Car­rière ap­pelle au boy­cott

Le Droit - - ACTUALITÉS - LOUIS-DE­NIS ÉBACHER lde­ba­cher@le­droit.com

Le conseiller de Mas­son-An­gers, Marc Car­rière, in­vite ses conci­toyens à re­ti­rer leur ap­pui aux com­mer­çants qui ne s’iden­ti­fient pas à leur sec­teur, comme le font deux conces­sion­naires au­to­mo­biles des en­vi­rons.

M. Car­rière a rué dans les bran­cards, mar­di soir, lors de la réunion du con­seil mu­ni­ci­pal de Ga­ti­neau.

Il ré­agis­sait ain­si à l’ar­ticle du Droit, pu­blié plus tôt dans la jour­née, concer­nant une ba­taille ju­ri­dique entre les conces­sion­naires Buckingham Ch­rys­ler et Buckingham Che­vro­let.

Les deux com­merces se sont ren­dus en Cour su­pé­rieure, alors que Buckingham Ch­rys­ler de­man­dait une in­jonc­tion pour em­pê­cher son com­pé­ti­teur d’uti­li­ser, lui aus­si, le nom « Buckingham » dans son ap­pel­la­tion.

Buckingham Ch­rys­ler a fait va­loir que ce­la pou­vait pro­vo­quer de la con­fu­sion, et que, de toute fa­çon, son client était si­tué dans le sec­teur voi­sin de Mas­son-An­gers.

Sauf que les deux conces­sion­naires sont tous les deux si­tués dans Mas­son-An­gers.

« Je mets en garde les com­mer­çants de mon sec­teur d’évi­ter les fausses pu­bli­ci­tés, a dit M. Car­rière, mar­di soir. Si les com­mer­çants de chez nous sont trop gê­nés de s’iden­ti­fier à notre sec­teur, ils ne mé­ritent pas leur ap­pui. »

En en­tre­vue, mer­cre­di, M. Car­rière a af­fir­mé que l’uti­li­sa­tion, par les com­mer­çants, de « Buckingham » au lieu de « Mas­sonAn­gers », « leur ap­par­te­nait ».

« Il fal­lait que j’in­ter­vienne pour sen­si­bi­li­ser », a ajou­té le conseiller.

M. Car­rière dit avoir re­çu des ap­pels des gens de son dis­trict. « Les plus nos­tal­giques de­puis les fu­sions municipales sont in­ter­pel­lés par ce fait. »

Buckingham Ch­rys­ler et Buckingham Che­vro­let ne sont pas les seuls à uti­li­ser un nom de sec­teur qui n’est pas le leur.

Mont-Bleu Ford (au­tre­fois dans le sec­teur Hull) est au­jourd’hui si­tué dans le sec­teur Ga­ti­neau, sur le bou­le­vard Ma­lo­ney Ouest.

La Cli­nique mé­di­cale Ga­me­lin, qui peut rap­pe­ler la rue si­tuée dans le sec­teur Hull, a pi­gnon sur rue dans le sec­teur Ga­ti­neau, sur le bou­le­vard de l’Hô­pi­tal.

« BIEN TRISTE »

Le pro­prié­taire de Buckingham Che­vro­let, Phi­lippe St-Pierre, « trouve bien triste » que le conseiller Car­rière ait fait cette sor­tie pu­blique. « Je com­prends la frus­tra­tion de cer­taines gens, mais de là à sug­gé­rer aux gens de la place de boy­cot­ter le com­merce... Je veux dire, on paie des taxes, on fait af­faire au Qué­bec, et on sait que ça coûte cher de faire af­faire dans cette pro­vince. Quand j’en­gage pour faire des tra­vaux, j’es­saie d’en­ga­ger des gens de Ga­ti­neau et de l’Ou­taouais, puis, on donne à des or­ga­nismes de cha­ri­té d’ici. Si quel­qu’un veut chan­ger le nom du com­merce, qu’il l’achète et qu’il choi­sit un autre nom. Moi, je suis très fier d’avoir trois com­merces à Ga­ti­neau. »

Le pro­prié­taire de Buckingham Ch­rys­ler, Michel Ka­dri, n’avait tou­jours pas com­men­té, mer­cre­di soir.

— ETIENNE RAN­GER, ARCHIVES LE DROIT

Le conseiller Marc Car­rière in­vite ses conci­toyens du sec­teur de Mas­sonAn­gers à boy­cot­ter les com­mer­çants qui ne s’iden­ti­fient pas à leur sec­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.