Qué­bec ne peut faire plus pour les mi­grants ir­ré­gu­liers

Le Droit - - ACTUALITÉS - La Presse ca­na­dienne

MON­TRÉAL — Qué­bec aver­tit Ot­ta­wa qu’il a at­teint la li­mite de sa ca­pa­ci­té d’ac­cueillir des mi­grants ir­ré­gu­liers et n’ac­cueille­ra plus l’ex­cé­dent à comp­ter du 24 avril dans ses centres d’hé­ber­ge­ment tem­po­raire à Mon­tréal.

« Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a fait sa part, au ni­veau hu­ma­ni­taire, pour ac­cueillir ces de­man­deurs d’asile qui vi­vaient une si­tua­tion dif­fi­cile », a si­gni­fié le mi­nistre de l’Im­mi­gra­tion, Da­vid Heur­tel, lun­di, en confé­rence de presse. « Le sta­tu quo n’est pas ac­cep­table », a-t-il lais­sé tom­ber.

Qué­bec dis­pose de 1850 places d’hé­ber­ge­ment tem­po­raire dans quatre centres à Mon­tréal et ces places sont dé­jà oc­cu­pées à 71 %. Le mi­nistre Heur­tel af­firme qu’il ne dé­pas­se­ra pas le seuil de 85 %, afin de conser­ver une marge de ma­noeuvre pour les de­man­deurs d’asile qui uti­lisent les voies ré­gu­lières. « On ne peut pas faire plus avec ce que nous avons pré­sen­te­ment comme taux d’oc­cu­pa­tion, ce qui est pro­je­té et éga­le­ment le tra­vail qui doit conti­nuer à être fait pour ac­com­mo­der les de­man­deurs d’asile de 2017 », a mar­te­lé le mi­nistre.

Car, loin de ra­len­tir, le phé­no­mène de migration ir­ré­gu­lière s’in­ten­si­fie : après avoir vu le nombre de mi­grants ir­ré­gu­liers mul­ti­plié par trois l’an der­nier, l’an­née 2018 s’amorce sur une aug­men­ta­tion en­core plus si­gni­fi­ca­tive. Ain­si, l’an der­nier, un peu plus de 2000 mi­grants ir­ré­gu­liers ont fran­chi la fron­tière entre le 1er jan­vier et le 30 avril alors qu’en 2018, ce chiffre at­teint dé­jà 6074 au 14 avril, soit trois fois plus.

Les pro­jec­tions du mi­nis­tère laissent en­tre­voir pour l’été pro­chain, en pé­riode de pointe, un rythme de 400 pas­sages ir­ré­gu­liers par jour, soit près du double des 250 quo­ti­diens de l’an der­nier. Pour­tant, l’an­née der­nière a vu le Qué­bec re­ce­voir 25 000 mi­grants ir­ré­gu­liers, soit la moi­tié de toutes les en­trées de ce type au Ca­na­da, com­pa­ra­ti­ve­ment à une moyenne an­nuelle « nor­male » de 3500.

SER­VICES DÉ­BOR­DÉS

Outre les centres d’hé­ber­ge­ment, les ser­vices so­ciaux, de san­té et le ré­seau de l’édu­ca­tion de la ré­gion de Mon­tréal sont dé­jà éti­rés à la li­mite pour ac­cueillir les mi­grants. L’ar­ri­vée mas­sive de nou­veaux de­man­deurs ir­ré­gu­liers, qui s’ajou­te­ront à ceux de 2017 qui sont tou­jours pris en charge par les ser­vices pro­vin­ciaux, doit main­te­nant être li­mi­tée, se­lon Qué­bec.

À ce su­jet, la mi­nistre dé­lé­guée à la San­té, Lu­cie Char­le­bois, a fait va­loir qu’il y a « un es­souf­fle­ment cer­tain dans le ré­seau de la san­té et des ser­vices so­ciaux ».

Mme Char­le­bois a in­di­qué que plu­sieurs tra­vailleurs so­ciaux sont en épui­se­ment pro­fes­sion­nel, que les or­ga­nismes com­mu­nau­taires oeu­vrant au­près des mi­grants ne suf­fisent plus aux be­soins, que le per­son­nel ne suf­fit tout sim­ple­ment plus à la tâche et que ce n’est pas une simple ques­tion de ré­af­fec­ter les res­sources.

Le mi­nistre de l’Im­mi­gra­tion, Da­vid Heur­tel, a re­fu­sé de dire clai­re­ment qu’il fer­me­ra les portes des centres d’hé­ber­ge­ment, mais il aver­tit Ot­ta­wa que, lorsque la li­mite de 85% se­ra at­teinte, soit 1572 places oc­cu­pées, il avi­se­ra les au­to­ri­tés fé­dé­rales « que nous n’avons plus de place ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.