Les en­quê­teurs de l’OIAC at­ten­dus à Dou­ma mercredi, se­lon Mos­cou

Le Droit - - ACTUALITÉS -

Les ex­perts de l’Or­ga­ni­sa­tion in- ter­na­tio­nale pour l’in­ter­dic­tion des armes chi­miques (OIAC) n’avaient tou­jours pas pu en­trer lun­di dans la ville sy­rienne de Dou­ma pour y en­quê­ter sur l’at­taque au gaz pré­su­mée du 7 avril, la Rus­sie in­vo­quant des «pro­blèmes de sé­cu­ri­té» et as­su­rant que leur ar­ri­vée au­rait lieu mercredi.

Le porte-pa­role du Krem­lin Dmi­tri Pes­kov a nié toute mau­vaise vo­lon­té, qua­li­fiant les in­for­ma­tions fai­sant état d’une «en­trave» aux ins­pec­teurs de l’OIAC de «sans fon­de­ment» et sou­li­gnant que la Rus­sie était dès le dé­but «pour une en­quête im­par­tiale».

Confir­mant des «pro­blèmes de sé­cu­ri­té», et no­tam­ment le fait que les routes me­nant à Dou­ma de­vaient en­core être dé­bar­ras­sées des mines, l’am­bas­sade de Rus­sie au­près de l’OIAC a en­suite as­su­ré que l’ar­ri­vée des ex­perts à Dou­ma était pré­vue mercredi.

Les frappes oc­ci­den­tales, d’une am­pleur in­édite, sont in­ter­ve­nues mal­gré la pré­sence en Sy­rie des en­quê­teurs de l’OIAC qui ont com­men­cé di­manche leur mis­sion dans le plus grand se­cret. Ces ex­perts ont pour man­dat d’en­quê­ter sur l’uti­li­sa­tion éven­tuelle d’armes chi­miques, mais pas d’en iden­ti­fier les au­teurs. Leur tra­vail s’an­nonce com­pli­qué, plus d’une se­maine après les faits, dans une zone pas­sée de­puis sous le contrôle du ré­gime sy­rien et de la po­lice mi­li­taire russe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.