Le CISSSO pour­sui­vi pour 1,2 M$

DÉ­CÈS D’UN QUIN­QUA­GÉ­NAIRE À L’UR­GENCE DE L’HÔ­PI­TAL DE HULL EN 2014

Le Droit - - ACTUALITÉS - JUS­TINE MERCIER jmer­cier@le­droit.com

Les proches d’un professeur de l’Uni­ver­si­té Car­le­ton re­trou­vé sans vie dans des toi­lettes de l’Hô­pi­tal de Hull en mars 2014 après qu’il eut pas­sé 11 heures à l’ur­gence sans voir un mé­de­cin ont in­ten­té une pour­suite de 1,2 mil­lion $ contre le Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux de l’Ou­taouais (CISSSO).

Le Ga­ti­nois Alexis De­la­no Ba­wa­gan, qui était professeur de chi­mie à l’Uni­ver­si­té Car­le­ton de­puis une ving­taine d’an­nées, s’est éteint le 8 mars 2014 au ma­tin, après avoir at­ten­du en vain pour voir un mé­de­cin à l’ur­gence de l’Hô­pi­tal de Hull.

Ori­gi­naire des Phi­lip­pines, M. Ba­wa­gan a été trans­por­té à l’ur­gence en am­bu­lance, la veille de son dé­cès, après avoir contac­té les ser­vices d’ur­gence en rai­son de « fortes pal­pi­ta­tions car­diaques », lit-on dans la pour­suite contre le CISSSO, dé­po­sée en Cour su­pé­rieure par ses proches l’au­tomne der­nier et dont Le Droit a ob­te­nu co­pie.

L’homme de 55 ans a été vu au triage vers 21 h. « Il se plaint de dou­leurs ab­do­mi­nales, tho­ra­ciques, d’op­pres­sion, des pal­pi­ta­tions, et de froi­deur aux mains et aux pieds [...], lit-on dans la pour­suite. L’in­fir­mier note éga­le­ment une ab­sence de pouls au pied gauche, qui est froid et blanc. Mal­gré ces consta­ta­tions, on don­ne­ra au pa­tient un ordre de prio­ri­té de ni­veau 4 lors du triage. »

Les proches du dé­funt es­timent que l’in­fir­mier « a com­mis une faute [...] en ne don­nant pas un ordre de prio­ri­té plus urgent dans son éva­lua­tion du pa­tient à la lu­mière de l’information dont il dis­po­sait ».

M. Ba­wa­gan a par la suite fait l’ob­jet de ré­éva­lua­tions et a ob­te­nu une place sur une ci­vière.

À 8 h, le 8 mars, « le per­son­nel de l’hô­pi­tal note que le pa­tient n’est pas pré­sent sur sa ci­vière ». Ce n’est qu’à 8 h 40 que le per­son­nel re­trouve le pa­tient « dans la salle de bain, face contre terre, in­cons­cient et en apnée ». Deux ur­gen­to­logues ont ten­té, en vain, de le ré­ani­mer. Son dé­cès a été consta­té à 9 h.

Le rap­port d’au­top­sie dé­po­sé en preuve par la pour­suite sou­tient que l’homme est dé­cé­dé d’une « tam­pon­nade car­diaque, consé­cu­tive à une dis­sec­tion ex­ten­sive de l’aorte tho­ra­co-ab­do­mi­nale ».

Se­lon un rap­port d’ex­per­tise mé­di­co-lé­gale com­man­dé par la par­tie re­qué­rante, « le dé­cès au­rait pu être évi­té si le pa­tient avait été diag­nos­ti­qué de sa dis­sec­tion aor­tique et trai­té à l’Hô­pi­tal Ci­vic d’Ot­ta­wa dans des dé­lais plus ra­pides ».

La pour­suite al­lègue donc qu’« il est anor­mal qu’un pa­tient sé­journe 12 heures à l’hô­pi­tal entre son ar­ri­vée et son dé­cès, sans voir un mé­de­cin trai­tant alors qu’il pré­sen­tait des dou­leurs tho­ra­ciques éva­luées de 5 à 7 sur une échelle de 10, des dou­leurs épi­gas­triques et qu’il avait un pied blanc, vrai­sem­bla­ble­ment is­ché­mique ».

La pour­suite sou­tient aus­si que cer­tains exa­mens au­raient dû être ef­fec­tués.

« Si le pa­tient avait été vu ra­pi­de­ment par le mé­de­cin de l’ur­gence, un scan tho­ra­cique et un écho­car­dio­gramme au­raient été de­man­dés, al­lègue la pour­suite. La fia­bi­li­té de ces exa­mens pour confir­mer le diag­nos­tic de dis­sec­tion aor­tique est de 98 % à 100 %, tel qu’il ap­pert du rap­port d’ex­per­tise mé­di­co-lé­gale. Les chances de sur­vie d’Alexis De­la­no Ba­wa­gan étaient entre 80 % et 85 % s’il avait pu être opé­ré d’ur­gence. »

L’ex-conjointe et les trois en­fants de M. Ba­wa­gan ré­clament donc un to­tal de 1 190 147 $ au CISSSO, entre autres pour « dou­leurs, souf­frances, in­con­vé­nients, perte de jouis­sance de la vie » et pour la perte de sou­tien fi­nan­cier et de re­ve­nus.

Les mon­tants ré­cla­més ont été pon­dé­rés en fonc­tion d’un taux de chances de sur­vie qu’ils éta­blissent à 85 %.

Au­cune date de pro­cès n’a en­core été fixée dans ce dos­sier. Le CISSSO n’a pas vou­lu com­men­ter.

ARCHIVES LE DROIT — ETIENNE RAN­GER,

Le CISSSO fait face à une pour­suite de 1,2 mil­lion $ in­ten­tée par la fa­mille d’un homme dé­cé­dé dans les toi­lettes de l’hô­pi­tal de Hull en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.