée, en­core sous le choc douze ans plus tard, a ra­con­té son ré­veil trou­blant aux mains de ce­lui qui était res­pon­sable de son groupe, en 2005.

L’ac­cu­sé, Da­vid-Fran­cis Bur­sey, fait par­tie de l’in­fan­te­rie des Forces ar­mées ca­na­diennes de­puis 2013. Se­lon le mi­nis­tère pu­blic, l’homme, qui ré­side au­jourd’hui à Ed­mon­ton, était en po­si­tion d’au­to­ri­té sur de jeunes gar­çons, à l’époque.

Les en­fants avaient été choi­sis pour par­ti­ci­per au pro­gramme de la Fon­da­tion Tim Hor­tons, d’une du­rée de deux se­maines, en Ou­taouais.

« J’étais si ex­ci­té à l’idée de par­ti­ci­per à cette ac­ti­vi­té, a ra­con­té Ja­red (nom fic­tif). J’al­lais prendre l’avion pour la pre­mière fois, et par­ti­ci­per à ce camp d’été. »

À l’aé­ro­port, Ja­red a fait la ren­contre de ce­lui qui al­lait être son mo­ni­teur, Da­vid « Ro­déo » Bur­sey.

Les af­faires al­laient ron­de­ment : tir à l’arc, pro­me­nade en fo­rêt, bref, tout ce que des en­fants ont l’ha­bi­tude de faire dans un camp d’été.

Un soir, le groupe a par­ti­ci­pé à une nuit de cam­ping, avec feu de joie et his­toires d’hor­reur. « On avait du bon temps. Il y avait des jeunes de par­tout au pays. C’était su­per. »

De re­tour dans leurs pe­tites ha­bi­ta­tions ser­vant de dor­toir, les en­fants sont al­lés au lit. Ja­red s’est en­dor­mi.

« Dans la nuit, quel­qu’un m’a ré­veillé dou­ce­ment, ra­conte-t-il. Il (Da­vid Bur­sey) me frot­tait le dos par-des­sus mon chan­dail. Puis, il a flat­té en avant, de la poi­trine en des­cen­dant, par des­sus le py­ja­ma. Il a mis ma main sur sa poi­trine. On en était à se flat­ter mu­tuel­le­ment. Puis il a pous­sé ma main sur son pé­nis. C’était par-des­sus son sous-vê­te­ment. »

Le té­moin, au­jourd’hui adulte, a ra­con­té d’une voix très basse, dans le fin dé­tail, son sé­jour au camp, puis la nuit fa­ti­dique. « J’ai en­core ce même sen­ti­ment en tête. Je vou­lais par­tir et cou­rir, mais j’en étais in­ca­pable. Il me di­sait : “C’est cor­rect, tu peux le faire (en par­lant des at­tou­che­ments).” »

En mars 2016, Le Droit ré­vé­lait que Da­vid-Fran­cis Bur­sey était ac­cu­sé d’agres­sion sexuelle sur au moins deux gar­çons. La po­lice de la MRC des Col­lines croit tou­jours pos­sible qu’il y ait d’autres vic­times.

M. Bur­sey, qui a plai­dé non cou­pable à tous les chefs, a gar­dé le si­lence en salle d’au­dience, pre­nant beau­coup de notes. Son avo­cat, Me Jean-Fran­çois Be­noit a de­man­dé lors du contre-in­ter­ro­ga­toire si la vic­time était ab­so­lu­ment cer­taine qu’il s’agis­sait de son mo­ni­teur. Les faits se sont pro­duits dans la pé­nombre.

Une des vic­times au­rait si­gna­lé son agres­sion en 2005, mais à l’époque, la po­lice de a MRC des Col­lines n’a pas pu com­plé­ter son en­quête.

La pro­cu­reure de la Cou­ronne, Me Ch­ris­tine Lambert, en­tend prou­ver les al­lé­ga­tions par preuve si­mi­laire, en dé­mon­trant que les deux vic­times ont sen­si­ble­ment un ré­cit sem­blable des évé­ne­ments, même si elles ne se connaissent pas.

Da­vid-Fran­cis Bur­sey a été à l’em­ploi du camp Tim Hor­tons de 2004 à 2006.

La com­pa­gnie Tim Hor­tons a col­la­bo­ré à l’en­quête.

Le Camp des voya­geurs Tim Hor­tons a ou­vert ses portes en 1994 à Quyon. Il est si­tué près de la baie de Pon­tiac de la ri­vière des Ou­taouais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.