Trump, l’is­lam et les fé­mi­nistes

Le Droit - - ACTUALITÉS -

Une heure avant de faire un mas­sacre à la Grande Mos­quée de Qué­bec, Alexandre Bis­son­nette consul­tait la page Fa­ce­book d’un jeune qui avait pla­ni­fié une tue­rie de masse à Ha­li­fax avant de s’en­le­ver la vie.

Le rap­port d’ex­trac­tion de l’or­di­na­teur d’Alexandre Bi­son­nette, pré­sen­té à la cour lun­di ma­tin à l’oc­ca­sion des re­pré­sen­ta­tions sur la peine, dé­montre que jus­qu’à la toute der­nière mi­nute, Bis­son­nette s’in­for­mait sur ce qui était pour lui une ob­ses­sion ; les tueurs de masse. À 18h46 le 29 jan­vier 2017, le ti­reur li­sait sur James Gamble, jeune ti­reur de 19 ans qui s’est sui­ci­dé avant de com­mettre une tue­rie de masse dans un centre com­mer­cial de Ha­li­fax en Nou­velle-Écosse. Juste avant, Bis­son­nette vi­sion­nait un vi­déo sur une dé­mons­tra­tion de pis­to­let Glock, l’arme qui lui a ser­vi à tuer six fi­dèles et à en bles­ser griè­ve­ment six autres. En deux heures, il a aus­si consul­té à 12 re­prises le site Web du Centre cultu­rel is­la­mique de Qué­bec (CCIQ).

La jour­née du 29 jan­vier, Bis­son­nette a consul­té le compte Twit­ter du pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau et lu la pu­bli­ca­tion an­non­çant un ac­cueil ac­cru des ré­fu­giés par le Ca­na­da.

Cette lec­ture a pour lui été l’élé­ment dé­clen­cheur, di­ra-t-il plus tard lors de son in­ter­ro­ga­toire po­li­cier.

Du­rant tout le mois de jan­vier, Alexandre Bis­son­nette était en ar­rêt de tra­vail pour de graves troubles an­xieux. Il a pas­sé d’in­nom­brables heures sur In­ter­net.

Le rap­port d’ana­lyse pré­pa­ré par la GRC met en lu­mière les nom­breuses re­cherches de Bis­son­nette sur le dé­cret de Do­nald Trump vi­sant à blo­quer les im­mi­grants mu­sul­mans.

Le ti­reur a re­cueilli des sta­tis­tiques sur la pro­por­tion oc­cu­pée par les dif­fé­rentes re­li­gions dans le monde ain­si que sur le nombre d’im­mi­grants dans dif­fé­rents pays. Il s’in­té­res­sait aus­si aux cas des re­li­gieux chré­tiens mar­ty­ri­sés par des mu­sul­mans à tra­vers l’his­toire.

En plus de ses re­cherches sur le CCIQ, Bis­son­nette fouillait sur l’As­so­cia­tion des étu­diants mu­sul­mans de l’Uni­ver­si­té La­val.

Le ti­reur avait aus­si ci­blé le co­mi­té Fé­mi­nistes en mou­ve­ment de l’Uni­ver­si­té La­val (FEMUL) ain­si que le Co­mi­té des Femmes de la même ins­ti­tu­tion. Bis­son­nette était au cou­rant des évé­ne­ments ins­crits à la pro­gram­ma­tion de ces co­mi­tés fé­mi­nistes.

Bis­son­nette a aus­si cher­ché des in­for­ma­tions sur la psy­chose toxique et la dé­per­son­na­li­sa­tion cau­sée par la consom­ma­tion de l’an­ti­dé­pres­seur Paxil, le mé­di­ca­ment qu’il pre­nait de­puis trois se­maines.

Quelques jours avant la tue­rie, le tueur a fait des re­cherches sur Ama­zon pour trou­ver un masque de loup en plas­tique, un masque de co­chon ain­si qu’un cos­tume de prêtre ca­tho­lique. Il s’est fi­na­le­ment pré­sen­té à la tue­rie à vi­sage dé­cou­vert.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.